FEUX. August Stramm.

FEUX .Théâtre de la Cité internationale, D’August Stramm, mise en scène, scénographie et lumières de Daniel Jeanneteau et Marie-Christine Soma par Edith Rappoport.

 

Ces trois nouvelles de Stramm, auteur allemand du début du siècle mort en 1915, mettent en scène des personnages à la dérive. Rudimentaire retrace la vie d’un couple au chômage, vivant dans une accumulation de débris, indifférent à la mort de leur enfant qu’ils n’ont même pas remarquée. La visite d’un ami les réveille un peu, la jeune femme hystérique s’accroche éperdument, tour à tour à l’un ou  à l’autre, agitant le cadavre de son enfant. Je n’ai pas vu la fiancée des landes plongé dans la pénombre, mais j’ai été sidérée par la force du jeu des acteurs dans Forces, un chassé-croisé de couples mené par l’hôtesse, une grande mondaine éperdue. Axel Bougosslavsky, Jean-Louis Coulloch, Julie Denisse, Mathieu Montanier et Dominique Reymond portent ce texte avec une grande force. Belle surprise inattendue !

Edith Rappoport

 


Pas encore de commentaires to “FEUX. August Stramm.”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...