Un voyage d’ hiver

Un voyage en hiver de Corine Miret et Stéphane Olry , mise en scène de Stéphane Olry 

unvoyagedhiverpierregrosbois.jpgLa règle du jeu était des plus simples mais elle était précise: Corine Miret partirait de Paris pour aller non sur la Côte d’Azur, le Cantal ou les Pyrénées- Orientales mais dans l’Artois… Vous avez dit l’Artois ? Mais si, souvenez -vous,  Bruay-en- Artois qui fit autrefois la une des journaux avec une histoire de crime mal géré, l’agglomération de Lens,  et de Liévin rasée pendant la première guerre mondiale, une région pas du tout  riche (presque 30 % de chômage!) où, une fois n’est pas coutume, le Ministère de la Culture a eu la riche idée de créer un Musée du Louvre-bis qui ouvrira ses portes dans quelques années.
  Donc,  Corine Miret est partie là-bas, courageusement , dans une petite commune où elle ne connaissait personne et où elle a fréquenté les cafés, la mairie, les lieux publics, bref, tous les lieux où elle pouvait rencontrer des gens, et à l’issue de ses sept semaines de séjour, elle a invité les personnes les plus proches et leur a dévoilé le pourquoi de son voyage jusque là, pas très loin de Paris et finalement aux antipodes de son monde et de son mode de vie parisien: créer un spectacle à partir de ce qu’elle aura vécu avec eux. C’est un des privilèges des gens de théâtre , sans doute après avoir fréquenté tant de situations et de personnages que d’être à peu près bien partout avec les » vraies gens » , riches et pauvres, voire très pauvres, jeunes et vieux, français, européens ou pas.
  Elle rend compte quotidiennement à Stéphane Olry resté lui à Paris ,de sa vie là-bas par le biais d’enregistrements sonores qu’elle lui envoie et sur lesquels il va travailler pour bâtir le spectacle.  Et c’est Corine Miret, elle-même, qui s’y colle pour nous dire ce récit de voyage d »‘exilée volontaire » comme elle dit, où elle a dû affronter l’inconnu mais aussi savourer les rencontres qu’elle a pu faire, au gré du vent;  seule et sans entraves, elle était sans doute plus ouverte, plus sensible  à la vie quotidienne des autres. Ce qu’elle  nous dit très bien, et avec beaucoup de retenue et parfois d’émotion.
   Pendant que le récit se déroule, une jeune femme pose des dizaines de morceaux de moquette dans un puzzle  compliqué sur lequel, elle va enfin  installer des maquettes de petites maisons qui, au fur et à mesure, formeront des rues ou des hameaux, une usine, etc…Les morceaux de moquette sont vraiment  laids mais les maisons donnent envie d’y habiter  (c’est  le syndrome du modèle réduit cher à Lévi-Strauss qui a encore frappé). Corine Miret est entourée, entre autres,  de l’auteur Stéphane Olry qui dit quelques mots de temps en temps, Jean-Christophe Marti le compositeur qui dirige de petits airs souvent  chantés à bouche fermée,  Hubertus Biermann , le gardien du centre socio-éducatif qui raconte sa vie quotidienne avec un fort accent belge et par Sandrine Buring qui personnifie la terre…
 Cela se passe dans la nouvelle salle de l’Echangeur, ancienne petite usine de béton brut, sans rideaux ni pendrillons avec des chaises coques en plastique rouge. Donc, pas de dorures, pas de chichis… Le temps se déroule lentement mais plutôt agréablement, et la fin est très belle quand Corine Miret raconte la fête qui a précédé son départ, pendant que toutes les petites maisons s’allument dans la nuit. On reste cependant un peu sur sa faim, les comparses de la narratrice semblant faire de la figuration intelligente, ce qui  nuit sans doute à ce récit de voyage qui a  du mal à décoller en tant que spectacle…  Seule en scène, avec ses petites maisons, Corine Miret, aurait été sûrement  plus efficace.
 Y aller? pourquoi pas? Je n’y emmènerai cependant personne; donc, à vous de voir. On a comme l’impression que les femmes sont plus sensibles à ce spectacle que les hommes mais c’est une intuition… En tout cas,  Christine Friedel l’a bien aimé et vous le dira sur ce même blog.

 

Philippe du Vignal

Théâtre de l’Echangeur jusqu’au 31 janvier 01-43-62-71-20

 


Pas encore de commentaires to “Un voyage d’ hiver”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...