Doubt (Le Doute)

doubt.jpg

Le Doute de John Patrick Shanley,  mise en scène de John P. Kelly.

  Le Doute , du New Yorkais John Patrick Shanley  est   désormais  associée  au film avec  Meryl  Streep  et  Philip Seymour Hoffman,  dont le scénario a été tiré de la pièce par l’auteur.

  John P. Kelly, a mis en scène cette  œuvre à mi-chemin entre enquête policière et  drame de conscience. C’est une critique virulente de l’église catholique  et de  sa rigidité morale  incarnée par la Mère supérieure (Sœur Aloysius)  incapable de la moindre sympathie humaine.  Elle représente l’ordre, la discipline et le respect des règlements , surtout lorsque ceux-ci renvoient aux  principes religieux.   Personnage  coincé, antipathique, elle  s’accroche à sa foi comme quelqu’un qui aurait peur de voir s’écrouler les fondements de sa conscience morale.    Mais arrive le jeune  pasteur  Flynn, aux mœurs  « inhabituelles » et dont le style  « trop familier », voire franchement  « ambigu » avec  ses jeunes élèves, surtout  les garçons,  paraît vite suspect aux yeux de la Mère supérieure. Elle convoque Flynn  mais ,quand il  nie ses accusations,  elle se  lance dans une croisade personnelle pour extirper le « mal » du  couvent.
Cette confrontation symbolique entre l’église traditionnelle et  la nouvelle église touchée par le mouvement œcuménique est au coeur de la pièce, puisque  la culpabilité du jeune homme est difficile à affirmer  et que le doute subsiste.  Quant à la Mère supérieure, elle semble emportée par  ses obsessions,  et  on peut aussi  avoir quelques  doutes sur  ses convictions religieuses.
Quant à la mise en scène, assez statique , elle est surtout fondée sur le jeu des comédiens. Mary Ellis a eu du mal à cerner toutes les complexités de cette figure torturée par une vie de répression, et n’a pas vraiment saisi les nuances  d’un  personnage au bord du déséquilibre mental. Le metteur en scène avait  interdit à ses acteurs de voir  le film ,  de peur qu’il ne les influence.  Pourtant, Meryl Streeep  aurait pu  servir  de modèle à Mary Ellis qui est loin d’être une débutante, et regarder jouer les grands comédiens est toujours une expérience  stimulante, même quand  un  film  connait une surenchère médiatique.  Elle aurait pu sans doute ainsi mieux surveiller la tonalité et le rythmes de  sa voix souvent trop peu  modulée. 

    L’aueur de la pièce, John Patrick  Shanley vient  de New-York où  la technique de la  mémoire affective  détermine souvent  le jeu des acteurs mais , ici, Mary Ellis reste à la surface des choses.  Kris Joseph a lui, une belle présence  et sait  maintenir  l’ambigüité jusqu’à la fin mais son  rôle exige aussi beaucoup moins de subtilité… Nathalie Fraser-Purdy est aussi tout à fait remarquable.  La mise en scène, malgré tout, finit par nous séduire, dans la mesure où  Kelly  a su  traduire l’intelligence de la pièce.

Alvina Ruprecht

Gladstone Theatre à Ottawa.

 


Pas encore de commentaires to “Doubt (Le Doute)”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...