Les portes de la nuit

bartabas006.jpgFaute de places disponibles, beaucoup de candidats au dernier, « lever de soleil » de Bartabas ce dimanche 9 août sont restés derrière les grilles des arènes de Lutèce. Ils ont tenté d’apercevoir dans la longue allée qui mène aux arènes les passages furtifs du ballet que Bartabas réalise dans la pénombre avec son cheval, Le Caravage, au rythme d’une musique de flûte du musicien turc Kudsi Erguner. Pour la première, des centaines de spectateurs, dont le ministre de la culture Frederic Mitterrand, se sont retrouvé dès 5h du matin, derrières d’autres grilles, celles du jardin des tuileries. A l invitation de Patrice Martinet, c’est la 6ème fois que Bartabas propose cette cérémonie au public, animant d’une ferveur décalée, ces petits matins d été dans différents lieux de la capitale. A chaque fois le public a le privilège de vivre cet instant magique poétique et simple de la rencontre entre la musique, le cheval et l’homme. Vers 6H30 le rituel s achève, l’écuyer Bartabas quitte son cheval par un intime tête à tête dont lui seul a le secret.
Il retire la selle, laissant le cheval au milieu des spectateurs,le cheval s’ébroue dans le sable et retrouve pour quelques instants des mouvements de liberté perdus par ses ancêtres il y a bien longtemps….

 

Jean Couturier

 

 


Archive pour 12 août, 2009

Les portes de la nuit

bartabas006.jpgFaute de places disponibles, beaucoup de candidats au dernier, « lever de soleil » de Bartabas ce dimanche 9 août sont restés derrière les grilles des arènes de Lutèce. Ils ont tenté d’apercevoir dans la longue allée qui mène aux arènes les passages furtifs du ballet que Bartabas réalise dans la pénombre avec son cheval, Le Caravage, au rythme d’une musique de flûte du musicien turc Kudsi Erguner. Pour la première, des centaines de spectateurs, dont le ministre de la culture Frederic Mitterrand, se sont retrouvé dès 5h du matin, derrières d’autres grilles, celles du jardin des tuileries. A l invitation de Patrice Martinet, c’est la 6ème fois que Bartabas propose cette cérémonie au public, animant d’une ferveur décalée, ces petits matins d été dans différents lieux de la capitale. A chaque fois le public a le privilège de vivre cet instant magique poétique et simple de la rencontre entre la musique, le cheval et l’homme. Vers 6H30 le rituel s achève, l’écuyer Bartabas quitte son cheval par un intime tête à tête dont lui seul a le secret.
Il retire la selle, laissant le cheval au milieu des spectateurs,le cheval s’ébroue dans le sable et retrouve pour quelques instants des mouvements de liberté perdus par ses ancêtres il y a bien longtemps….

 

Jean Couturier

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...