Ca va pas se faire tout seul

Ca va pas se faire tout seul par Les Cousins, avec la complicité à l’écriture, à la mise en scène et à la direction d’acteur de Jean-Claude Cotillard.dsc3071.jpg

D’abord les présentations: Les Cousins sont trois; après avoir mené pendant des années une carrière en solo dans le cirque, le cabaret et le théâtre, ils sont devenus » cousins »; dix huit ans et sept spectacles plus tard, Julot, René et Lolo sont encore là, après des tournées un peu partout en France et dans le monde entier. Infatigables.

  René est à l’origine ce que l’on appelle dans le jargon du métier, un « clown de reprise », qui a joué en Suisse, en Espagne et aussi au cabaret Carnaval Plazza de Tokyo; Julot est un fameux équilibriste qui a travaillé  avec Jérôme Savary mais aussi dans ce même cabaret à Tokyo; quant à Lolo, c’est un jongleur qui fit un moment partie du fameux Cirque Archaos il y a vingt ans, et il rencontra les deux premiers en 90 au Carnaval Plazza: le monde clownesque est bien fait, puisque c’est grâce à nos amis japonais que trois Français en tournée là-bas ont pu décider de travailler et de réussir ensemble!

  Cela fait quelque quinze ans qu’on les connaît et c’est toujours le même bonheur de les retrouver. Je me souviens à Fécamp d’une salle bourrée jusque dans les allées qui, à la fin, dans un délire total, ne voulait pas les voir partir et leur a fait au moins une dizaine de rappels…
Mais voilà, il y a parfois chez les clowns comme chez les autres humains une histoire pas drôle qui empêche l’un d’eux – en l’occurrence, Lolo, de participer à la création d’un spectacle que René et Julot lui ont évidemment dédié. Et puis il y a du changement: jusque là seuls, ils ont demandé à Jean-Claude Cotillard de participer à l’aventure, et leur intuition ne les a pas trompés. Il a su donner, en les observant et en les dirigeant, plus de sens et plus d’unité à la dramaturgie qui souffrait parfois d’usure dans l’action scénique.

  Il a su aussi sans aucun doute affiner les choses et donner le rythme indispensable au spectacle en les mettant bien valeur, et cela ne devait pas être évident pour eux de se retrouver à jouer à deux, alors qu’ils avaient fait des centaines de représentations à trois. Jean-Claude Cotillard a fait ici avec eux un boudsc2913.jpglot exemplaire de discrétion et d’efficacité.
Il y a comme deux parties dans ça va pas se faire tout seul : la première où le clown se retrouve face à son double, et il a un jeu de mimétisme et de folie à la fois tout à fait neuf et surprenant chez les deux cousins restants. ils renouent un peu avec la vieille tradition clownesque des entrées avec gags et c’est , comme d’habitude, du genre réussi, notamment avec un numéro d’assiettes qui se cassent mais pas généralement de la façon dont on l’attendrait. Avec un numéro aussi classique, les Cousins arrivent encore à nous surprendre, que ce soit dans le jonglage ou dans l’équilibrisme , tous deux de très haute tenue. Mais ils ont une concentration à toute épreuve, des années de métier derrière eux et surtout une complicité de tous les instants: bref, le public populaire d’Evry en redemande.
Il y a aussi des jeux d’eau délirants-hommage aux fameux clowns italiens Les Colombaioni (voir les œuvres complètes de du Vignal , quand ils se produisaient dans les années 70 pendant la géniale opération de rue Aix/ Saltimbanques qu’avait montée Jean Digne), et un petit numéro d’orchestre avec des verres musicaux et la participation de quelques spectateurs. Ce n’est jamais facile de dire pourquoi un spectacle de clowns comme celui des Cousins est réussi;  cela participe d’une alchimie compliquée : préparation et répétition méticuleuse, la seule qui puisse faire croire qu’ils improvisent des situations aussi  burlesques, humilité, générosité et honnêteté scrupuleuse dans leur métier, invention et savoir-faire sans cesse renouvelés , et foi dans leur public…

 

On ne va pas vous dévoiler tous leurs gags catastrophes; cela ne se fait pas, mais ,en tout cas,  René et Julot savent d’instinct provoquer le rire et, en grands professionnels qu’ils sont, rattraper les choses quand un accessoire ne fonctionne pas à temps. Et, ce qui est plus surprenant, c’est la façon qu’ils ont d’envelopper leur public, avec leur logique et leur sens de la loufoquerie bien à eux, si bien que tout le monde rit, toutes catégories sociales et tout âge confondus, les plus âgés riant aussi des réflexions des plus petits. Le spectacle n’en est qu’à ses débuts, et il y a encore parfois quelques petits-à coups tout à fait normaux, quand il s’agit de numéros parfois compliqués.
A voir? Oui, sans réserve aucune. En espérant que Lolo rejoindra bientôt René et Julot, et que le trio se reformera très vite.

Philippe du Vignal

Spectacle créé à Corbeil en mars dernier; représentations à Malakoff en décembre et ensuite au Channel de Calais; pour les autres dates (non encore communiquées), consulter leur site: http://www.lescousins.org/


Archive pour 19 mai, 2009

Ca va pas se faire tout seul

Ca va pas se faire tout seul par Les Cousins, avec la complicité à l’écriture, à la mise en scène et à la direction d’acteur de Jean-Claude Cotillard.dsc3071.jpg

D’abord les présentations: Les Cousins sont trois; après avoir mené pendant des années une carrière en solo dans le cirque, le cabaret et le théâtre, ils sont devenus » cousins »; dix huit ans et sept spectacles plus tard, Julot, René et Lolo sont encore là, après des tournées un peu partout en France et dans le monde entier. Infatigables.

  René est à l’origine ce que l’on appelle dans le jargon du métier, un « clown de reprise », qui a joué en Suisse, en Espagne et aussi au cabaret Carnaval Plazza de Tokyo; Julot est un fameux équilibriste qui a travaillé  avec Jérôme Savary mais aussi dans ce même cabaret à Tokyo; quant à Lolo, c’est un jongleur qui fit un moment partie du fameux Cirque Archaos il y a vingt ans, et il rencontra les deux premiers en 90 au Carnaval Plazza: le monde clownesque est bien fait, puisque c’est grâce à nos amis japonais que trois Français en tournée là-bas ont pu décider de travailler et de réussir ensemble!

  Cela fait quelque quinze ans qu’on les connaît et c’est toujours le même bonheur de les retrouver. Je me souviens à Fécamp d’une salle bourrée jusque dans les allées qui, à la fin, dans un délire total, ne voulait pas les voir partir et leur a fait au moins une dizaine de rappels…
Mais voilà, il y a parfois chez les clowns comme chez les autres humains une histoire pas drôle qui empêche l’un d’eux – en l’occurrence, Lolo, de participer à la création d’un spectacle que René et Julot lui ont évidemment dédié. Et puis il y a du changement: jusque là seuls, ils ont demandé à Jean-Claude Cotillard de participer à l’aventure, et leur intuition ne les a pas trompés. Il a su donner, en les observant et en les dirigeant, plus de sens et plus d’unité à la dramaturgie qui souffrait parfois d’usure dans l’action scénique.

  Il a su aussi sans aucun doute affiner les choses et donner le rythme indispensable au spectacle en les mettant bien valeur, et cela ne devait pas être évident pour eux de se retrouver à jouer à deux, alors qu’ils avaient fait des centaines de représentations à trois. Jean-Claude Cotillard a fait ici avec eux un boudsc2913.jpglot exemplaire de discrétion et d’efficacité.
Il y a comme deux parties dans ça va pas se faire tout seul : la première où le clown se retrouve face à son double, et il a un jeu de mimétisme et de folie à la fois tout à fait neuf et surprenant chez les deux cousins restants. ils renouent un peu avec la vieille tradition clownesque des entrées avec gags et c’est , comme d’habitude, du genre réussi, notamment avec un numéro d’assiettes qui se cassent mais pas généralement de la façon dont on l’attendrait. Avec un numéro aussi classique, les Cousins arrivent encore à nous surprendre, que ce soit dans le jonglage ou dans l’équilibrisme , tous deux de très haute tenue. Mais ils ont une concentration à toute épreuve, des années de métier derrière eux et surtout une complicité de tous les instants: bref, le public populaire d’Evry en redemande.
Il y a aussi des jeux d’eau délirants-hommage aux fameux clowns italiens Les Colombaioni (voir les œuvres complètes de du Vignal , quand ils se produisaient dans les années 70 pendant la géniale opération de rue Aix/ Saltimbanques qu’avait montée Jean Digne), et un petit numéro d’orchestre avec des verres musicaux et la participation de quelques spectateurs. Ce n’est jamais facile de dire pourquoi un spectacle de clowns comme celui des Cousins est réussi;  cela participe d’une alchimie compliquée : préparation et répétition méticuleuse, la seule qui puisse faire croire qu’ils improvisent des situations aussi  burlesques, humilité, générosité et honnêteté scrupuleuse dans leur métier, invention et savoir-faire sans cesse renouvelés , et foi dans leur public…

 

On ne va pas vous dévoiler tous leurs gags catastrophes; cela ne se fait pas, mais ,en tout cas,  René et Julot savent d’instinct provoquer le rire et, en grands professionnels qu’ils sont, rattraper les choses quand un accessoire ne fonctionne pas à temps. Et, ce qui est plus surprenant, c’est la façon qu’ils ont d’envelopper leur public, avec leur logique et leur sens de la loufoquerie bien à eux, si bien que tout le monde rit, toutes catégories sociales et tout âge confondus, les plus âgés riant aussi des réflexions des plus petits. Le spectacle n’en est qu’à ses débuts, et il y a encore parfois quelques petits-à coups tout à fait normaux, quand il s’agit de numéros parfois compliqués.
A voir? Oui, sans réserve aucune. En espérant que Lolo rejoindra bientôt René et Julot, et que le trio se reformera très vite.

Philippe du Vignal

Spectacle créé à Corbeil en mars dernier; représentations à Malakoff en décembre et ensuite au Channel de Calais; pour les autres dates (non encore communiquées), consulter leur site: http://www.lescousins.org/

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...