UNE FÊTE POUR BORIS

UNb>E FÊTE POUR BORIS  Tinel de la Chartreuse Festival d’Avignon De Thomas Bernhard, mise en scène Denis Marleau
Cette première pièce de Thomas Bernhard met en scène trois personnages étranges, une patronne cul-de-jatte tyrannisant sa bonne muette interprétée par un homme pour préparer l’anniversaire de son frère Boris qu’elle a fait sortir de l’hospice, qui mourra à la fin de la fête. Malgré l’impeccable interprétation des acteurs, on sent monter une irritation qui s’efface dans la deuxième partie, avec l’apparition d’un chœur d’une douzaine de vieillards cul-de-jatte  eux aussi, installés dans des boîtes sur un gradin. Ils entament un lamento sarcastique sur leurs conditions de vie à l’hospice. On ne sait si ce choeur est représenté par des images virtuelles (il semble que ce soit le cas, car ces acteurs ne viennent pas saluer à la fin), ou par des vivants en chair et en os. C’est la première fois que les nouvelles technologies jettent un trouble étrange en moi, sans doute à cause de cette désespérante fin de vie qui nous menace tous.

 

Edith Rappoport

 


Pas encore de commentaires to “UNE FÊTE POUR BORIS”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...