DE LA MONTAGNE ET DE LA FIN

DE LA MONTAGNE ET DE LA FIN  Maison de la Poésie

 

De Marina Tsvetaeva , texte français et mise en scène de Nicolas Struve
Stéphanie Schwarzbrod, incarne l’impossible, la brute et sublime beauté de Marina, poète entre tous dont j’avais dévoré avec délices, les carnets de sa vie rassemblés par sa fille Ariadna Efron, l’amour absolu de sa vie. Le visage de cette étonnante actrice se transforme, la diction hachée des lettres à Constantin Rodzevitch laisse place à une douceur et une beauté épanouie dans la dernière partie. Elle se dresse sur une arène de sable, où de minuscules maisonnettes et un petit chemin de fer symbolisant sa douloureuse et intense vie d’errance est tracé.

Edith Rappoport

 


Pas encore de commentaires to “DE LA MONTAGNE ET DE LA FIN”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...