Retour à Bobigny : suite -(et fin?) du feuilleton de l’automne

 

   Acte I   Il y a un bon moment que cela  devait  être dans les tuyaux, comme on dit, sans doute déjà depuis le mois d’août- le mois préféré dans les entreprises -et plus particulièrement dans les Ministères-pour les coups bas. Puis Libé, toujours bien informé, publie le 30 septembre un article qui fait boum dans le petit monde culturel: une réunion sans tambours ni trompettes, a  eu lieu  au Ministère de la Culture , qui en est donc l’initiateur,  avec ce que l’on appelle d’un pas très joli mot les  » tutelles » : soit,  les représentants de la direction des Spectacles, donc de l’Etat français, de la Région , de la Ville de Bobigny et Murielle Mayette, administratrice de la Comédie-Française ( qui  habite Bobigny) pour  voir comment le premier théâtre de France pourrait s’implanter( si, si) à la maison de la Culture de Bobigny…
Acte 2 Après tout, pourquoi pas, tout ce beau monde a bien le droit de se réunir pour parler de projets d’avenir mais il y a un  petit- oh! tout petit , bémol- Patrick Sommier le directeur de la MC 93 de Bobigny , depuis déjà huit ans,n’a pas eu l’honneur d’être invité. Ce qui est d’une élégance raffinée. et si cela ne ressemble pas à une discrète mise hors jeu, c’est en tout cas d’une grossièreté sidérante, quoi qu’en dise la Direction des Spectacles qui a essayé trop tard de rattraper le coup. Bien entendu, Sommier ne s’est pas laissé faire, et quand la Ministre organise en vitesse une conférence de presse à la mairie de Bobigny le 6 octobre, dont la maire se dit ravie d’accueillir la Comédie-française, il organise en même temps un contre-feu en réunissant ses amis  et metteurs en scène dans le hall de son théâtre…Cela ne se passe pas dans une république bananière mais dans la France sarkosienne en 2008. Zéro partout, la balle au centre; enfin pas vraiment, puisque l’affaire ne s’arrête pas là.
Acte 3  En effet, le Syndéac  s’en mêle et proclame son soutien à Sommier,  le Ministère tente maladroitement de calmer l’incendie, sur l’air bien connu de:  » mais rien n’est fait, c’est un début de réflexion »; quant aux Comédiens du Français, jusque là  silencieux,  qui , entre temps ont dû prendre leurs informations, ils désavouent  le projet.Et pan! Ce qui place Muriel Mayette dans une position quelque peu inconfortable.
Acte 4 Muriel Mayette, lors d’un entretien avec Vincent Josse mardi sur France-Inter, plaide sa cause comme elle peut, parle des difficultés liée à l’alternance de la salle Richelieu, dit qu’elle souhaite rencontrer les camarades  des autres troupes en vue d’un travail commun( c’est fou quand on tout va mal comme l’on a tendance à appeler les autres des camarades). Tout cela est assez flou et on la sent très tendue; elle fait appel aussi à la solidarité professionnelle ( on sait ce qu’elle vaut!), lance quelques fleurs à Patrick Sommier « qui fait un travail remarquable » , et appelle tout le monde à l’apaisement, en ajoutant  qu’elle va le rencontrer dans l’après-midi pour examiner les possibilités d’une collaboration. Et, pour finir, Muriel Mayette reconnait à Patrick Sommier le pouvoir de dire non..
Bref, le projet concocté, mal ficelé et  préparé sans aucune concertation, a du plomb dans l’aile.( Au fait, qu’en pensait Bercy, puisque le projet avait , et non des moindres, des incidences financières ? Ou bien il aurait sans doute  fallu dégraisser comme on dit élégamment…
Acte 5 La suite de l’histoire reste à écrire; l’affaire , comme souvent, n’est pas aussi simple:  la MC 93 a plutôt un public parisien, on pourrait dire un peu branché, que ne répugne pas le sous-titrage, quand il s’agit de spectacles étrangers , parfois difficiles; quant au public local ,il ne doit guère dépasser 10 %. Ce qui n’est pas normal,et pose problème, puisque la Région en est le principal financier Cela dit, le public de Bobigny accourrait-il en  masse voir, par exemple,  le dernier  et pas très bon Fantasio de la Comédie-Française: sûrement  pas. En tout cas, à l’heure des inévitables restrictions budgétaires dans les années à venir, personne ne pourra faire l’économie d’une réflexion à mener en profondeur sur ce que doit être la programmation des centres dramatiques de banlieue, mais aussi d’un théâtre richement doté disposant de trois salles et d’une troupe importante. Il y faudra sans doute une bonne dose d’imagination Jusque là, on n’a pas vu grand chose. A moins que l’Elysée, une fois de plus, n’ait une petite idée sur la question…Mais Sarkosy a d’autres chats à fouetter, et puis la banlieue, il a déjà donné…
Tiens: une idée pour apaiser les choses, pourquoi Muriel Mayette n’inviterait-elle pas à Patrick Sommier à remplir quelques créneaux de sa programmation? Madame la maire de Bobigny, qui sait, serait peut-être tout aussi flattée….
Le bilan, en tout cas, n’est pas glorieux: le Ministère, c’est à dire le Cabinet  de la Ministre et la Direction des Spectacles , Madame Albanel elle-même, dont on ne peut croire un instant qu’elle n’ait pas suivi le dossier, même par conseillers interposés, Muriel Mayette, dont on a parfois l’impression qu’elle s’est laissée embarquer dans un bateau qui prenait l’eau, quelles que soient les tentatives de justification des uns et des autres,aussi maladroites que tardives: tout le monde  a pris des coups dans cette opération menée avec un cynisme , une désinvolture et un manque de transparence qui ne donnent pas une image très flatteuse de l’Etat français. La question que tout le monde se pose, sans qu’il y ait eu le moindre début de réponse: qui a eu cette idée aussi sotte que grenue, comme disait le philosophe Oliver Revault d’Allonnes?

Philippe du Vignal


Archive pour 16 octobre, 2008

Retour à Bobigny : suite -(et fin?) du feuilleton de l’automne

 

   Acte I   Il y a un bon moment que cela  devait  être dans les tuyaux, comme on dit, sans doute déjà depuis le mois d’août- le mois préféré dans les entreprises -et plus particulièrement dans les Ministères-pour les coups bas. Puis Libé, toujours bien informé, publie le 30 septembre un article qui fait boum dans le petit monde culturel: une réunion sans tambours ni trompettes, a  eu lieu  au Ministère de la Culture , qui en est donc l’initiateur,  avec ce que l’on appelle d’un pas très joli mot les  » tutelles » : soit,  les représentants de la direction des Spectacles, donc de l’Etat français, de la Région , de la Ville de Bobigny et Murielle Mayette, administratrice de la Comédie-Française ( qui  habite Bobigny) pour  voir comment le premier théâtre de France pourrait s’implanter( si, si) à la maison de la Culture de Bobigny…
Acte 2 Après tout, pourquoi pas, tout ce beau monde a bien le droit de se réunir pour parler de projets d’avenir mais il y a un  petit- oh! tout petit , bémol- Patrick Sommier le directeur de la MC 93 de Bobigny , depuis déjà huit ans,n’a pas eu l’honneur d’être invité. Ce qui est d’une élégance raffinée. et si cela ne ressemble pas à une discrète mise hors jeu, c’est en tout cas d’une grossièreté sidérante, quoi qu’en dise la Direction des Spectacles qui a essayé trop tard de rattraper le coup. Bien entendu, Sommier ne s’est pas laissé faire, et quand la Ministre organise en vitesse une conférence de presse à la mairie de Bobigny le 6 octobre, dont la maire se dit ravie d’accueillir la Comédie-française, il organise en même temps un contre-feu en réunissant ses amis  et metteurs en scène dans le hall de son théâtre…Cela ne se passe pas dans une république bananière mais dans la France sarkosienne en 2008. Zéro partout, la balle au centre; enfin pas vraiment, puisque l’affaire ne s’arrête pas là.
Acte 3  En effet, le Syndéac  s’en mêle et proclame son soutien à Sommier,  le Ministère tente maladroitement de calmer l’incendie, sur l’air bien connu de:  » mais rien n’est fait, c’est un début de réflexion »; quant aux Comédiens du Français, jusque là  silencieux,  qui , entre temps ont dû prendre leurs informations, ils désavouent  le projet.Et pan! Ce qui place Muriel Mayette dans une position quelque peu inconfortable.
Acte 4 Muriel Mayette, lors d’un entretien avec Vincent Josse mardi sur France-Inter, plaide sa cause comme elle peut, parle des difficultés liée à l’alternance de la salle Richelieu, dit qu’elle souhaite rencontrer les camarades  des autres troupes en vue d’un travail commun( c’est fou quand on tout va mal comme l’on a tendance à appeler les autres des camarades). Tout cela est assez flou et on la sent très tendue; elle fait appel aussi à la solidarité professionnelle ( on sait ce qu’elle vaut!), lance quelques fleurs à Patrick Sommier « qui fait un travail remarquable » , et appelle tout le monde à l’apaisement, en ajoutant  qu’elle va le rencontrer dans l’après-midi pour examiner les possibilités d’une collaboration. Et, pour finir, Muriel Mayette reconnait à Patrick Sommier le pouvoir de dire non..
Bref, le projet concocté, mal ficelé et  préparé sans aucune concertation, a du plomb dans l’aile.( Au fait, qu’en pensait Bercy, puisque le projet avait , et non des moindres, des incidences financières ? Ou bien il aurait sans doute  fallu dégraisser comme on dit élégamment…
Acte 5 La suite de l’histoire reste à écrire; l’affaire , comme souvent, n’est pas aussi simple:  la MC 93 a plutôt un public parisien, on pourrait dire un peu branché, que ne répugne pas le sous-titrage, quand il s’agit de spectacles étrangers , parfois difficiles; quant au public local ,il ne doit guère dépasser 10 %. Ce qui n’est pas normal,et pose problème, puisque la Région en est le principal financier Cela dit, le public de Bobigny accourrait-il en  masse voir, par exemple,  le dernier  et pas très bon Fantasio de la Comédie-Française: sûrement  pas. En tout cas, à l’heure des inévitables restrictions budgétaires dans les années à venir, personne ne pourra faire l’économie d’une réflexion à mener en profondeur sur ce que doit être la programmation des centres dramatiques de banlieue, mais aussi d’un théâtre richement doté disposant de trois salles et d’une troupe importante. Il y faudra sans doute une bonne dose d’imagination Jusque là, on n’a pas vu grand chose. A moins que l’Elysée, une fois de plus, n’ait une petite idée sur la question…Mais Sarkosy a d’autres chats à fouetter, et puis la banlieue, il a déjà donné…
Tiens: une idée pour apaiser les choses, pourquoi Muriel Mayette n’inviterait-elle pas à Patrick Sommier à remplir quelques créneaux de sa programmation? Madame la maire de Bobigny, qui sait, serait peut-être tout aussi flattée….
Le bilan, en tout cas, n’est pas glorieux: le Ministère, c’est à dire le Cabinet  de la Ministre et la Direction des Spectacles , Madame Albanel elle-même, dont on ne peut croire un instant qu’elle n’ait pas suivi le dossier, même par conseillers interposés, Muriel Mayette, dont on a parfois l’impression qu’elle s’est laissée embarquer dans un bateau qui prenait l’eau, quelles que soient les tentatives de justification des uns et des autres,aussi maladroites que tardives: tout le monde  a pris des coups dans cette opération menée avec un cynisme , une désinvolture et un manque de transparence qui ne donnent pas une image très flatteuse de l’Etat français. La question que tout le monde se pose, sans qu’il y ait eu le moindre début de réponse: qui a eu cette idée aussi sotte que grenue, comme disait le philosophe Oliver Revault d’Allonnes?

Philippe du Vignal

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...