Le songe d’une nuit d’été de Shakespeare mise en scène de Yann Joël Collin – La nuit surprise par le jour. Irène Sadowska Guillon

Ce n’est pas du théâtre de Shakespeare orthodoxe, loin de là. On est dans un Songe d’une nuit d’été revisité par Yann Joël Collin et sa joyeuse bande, épaulés dans cette noble tâche par la traduction adaptation de Pascal Collin, très adéquate au projet. Cette version française de la pièce oscillant entre une langue archaïsante et contemporaine.
A l’entrée de la salle, on nous avertit qu’il s’agit d’une fête et qu’une participation des spectateurs est sollicitée. En effet, cela a l’allure d’une fête, d’un bal du samedi soir ou d’une boîte de nuit.


songe.jpg Les gradins entourent de trois côtés l’aire du jeu. Avant que le spectacle ne commence deux bars- buvettes se font face. Ambiance animée, décontractée, et l’orchestre installé dans les gradins joue,  des spectateurs flânent. Un acteur avec une caméra filme les arrivants dont les images sont projetées simultanément. Dans le public, beaucoup de jeunes, visiblement ravis. Certes, ils s’y peuvent s’y retrouver : cela ressemble à un show télévisé.
Le spectacle commence par un « et maintenant », à la façon d’un animateur d’émissions,  style Michel Drucker.

Cela se passe dans un divertissement télévisé, ou une boîte de nuit : jeu de lumières, micros, images d’acteurs en train de jouer projetées, orchestre rock, et certaines parties du texte sont chantées. Titania et Obéron dansent en disant leur texte, casting des artisans pour jouer l’histoire de Pyrame et Thysbé sur le mode de :«J’appelle Untel », jeu clownesque de Pyrame, espace de jeu éclaté instantanément dans les gradins et dans la salle. Les intrigues de la pièce, avec quelques ajouts et commentaires intercalés, se suivent dans une profusion d’images et d’effets : ombres chinoises, personnage suspendu en l’air par une corde, numéros de music-hall, etc. Avec un jeu débordant d’énergie. Des costumes pour la plupart contemporains. Sur un rythme  très rapide, on va de surprise en surprise. Avec une excellente technique, tout fonctionne à merveille, réglé au quart de poil, comme à la télé.
Pendant quatre heures, on ne s’ennuie pas une seconde, mais que retire-t-on de ce jubilant carnaval?

Irène Sadowska-Guillon

Théâtre de l’Odéon-Ateliers Berthier rue André Suarès, Paris XVIIIème jusqu’au 18 décembre.

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...