LA DOULEUR

LA DOULEUR  Théâtre des Amandiers Nanterre, par Edith Rappoport

 

De Marguerite Duras, interprété par Dominique Blanc, mise en scène Patrice Chéreau et Thierry Thieû Niang

Dominique Blanc, seule en scène sur le grand plateau est assise devant une dominiqueblanc.jpgtable pleine de papiers et d’un relief de repas. Elle a perdu la mémoire du carnet qu’elle avait écrit pendant le mois d’épouvantable angoisse dans l’attente du retour des camps de concentration, de son mari Robert Antelme. Elle classe nerveusement ses papiers, enfile son manteau, sort de chez elle pour rejoindre une rangée de chaises, où elle attend, elle attend, ne le trouve pas parmi les déportés. Et puis c’est François Morland (Mitterand) qui l’appelle pour lui dire qu’on a retrouvé Robert mourant à Dachau, qu’il faut très vite partir sauver de la mort. On le ramène, elle ne le reconnaît  plus, il faut l’empêcher de manger, lui donner pendant 17 jours, six cuillerées de bouillie, six fois par jours. L’extraordinaire sensibilité de Dominique Blanc donne une vie nouvelle à ce texte, sur lequel j’avais versé des larmes.

 

Edith Rappoport

 


Pas encore de commentaires to “LA DOULEUR”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...