EN QUÊTE DE BONHEUR

En quête de bonheur, oratorio poétique et philosophique mis en scène par Arnaud Meunier


Arnaud Meunier nous emmène dans un voyage à travers des textes de Charles Baudelaire, Henri Michaux,Voltaire, Michel Houellebecq, Jacques Prévert, Blaise Pascal, André Gide, Le Courrier international, parmi d’autres. Les trois comédiens accompagnés par Régis Huby au violon, ont une belle présence. Malheureusement, ils se cachent derrière leurs micros qui déforment leurs voix, et la sonorisation mal réglée écrase le verbe. Les quelques minutes où ils parlent à voix nue font passer l’émotion.

Il y a aussi un beau solo de violon qui nous sort de la torpeur, mais là encore, on regrette ce masque sonore. Et les costumes ne sont pas des costumes de scène. Dommage! On adore les paris poétiques, mais… ils ne souffrent pas l’imperfection.

 Edith Rappoport

Spectacle vu à l’Institut Marcel Rivière


Archive pour 28 janvier, 2009

Oratorio poétique et philosophique

Oratorio poétique et philosophique, mise en scène d’Arnaud Meunier

Ce petit spectacle avait déjà été joué il y a quelques mois à la maison de la Poésie; il s’agit d’un montage de textes sur le bonheur ( Baudelaire, Voltaire, Rousseau bien sûr, Pascal  mais aussi Cioran, Le Clézio ou Prévert… Avec trois comédiens et un guitariste; le bonheur, nous dit Arnaud Meunier, j’avais envie d’inventer un voyage à travers les sicèles et les langues à réfléchir collectivement sur ce que cela peut bien être, dans une sorte de quête ludique et profonde à la recherche de gens très différents. La proposition est alléchante mais le résultat est loin d’être à la hauteur… Sans doute ,parce qu’Arnaud Meunier a voulu donner comme une sorte de résonance à son propos en amplifiant les voix à coup de micros, ce qui a pour résultat  de tout uniformiser et, comme il a cru bon de faire soutenir le texte par un solo à la guitare amplifiée, le résultat ne se fait pas attendre très longtemps: on obtient une sorte de bouillie sonore d’où le sens du texte a bien du mal à émerger. La première chose à faire aurait été au moins d’établir une bonne balance. Mais personne n’a sans doute expliqué à ce jeune metteur en scène que l’amplification des voix, surtout dans une petite salle, peut conduire tout droit à une impasse, quand elle est mal conduite, et ce qui aurait pu constituer un moment agréable avec des esprits aussi pertinents dissertant sur le bonheur, débouche sur une chose finalement assez médiocre…

Dommage;la proposition était honnête et juste et l’on aurait été tout à fait heureux de partager cette « source de réconfort et de vitalité«   à laquelle Arnaud Meunier souhaitait nous convier hier soir dans cette salle vieillotte et sympathique de l’Institut Marcel Rivière à La Verrière.

Philippe du Vignal

A voir? Si vous y tenez vraiment… Cela se joue encore  demain à l’Université de Versailles Saint Quentin, le 31 à la Médiathèque des Sept Mares à Elancourt et le 7 février à l’espace Fernand Léger à Chevreuse

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...