Gérard Philipe 50 ans après

Les Cahiers de la Maison Jean Vilar, n° 108 juillet 2009
Gérard Philipe 50 ans après

cahiersjeanvilarjuillet2009.jpg50 ans après sa disparition Les Cahiers de la Maison Jean Vilar publient un numéro spécial consacré à Gérard Philipe et à son mythe. En guise d’introduction « Gérard Philipe, récit d’une vie » par Rodolphe Fouano, une biographie complète de l’acteur de théâtre et de cinéma, de l’artiste engagé politiquement, illustrée par des reproductions de documents (lettres, contrats…) et de nombreuses photos de répétitions, de spectacles, de tournages de films.
Quelques documents, articles, publications, inspirées par la figure de Gérard Philipe, entre autres une bande dessinée sur lui dans le journal illustré pour enfants « Cœur vaillant », donnent la mesure de sa dimension de star et de l’idolâtrie qui l’entourait.
Une partie de la revue réunit les regards portés sur Gérard Philipe par Marc Allégret, Marcel Carné, Calder, Maria Casarès, René Clair, Jean Cocteau, Armand Gatti, Maurice Jarre, François Mauriac, Michèle Morgan, Serge Reggiani, Claude Roy etc..
À travers une série de photos on découvre Gérard Philipe avec ses amis, sa famille, jouant au football, en coulisses, travaillant…
Des études sur le phénomène Gérard Philipe : « Gérard Philipe le symbole de l’après-guerre » de Claude Choublié et « La création du personnage » de Georges Sadoul, sont suivies des extraits d’entretien avec l’acteur « Théâtre et cinéma, les deux faces d’un même métier » paru dans « Cinéma » en décembre 1955.
D’autres témoignages et points de vue sont apportés par Philipe tesson (« Un mythe ou un homme ») et Jacques Lassalle qui inscrit dans une réflexion actuelle la figure de Gérard Philipe qui fut une révélation pour lui et pour sa génération.
Dans la partie de la revue consacrée à Jean Vilar, à lire un passionnant texte sur Maurice jarre « Du TNP aux Oscars » et un texte de Maurice Jarre Le décor sonore paru en 1952.

Irène Sadowska Guillon

Les Cahiers de la Maison Jean Vilar
Gérard Philipe 50 ans après
n° 108 juillet 2009

http://maisonjeanvilar.org

Maison Jean Vilar
Montée Paul Puaux
8 rue de Mons
84000 pavillon

On trouve tout ou presque tout sur Gérard Philipe à la bibliothèque de la Maison Jean Vilar : ses films, des documentaires, des maquettes des costumes de scène et de films, la presse de l’époque, des enregistrements audio des spectacles du TNP à Chaillot, des disques de poésie, sa correspondance, ses archives personnelles de Gérard Philipe données à la Maison Jean Vilar par sa famille.

 


5 commentaires

  1. Jean Michel JAMES dit :

    Je suis né en 1958 et je n’ai donc jamais vu sur scène Gérard Philipe.
    Néanmoins, j’ai énormement lu de livres sur le TNP, le festival d’avignon et bien sûr des biographies sur Gérard.
    Ce qui est constant dans tous les témoignages, c’est que Gérard a incarné pour toute une génération aussi bien au cinéma qu’au théatre le héros romantique idéal, qu’il a servi le théatre avec honneur , que sa grande rencontre avec vilar, c’est le talent avec le talent,le genie avec le génie. Ils ont offert aux septacteurs de l’époque les plus beaux spectacles. De son vivant c’était déjà une légende,un acteur mythique alors pas d’inquiétude je suis sûr que dans 100 ans on parlera encore de Gérard Philippe, de Jean Vilar et son extraordinaire troupe.

  2. Anne Marie Ferrand dit :

    Merci à vous Philippe Duvignal et à Gaeriel de m’avoir répondu ,je me sens un peu moins seule avec ma nostalgie « gerardphilipienne ».J’imagine bien votre émotion à Chaillot en pensant à lui en plus sur le lieu même de cette magnifique aventure que fut le T N P .J’ai de très très beaux souvenirs de théatre avec de très grands acteurs mais lui quand même…A la lecture de témoignages de gens qui l’ont connu aimé et travaillé avec lui ,il était non seulement un formidable acteur mais en plus il avait la beauté et la grâce,il était la lumière.
    Je vis maintenant en milieu rural et c’est bien difficile d’aller au théatre,c’est pour cela que j’aime bien le théatre du blog je vois qu’il se passe plein de choses.
    Gaeriel si vous êtes une fan de Gerard philipe comme je le suis,vous n’avez pas fini c’est une grand mère de plus de soixante ans qui vous écrit!!!

    Je serais bien sûr ravie d’avoir une copie des stances du Cid pour me régaler le soir à la chandelle,je vous remercie par avance de m’indiquer la marche à suivre.
    BONNES FETES ET BON THEATRE.Bien amicalement.

  3. Nous n’avons pas eu la chance non plus de voir sur scène Gérard Philipe, parce qu’il avait été remplacé le jour où je devais le voir. Je me souviens encore de notre prof de français au lycée Condorcet qui nous disait avoir été assez déçu par son jeu. Reste un bel acteur à la voix et au regard magnifique et une belle silhouette sans doute mieux faite pour le cinéma…qui continue à nous fasciner
    Je me souviens de l’immeuble rue de Tournon près du Sénat où il habitait.Je me souviens qu’il avait une maison de campagne à Cergy-Pontoise. Je me souviens qu’avec ses copains comédiens, il avait un jour balancé des seaux d’eau du toit de Chaillot sur les fans qui l’attendaient en bas après la représentation.
    Je me souviens encore du numéro de France-Soir annonçant sa mort un jour de novembre bien gris après un cancer du foie foudroyant, dû, a-t-on dit à l’abus d’alcool quand il était tout jeune, et combien nous étions tous tristes et trouvions cela injuste; cela me frappait d’autant plus qu’un de mes oncles avait été emporté dix ans avant du même cancer et aussi rapidement ; je me souviens aussi d’avoir rencontré son fils bien des années plus tard: il travaillait dans une entreprise de bonbons au café.
    Je me souviens avec émotion quand je dirigeais l’Ecole de Chaillot – c’est idiot- avoir emprunté le monte-charge où Agnès Varda l’avait photographié…De temps à autre, j’écoute encore les stances du Cid ou les dialogues de Lorenzaccio enregistrés sur cassette.Si cela vous intéresse, je peux vous faire une copie

  4. gaeriel dit :

    Je suis tout à fait d’accord! Moi qui ai 17 ans, je m’efforce de le faire connaître autour de moi, mais avec difficulté… et oui! les « jeunes » d’aujourd’hui (!) ne sont pas passionnés par les grands acteurs de jadis…mais je n’arrête pas pour autant, car cet acteur incomparable gagne vraiment à être connu!
    Parler d’une personne disparue, c’est un moyen de la faire revivre…

  5. Anne Marie Ferrand dit :

    Je n’ai pas eu la chance de voir Gerard Philipe au théatre mais je découvre et redécouvre ses films où l’on peut voir les mille et une facettes de cet acteur magnifique et entendre sa voix qui module et exprime si bien les émotions.
    Il ne faut pas oublier Gerard Philipe et surtout transmettre son souvenir aux jeunes générations.

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...