La scénographie, Guy Claude François à l’œuvre

La scénographie, Guy Claude François à l’œuvre
par Luc Boucris

scenographie.jpg
Guy Claude François est un de ces scénographes qui ont participé aux aventures et expériences emblématiques et contribué à l’évolution, voire au changement radical de la conception du décor, de l’espace de représentation, du lieu théâtral.
Dès les années 1970 lorsque le théâtre sort de ses salles et s’ouvre à d’autres formes de spectacle vivant, Guy Claude François fait partie de ceux qui proposent une nouvelle structuration de l’espace en collaboration étroite avec le metteur en scène. Il incarne par sa pratique une conception ouverte de la scénographie allant de la scénographie des spectacles à celle de lieux, d’événements ou d’expositions, où l’intervention du scénographe peut prendre des formes extrêmement diverses.
Formé à l’École de la rue Blanche il travaille dès 1960 comme régisseur et décorateur. En 1968 il rejoint le Théâtre du Soleil où il est d’abord directeur technique puis, depuis L’Âge d’or (1975), le scénographe attitré d’Ariane Mnouchkine, associant dans sa pratique l’organisation sans cesse renouvelée du lieu et la conception esthétique de l’espace scénique.
Il collabore également régulièrement avec d’autres metteurs en scène comme Jean-Claude Penchenat, Otomar Krejca, Armand Delcampe…
Le registre de ses interventions ne cesse de s’élargir : opéra, théâtre de marionnettes, architecture de lieux, décor pour le cinéma. Fondateur avec Jean Hugues Manoury en 1988 de la société Scène il réalise dans ce cadre une centaine de lieux scéniques, d’expositions, d’événements comme par exemple l’ouverture des Jeux Olympiques d’Albertville en 1992.
Sa pratique de scénographe s’accompagne depuis bientôt 30 ans de l’enseignement de cet art en France et à l’étranger, entre autres à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, à l’École d’Architecture de Clermont-Ferrand et à Nantes, au Centre d’Études Théâtrales à l’Université de Louvain-la-Neuve en Belgique.
Dans son livre, issu de sa longue complicité avec Guy Claude François, Luc Boucris propose une analyse de quelques aspects essentiels de l’approche par le scénographe de différents espaces : spectacles, cinéma, lieux d’événements, musées, expositions.
Ainsi pour le théâtre traverse-t-il des collaborations emblématiques de Guy Claude François avec Otomar Krejca, en particulier pour les mises en scène des œuvres de Tchekhov (Les trois sœurs, Oncle Vania) et avec Ariane Mnouchkine sur sa série des 4 Shakespeare, ses créations de Norodom Sihanouk, de l’Indiade, de La ville parjure, du Tartuffes et sur
ses versions théâtrale et cinématographique de Molière.
Luc Boucris analyse les divers rapports au lieu dans la démarche scénographie de Guy Claude François : « avec ou contre » (L’Âge d’or à la Cartoucherie, Madame Butterfly à l’Opéra d’Orange), « bâtir rêver » (Molière au cinéma, Norodom Sihanouk), « changer le regard » (musées, la Halle aux grains à Blois, La Villette à Paris, la Piscine à Chatenay Malabrie), « jouer avec l’espace » (le Mont Saint Michel, la Cour d’Honneur du Palais des Papes en Avignon, les Jeux Olympiques d’Albertville, le concert Mylène Farmer), « interpréter l’espace » (dispositifs des tournées, etc.).
De nombreuses photos de spectacles, de décors, de lieux, des maquettes, des dessins préparatoires, illustrent le propos du livre complété par les repères biographiques de Guy Claude François.

Irène Sadowska Guillon

La scénographie, Guy Claude François à l’œuvre
par Luc Boucris
Éditions l’Entre Temps, collection Ex Machina
2009, 142 pages, 32 euros

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...