Eloge du poil

 Eloge du poil, création et jeu Jeanne Mordoj, mise en scène Pierre Meunier.

     image8.jpg image7.jpgIl y a une simple et belle scène de bois rouge foncé, avec un petit castelet de velours; les  quelque 180  spectateurs sont installés autour des trois côtés, et c’est assez rare pour être signalé:  pas une seule place de libre; derrière la scène, une grande toile peinte représentant un ciel. Jeanne Mordoj  est une jeune femme,  seule sur le plateau, habillée d’un bizarre petit tailleur beige, le visage orné d’un collier de barbe, (dont on ne voit pas bien la nécessité).

  Le début est peu convaincant: envoi de brochettes en inox  sur une cible  de toile peinte, jeu avec un pneu de moto… Mais très vite, cela devient aussi étrange que passionnant. Jeanne Mordoj  fait dialoguer deux crânes d’animaux , l’un de mouton et un autre plus petit que nous n’avons pas pu encore identifier, puis elle  les fait chanter à tour de rôle, grâce à la ventriloquie qu’elle maîtrise superbement.Elle s’occupe ensuite d’une caisse en fer qu’elle transperce de brochettes mais le doigt qu’elle y trempe , ressort couvert de sang , sans  aucun doute mordu par  un petit crâne qui s’y trouvait…. Avant de le lui faire faire trempette dans une trappe pleine d’eau qu’elle remonte lentement, et dont l’eau coule par les trous. A raconter comme cela , cela n’a l’air de rien ,  c’est à mi -chemin entre art minimal et art conceptuel, mais le public retient son souffle devant un travail aussi magistralement réalisé mais qui va bien au-delà de la simple virtuosité.

image3.jpgJeanne Mordoj célèbre en effet avec beaucoup de solennité, aidée par un assistant,  une sorte de rituel qui n’est pas sans rappeler parfois cette  cérémonie, à la fois  fascinante et vénéneuse,  que nous proposait autrefois  au Festival de Nancy l’Américain Robert Anton, avec ses très petites marionnettes. Depuis disparu: suicidé pour cause de sida!  Que Dieu ait son âme, comme disait ma maman; son art était vraiment luxueux.
 » Le théâtre doit avoir le droit de s’affirmer comme parfaitement superflu, étant bien entendu que l’on vit pour le superflu », disait déjà Brecht et il avait bien raison. Puis,  Jeanne Morloj, en longue robe /chasuble rouge , se livre à un étonnant numéro de ramassage de dizaines de coquilles d’escargots avec les mains et les pieds ou les deux à la fois, qu’elle envoie sans erreur aucune, dans  une cuvette émaillée posée sur sa tête, et cela debout, allongée ou assise. C’est assez fabuleux de voir ce corps en mouvement ramasser et lancer les restes d’un corps qui fut aussi vivant que le sien , même si c’est celui d’un gastéropode qui a l’estomac dans les talons, et qui possède une sorte de système cardiaque, dixit Jacques-Albert Canque, maître de conférences à Bordeaux I.
Avant que plusieurs oeufs n’arrivent par une goulotte  sur la scène; elle en casse un dont elle récupère le jaune qui va docilement passer sur le dos de sa main gauche pour arriver sur sa main droite.  Essayez pour voir… Elle le fait,  bien entendu, sans aucun effort apparent… Et celui qu’elle va  poser sur son oeil droit finira, lui,  dans sa bouche avant qu’elle ne le récupère pour le faire glisser entre ses seins et qui finra sur son sexe.
Elle joue aussi avec  cinq perches de bambou qu’elle pose sur sa tête et ses bras, avant de fouiller ans une autre trappe le terreau, pour s’y faire une place définitive.Le spectacle se termine par un étonnant concert, dont la composition musicale est dûe à Bertrand Boss, d’une quinzaine de crânes de vaches  et  des deux premiers du début, qui « chantent » en choeur. Aussi étrange qu’impressionnant. Comme c’est Pierre Meunier qui assure la mise en scène, c’est évidemment cousu main, et l’on ne peut  rester insensible à cette mise en abyme du corps, que ce soit celui de l’homme/ femme,  ou celui encore à l’état ovaire d’une poule, ou bien déjà réduit à celui de coquille  d’escargot ou de squelette de nos amis animaux, ou de futur squelette qui s’enfouit dans la tombe .
C’est un singulier travail, qui dure à peine une heure, d’une grande qualité de jonglerie, parfois inégal,(les petits monologues auraient besoin  d’être un  peu retravaillés), mais qui mérite d’être vu. Avec, aux meilleurs moments, une belle approche plastique et poétique, fondée sur une réflexion métaphysique. Et pour une fois, le public était très jeune et les enfants visiblement fascinés. Alors à voir?  Oui, sans hésitation, si le spectacle, qui  vient de Franche-Comté, passe près de chez vous, après être  passé par le Théâtre de la Bastille.

Philippe du Vignal

Théâtre de la Bastille

http://www.elogedupoil.com/


Archive pour 31 mai, 2009

OCULUS

OCULUS Condition des soies Roubaix Chorégraphie de Thomas Duchatelet, image et son Jean-Paul Bredif, François Chalet et Claire Cardon

Dans cette belle salle de l’immense Condition des soies, ancienne manufacture réaménagée par Patrick Bouchain avec des lieux d’exposition, une rue intérieure, un bar chaleureux, quatre danseurs en maillots de bain tracent des jeux géométriques avec leurs propres images projetées en multiples sur un immense écran derrière eux. J’ai eu du mal à pénétrer dans le spectacle, mais une fois séduite c’est ludique en diable et ça pourrait captiver un très large public. Thomas Duchatelet a longtemps travaillé avec Pina Bausch, il tourne beaucoup à l’étranger, mais a du mal à s’imposer en France dans les institutions.

Edith Rappoport

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...