La coupe et les lèvres

    Prix Théâtre 13/ jeunes metteurs en scène

La coupe et les lèvres d’Alfred de Musset, mise en scène de Maxime Kerzanet.

prixm.gifLa pièce est la première de ce curieux théâtre d’Alfred de Musset qui continue d’enflammer les écoles de théâtre mais disons-le tout de suite, celle ci n’ a rien de fabuleux; il s’agit de l’histoire d’un jeune homme, quelque peu déboussolé au sortir de l’adolescence.  Le malheureux Frank pourrait être un adolescent d’aujourd’hui, en proie à un profond mal-être que l’on enverrait sûrement consulter vite fait un psychiatre. Le texte de Musset , dit Maxime Kerzanet, « nous interroge sur notre rapport au monde et sur notre identité, sur ce que nous pouvons faire de notre vie, et la pièce est fondée sur l’envie de  confronter nos projets  à la réalité ».

  Et c’est bien ce dont il s’agit, toute la pièce un peu laborieuse porte  sur la désillusion et le désenchantement qui suivent la quête passionnée du jeune Frank, surtout dans les rapports nécessairement compliqués qu’il entretient avec les femmes. Maxime Kerzanet a rajouté un personnage l’adolescent  dont  le rôle est extrait d’autres textes de Musset dont une préface de la pièce Dédicace à M. Alfred Tattet, mais cela ne réussit pas à sauver ce qui n’est guère qu’un brouillon de ses  pièces ultérieures , même si l’on y retrouve les thèmes habituels du fameux auteur romantique.Rien à voir avec la qualité d‘On ne badine pas avec l’amour ou bien sûr de Lorenzaccio.., pour ne citer que les plus  connues.Et comme Maxime Kerzanet éclaire le début de la pièce avec des lampes de poche et la suite avec un éclairage minimal, on devine qu’un ennui de première qualité ne tarde pas à s’installer…

  image8.jpgEt malheureusement, ce n’est ni la mise en scène ni la direction d’acteurs assez flottantes ni la scénographie  non signée qui peuvent arranger les choses: c’est sans doute vue, par Maxime Kerzanet, la chambre d’un jeune homme d’aujourd’hui: soit un joyeux foutoir avec un matelas par terre, et un tas d’objets divers un peu partout: et il faut être bien naïf pour penser comme lui  » que la scénographie consistera à symboliser l’univers quotidien d’un adolescent actuel  » ????? et  » que chaque élément de la chambre pourra se transformer en en un accessoire nécessaire au déroulement de l’histoire de Frank ».  Désolé, une vraie scénographie est d’abord fondée sur une dramaturgie solide .Entre la coupe et les lèvres, il reste encore de la place pour un malheur dit le proverbe que cite Maxime Kerzanet.Cette mise  en scène n’a rien d’un vrai malheur  mais n’aurait jamais dû  arriver là. Daniel Mesguisch, nouveau directeur du Conservatoire national, dont sort  ce jeune homme , peut multiplier les cours de dramaturgie ; cela contribuera peut-être à faire réfléchir les élèves avant de se lancer dans la mise en scène et à écrire des notes d’intention un peu moins prétentieuses… Une petite consolation: une diction tout à fait correcte du texte, ce qui est quand même la moindre des choses-mais qui n’est pas toujours le cas- et la belle présence d’Aurore Paris, jeune et intelligente comédienne.

Philippe du Vignal 

 


Pas encore de commentaires to “La coupe et les lèvres”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...