Festival d’Avignon 17 juillet

ANITYA d’OU  La manutention 17 juillet Concert spectacle dirigé par Christophe Cagnolan, textes de Roland Fichet
Une quinzaine de musiciens, chanteurs, danseurs et comédiens s’en donnent à cœur joie dans un concert de musiques très variées, du jazz au lyrique avec des séquences dansées et théâtralisées autour d’un leitmotiv, celui d’un fils ou d’une fille annonçant une rencontre amoureuse à son père qui les bannit, refusant d’accueillir l’étranger, plutôt mourir ! Tonique et plein de vitalité.

FICELLES Théâtre des Doms 17 juillet
Foule Théâtre, mise en scène Véronique DumontCe spectacle pour très jeunes enfants s’ouvre sur deux personnages qui se mettent au lit dans une armoire bretonne. Ils m’ont promptement endormie pour ne me réveiller qu’aux applaudissements.

LE PRÉAU D’UN SEUL (140) La Miroiterie 17 juilletLFKS Jean-Michel Bruyère
Ils sont plus d’une trentaine qui ont apporté leur pierre à cette troublante exposition sur les camps de rétention administrative, honte suprême de notre XXIe siècle, qui cernent notre Europe. De Pierre Bongiovanni à Thierry Arredondo en passant par Philippe Foulquié et Richard Castelli et bien d’autres, ils ont construit une œuvre plastique et audiovisuelle et aussi théâtrale essentielle, élément capital du Festival officiel.

Edith Rappoport


Archive pour 18 juillet, 2009

Les Dames Buissonnières

Les Dames Buissonnières  de Mariane Oestreicher-Jourdain, mis en scène de Didier Perrier.

image11.jpgCela se passe dans un espace d’accueil  du genre Bureau d’aide sociale.  Quatre femmes sont là,  Coline, Marie, Cathy et Andrée,vêtues de robes ou de pantalon grège, et toutes chaussées de Pataugas. Pauvres, atteintes au plus profond d’elles-même par des problèmes personnels ou familiaux et/ ou de logement et qui  n’ont pas réussi vraiment à remonter la pente… Elles vont vite faire connaissance, d’autant plus qu’elle ont tout leur temps pour parler, puisque, pour une raison incompréhensible, il n’y a personne pour les recevoir. L’une d’elles est enceinte, une autre a une ribambelle d’enfants, une autre encore ne voit plus le sien, qu’en fraude , sans qu’il s’en aperçoive, parce qu’il lui a dit un jour que cela sentait mauvais chez elle.

  Ce sont des « misérables « comme le dit l’auteure,   qui ont décidé de reprendre leur destin en main et de passer la nuit dans ce bureau, et au besoin, d’y faire une grève de la faim ..  Elles vont pendant une heure vingt à la fois nous parler de leur détresse et, en même temps, en ayant l’occasion peut-être unique avant longtemps  pour elles , d’ improviser une petite fête en l’honneur du futur bébé qui s’appellera Victoria.  C’est une sorte de fable contemporaine où les personnages ont une façon dérisoire mais bien à elle sde dire non au malheur et à la  profonde détresse qui continue à les imprégner. Il y a à la fois un fond de désespoir mais aussi une colère que l’on sent monter chez elles face aux puissances administratives qui les broient sans pitié. Elles réussiront quand même, sous l’autorité de la plus âgée , à reprendre conscience qu’elles aussi, même dans leur misère physique et morale,  ont droit à la parole, que c’est un bien inaliénable qu’elles doivent se réapproprier et que c’est grâce à cette parole qu’elles pourront être de nouveau inscrites dans un tissu social, aussi mince soit-il. Au moins, cette convocation  dans un service social aura  eu une utilité , celle de leur redonner espoir ensemble  et  de penser , avec l’appui de chacune d’entre elles , qu’elles ne sont pas seulement des gêneuses mais des être à part entière qui ont des droits, et qu’elles n’ont pas à être ignorées et méprisées par les énarques de tout poil qui sont aux manettes. Le  dialogue est à la fois criant de vérité,mais aussi des plus subtils, doté d’un sous-texte chargé d’émotions. Et comme c’est tout à fait bien dirigé par Didier Perrier, et que les quatre comédiennes- Dominique Bouché, Chantal Laxenaire, Catherine Pinet, Hélène Touboul- font un remarquable travail de création de personnage, le public  est ravi. Malgré une scénographie maladroite et un peu encombrante, le texte   de Mariane Oestreicher-Jourdain passe bien.  Même si les petits monologues/ chansons au micro, qui ponctuent l’action, n’apportent pas grand chose ; la pièce aurait aussi gagné à perdre quelque dix minutes mais ce n’est pas si fréquent d’entendre un texte contemporain de cette qualité; difficile en effet de ne pas être aussi simple,  aussi près des réalités les plus quotidiennes sans être jamais vulgaire, avec une certaine distance entre le propos et une langue qui dénonce  les choses sans pathos inutile mais avec efficacité. L’auteure comme le metteur en scène ont visé juste.
Certes, l’on ne peut être dupe, et Mariane Oestreicher-Jourdain ne l’est  pas : le théâtre- y compris celui d’agit-prop- n’ a jamais réussi à réformer une société mais s’il peut, à la mesure de ses moyens , aider  à éveiller les esprits, ce n’est déjà pas si mal. Et que la Région Picardie, qui, elle aussi, doit compter ses petits sous, crise oblige, ait choisi d’ aider ses compagnies  à venir en Avignon, sur le plan logistique,  comme l’ont aussi fait d’autres grandes régions françaises, cela correspond à une politique culturelle responsable et intelligente.. . Cela permet  que tout le monde puisse aller à la rencontre de ce type de spectacles dans le Festival Off qui, d’année en année, grignote des parts de marché: bien des spectacles sont sans grand intérêt, c’est incontestable mais celui- ci   fait partie  des meilleurs, disons même d’une certaine aristocratie , celle d’un in dans le off, et dans des conditions exigeantes qui n’ont rien à envier à celle d’un théâtre en ordre de marche d’une ville française: salle correcte, scène de bonnes dimensions et  bien équipée, accueil sympathique … Que demande le peuple? Qu’il soit repris à  Paris assez vite…
Alors à voir? Oui, sans aucun doute.

Philippe du Vignal

Espace Alya  31 bis rue Guillaume Puy, à 18 h 45; il y a un autre spectacle de la même auteure , Ecoute un peu chanter la neige, également mis en scène par Didier Perrier  au Ring 13 rue Louis Pasteur, que nous n’avons pas encore pu voir.

Une journée en Avignon à l’écart du bruit et de la fureur….


 Une journée en Avignon à l’écart du bruit et de la fureur....

avlgnonn007.jpgD’abord à 11 h 30, la grand messe ,disons pour faire court, des Syndicats  et organisations syndicales du Spectacle dans la Cour du Palais des Papes, avec sur la scène le décor d’Apollonia mise en scène de Warilowski que nous irons voir ce soir, et dans les gradins aux trois quarts pleins- soit un millier de personnes, des comédiens, techniciens , quelques figures poltiques dont François Parly, mais aussi de très nombreux directeurs de lieux, y compris Hortense Archambault, directrice avec Vincent Baudriller du Festival d’Avignon, tous inquiets et à juste titre pour l’avenir de la profession du spectacle vivant en France. François Le Pilouer , directeur depuis déjà longtemps du Théâtre National de Bretagne a  d’abord rappelé  avec calme mais fermeté que les trop fameux entretiens dits de Valois, du nom de la rue où officie désormais Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture,avaient été porteurs d’espoir mais qu’ils avaient  finalement  accouché d’une souris.

  En attendant, l’on voit bien qu’effectivement , l’engagement de l’Etat s’effrite  de tous les côtés.  Mais François Le Pilouer a aussi reconnu l’habileté de ce gouvernement à faire passer les pilules amères; le secrétaire adjoint de la CGT pour le personnel du Ministère a dénoncé toute la malfaisance de la RGPP , sigle devenu maudit ( Réduction  drastique des dépenses…) Jean-Michel Ribes, directeur du Théâtre du Rond-Point à Paris a mis en garde contre les ouvertures rapides qui sont, a-t-il dit dans un raccourci, autant de fermetures éclair. Ce qui est loin d’être faux!

  Les intervenants ont aussi rappelé avec raison que 80% de la profession gagnait  1, 3 SMIC, qu’un tiers de la profession avait été sortie du régime des intermittents du spectacle, et qu’enfin 1% seulement des intermittents ( les mieux rémunérés évidemment) se partageaient 25 % des indemnités de chômage…. Emmanuel Wallon, professeur d’Université, dans un très court exposé aussi brillant que concis, a fait remarqué qu’il ne pouvait y avoir d’appel à l’Etat qui ne soit aussi  un appel au peuple, et que le gouvernement était   pour le moment ,  passé en force, parce qu’il avait réussi à gagner l’opinion publique., et qu’il fallait donc réfléchir d’urgence à la nature des ripostes et  à recréer un univers de mobilisation générale .

  En effet, comme l’ont rappelé plusieurs intervenants,  de nombreux lieux de spectacle vivant étaient  devenus pauvres, voire exsangues, y compris  certains des plus prestigieux… Il faut tout de même remarquer que, les centres dramatiques et chorégraphiques importants, même s’ils ont dû rogner sur leurs dépenses de personnel, ont quand même en général un niveau de vie que peuvent leur envier bien des compagnies indépendantes qui ne savent même pas de quoi leur avenir est fait.P

 Puis François Le Pilouer a demandé que la salle vote pour l’élaboration d’un loi d’orientation spécifique à la profession du spectacle vivant, ce qui fut fait à l’unanimité moins trois abstentions, pour servir à la fois à des créations d’emplois, à la mise en place de contrats plus longs, et à des augmentations de salaires, et que soit mis d’urgence aux oubliettes cette espèce de monstre mis en place par les amis de M. Sarkozy, sorte de comité d’experts nationaux qui déciderait des grands axes de la création artistique, coiffant ainsi au poteau à la fois les différents structures nationales , notamment les directions régionales des affaires culturelles mais aussi les instances ministérielles. Bref, hier dans la grande cour du palais des Papes, il y avait , enfin, comme le commencement d’une véritable prise de conscience de la situation et de la nécessité d’une  d’unité.

  Le Festival d’Avignon , on l’oublie un peu trop souvent, est aussi un formidable lieu de rencontres professionnelles, tous genres confondus et une chambre d’écho  efficace.Un appel a été lancé pour un grand rassemblement le 21 septembre. A suivre donc…Frédéric Mitterrand aura ainsi l’occasion de mesure l’ampleur du travail qui l’attend; en tout cas, une chose est certaine: la France de la Culture est, elle aussi, entrée dans l’ère de la récession. Bienvenue dans le club….

Philippe du Vignal

Hommage à André Benedetto

Sur la Place des Carmes où est situé son théâtre qui était noire de monde, a eu lieu la cérémonie d’adieu à celui qui fut le premier créateur d’un spectacle off en 1967 ;  le Corse Jean Guérini, avait envoyé un message  émouvant qu’a très bien lu un petit garçon, où il rappelait que ce poète engagé avait aussi accueilli nombre de troupes étrangères dans son théâtre, à une époque où la chose ne passait pas pour évidente.

  Greg Germain , comédien des Caraïbes et directeur de la Chapelle du Verbe incarné, a magnifiquement lu un court poème de Derek Walcott, et a évoqué ses premières rencontres avec Benedetto, ses colères magistrales et sa générosité . Beaucoup d’autres, dont son frère René qui joua aussi dans ses spectacles , ses enfants, petits enfants ont rappelé  le père et le grand-père qu’il avait été, l’homme qui n’avait rien à faire d’une quelconque carrière et  était resté ancré à Tavel comme en Avignon, et n’avait pas cherché à monter à Paris, comme on disait alors. Il y avait aussi sa famille théâtrale: ses comédiens d’abord:  Hélène Raphel et Ludivine Bizot, qui jouent  dans La Sorcière ,  son scénographe Claude Djian, Guy Lenoir, le metteur en scène bordelais qui était à ses côtés depuis tant d’années,et qui rappela qu’il avait reçu généreusement les comédiens de Tananarive et d’Afrique dans son théâtre, Philippe Caubère , comédien et ami de toujours, Clémence Massart, comédienne qui a joué à l’accordéon et à la trompette Le temps des Cerises, Ernest Pignon-Ernest, peintre maintenant renommé , qui fit le décor d’Emballage en 69, Melly Puaux, l’amie et la veuve de Paul Puaux qui succéda à Jean Vilar à la tête du Festival, Jean-Pierre Léonardini, le critique théâtral de L’Humanité, Viviane Théophilidès, comédienne. …

  Tout le monde était bien triste. Mais au moins, comme disent les paysans, le poète et metteur en scène n’est pas parti tout seul, et c’est bien que ,loin du bruit et de la fureur, les quelques centaines d’amis qui, sans doute , ne l’avaient pas tous vraiment connus de près,  aient ce vendredi , le matin devant le Palais des Papes et le soir Place des Carmes aient pris de leur temps pour aller le saluer une dernière fois. C’est en tout cas, encore une page de l’histoire de ce Festival qui se tourne, et André manquera aux siens d’abord et au paysage avignonnais. Chaque fois que nous passerons Place des Carmes, une chose est sûre, nous aurons maintenant et plus qu’avant, une pensée pour lui.

 

Philippe du Vignal

Ph. du V.

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...