Festival des arts de la rue La Chaux de Fonds (Suisse)

PLAGE DES SIX POMPES Festival des arts de la rue La Chaux de Fonds Suisse

 C’est ma troisième visite dans ce festival sympathique fréquenté par des familles, avec beaucoup de guinguettes et de bars chinois, indiens, italiens. Il y a du sable et des jeux, il y règne un climat bon enfant,  mais les spectacles qui prolifèrent au coin des rues manquent pour le moins de poésie  et d’exigence professionnelle, malgré les ovations du public qui se presse nombreux et alimente la manche réclamée par 350 bénévoles pendant la semaine du festival. Il faut souligner l’abus de sonorisations ainsi que la piètre qualité des musiques régnant sur cette Plage des six pompes. Tango Sumo, une équipe de danseurs de Morlaix présente un nouvel essai Moyen plume, deux lutteurs qui s’affrontent accompagnés par un percussionniste. Le noir domine le petit blanc, les rapports s’inversent. On se laisse distraire par cet humour matamore techniquement réussi, qui reste tout de même anecdotique. The Pitts family circus de Tasmanie avec Famille, je te hais présente un duo acrobatique plutôt bien fait d’un couple anglophone, perturbé par une sonorisation et des musiques de grandes surfaces, avec un joli final grâce à la présence de leur étonnant petit acrobate de 4 ans. Henri Gallot-Lavallée et Plonk et Replonk  venu de Royal de luxe nous déçoit avec sa machine à barbapapa à claquette électrique. Une installation au coin d’une rue, machine étrange près d’un tepee qui se déploie, une présentatrice qui nous sert un discours en italien, et sur fond des Neiges du Kilimandjaro d’Adamo, les castagnettes s’entrechoquent et la machine fait un peu de barbapapa .  Un grand plouf que ce Plonk ! Le clou de la soirée annoncé par Manu Moser directeur du festival, Pluie d’argent conçue par Superbuffo and the crew peine à relever le niveau, malgré un présentateur suisse allemand doué d’un beau talent de bonimenteur. On envoie en l’air deux petits avions téléguidées qui  font tomber mille francs suisses sur la foule. On peut parler encore d’un plouf malgré l’accueil chaleureux des spectateurs locaux.

Edith Rappoport


Archive pour 8 août, 2009

Festival des arts de la rue La Chaux de Fonds (Suisse)

PLAGE DES SIX POMPES Festival des arts de la rue La Chaux de Fonds Suisse

 C’est ma troisième visite dans ce festival sympathique fréquenté par des familles, avec beaucoup de guinguettes et de bars chinois, indiens, italiens. Il y a du sable et des jeux, il y règne un climat bon enfant,  mais les spectacles qui prolifèrent au coin des rues manquent pour le moins de poésie  et d’exigence professionnelle, malgré les ovations du public qui se presse nombreux et alimente la manche réclamée par 350 bénévoles pendant la semaine du festival. Il faut souligner l’abus de sonorisations ainsi que la piètre qualité des musiques régnant sur cette Plage des six pompes. Tango Sumo, une équipe de danseurs de Morlaix présente un nouvel essai Moyen plume, deux lutteurs qui s’affrontent accompagnés par un percussionniste. Le noir domine le petit blanc, les rapports s’inversent. On se laisse distraire par cet humour matamore techniquement réussi, qui reste tout de même anecdotique. The Pitts family circus de Tasmanie avec Famille, je te hais présente un duo acrobatique plutôt bien fait d’un couple anglophone, perturbé par une sonorisation et des musiques de grandes surfaces, avec un joli final grâce à la présence de leur étonnant petit acrobate de 4 ans. Henri Gallot-Lavallée et Plonk et Replonk  venu de Royal de luxe nous déçoit avec sa machine à barbapapa à claquette électrique. Une installation au coin d’une rue, machine étrange près d’un tepee qui se déploie, une présentatrice qui nous sert un discours en italien, et sur fond des Neiges du Kilimandjaro d’Adamo, les castagnettes s’entrechoquent et la machine fait un peu de barbapapa .  Un grand plouf que ce Plonk ! Le clou de la soirée annoncé par Manu Moser directeur du festival, Pluie d’argent conçue par Superbuffo and the crew peine à relever le niveau, malgré un présentateur suisse allemand doué d’un beau talent de bonimenteur. On envoie en l’air deux petits avions téléguidées qui  font tomber mille francs suisses sur la foule. On peut parler encore d’un plouf malgré l’accueil chaleureux des spectateurs locaux.

Edith Rappoport

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...