L’écrivain public

    L’écrivain public , texte et mise en scène de Juliet O’ Brien.

ecrivainpubliccopie.jpgIl s’agit d’une sorte de rencontre entre  Rouvesquen ,un écrivain public , qui n’a jamais réussi à être vraiment un écrivain à part entière et que l’on vient voir pour toutes sortes de textes: discours , requêtes,  lettres d’amour, etc… et  Lansko, un jeune émigré qui a laissé sa femme dans son pays d’origine , Morland, pays plombé par un régime totalitaire. Rouvesquen, d’abord très méfiant, finit par se laisser apitoyer par ce jeune homme malheureux, illettré  qui, la rage au ventre,  essaye de maîtriser les fondements du Français parlé dans un pays pas très accueillant. Rouvesquen finira par lui apprendre le Français, lui écrira ses lettres pour sa femme et lui lira les siennes quitte à tricher un peu beaucoup et  l’aidera dans ses nombreuses et obscures démarches administratives, en échange de quelques travaux de peinture. Il lui enseignera aussi à comparer la qualité des vins. On ne vous dévoilera pas pas  la fin tragique de l’histoire, même si elle est quelque peu téléphonée… Mais Rouvesquen, en écrivant à la femme de Lansko, recouvrera une sorte de virginité littéraire qui le sortira de son cynisme et des lettres banales  et des discours stéréotypés qu’il est obligé d’écrire à la place des autres, alors qu’il n’en a bien entendu aucune envie.Il  va y avoir entre eux des relations presque filiales, même si, au début,  Rouvesquen est constamment sur la réserve devant ce jeune homme dynamique qui veut mordre la vie à pleines dents , malgré l’absence de sa femme et tout ce qu’il a subi dans son pays.Et cela lui donne sans doute une force, une intelligence des choses et une volonté de s’en sortir particulièrement convaincantes
Rouvesquen a en effet d’autre clients comme ce brave homme très simple,  qui doit prononcer un petit texte en l’honneur de sa  fille qui se marie avec un jeune homme issu d’un milieu très bourgeois, ou de cette dame quelque peu hystérique en tailleur rouge, un peu  déjantée qui veut écrire une sorte de  testament pour ses enfants qui ne lui parlent plus.
Nous avions vu la première version de la pièce montée au Théâtre Romain Rolland de Villejuif quand Juliet O’Biren y était en résidence , invitée par Alain Mollot. La pièce depuis s’est bonifiée, même si les ressorts dramaturgiques  sont parfois un peu gros et s’il aurait mieux valu que la mise en scène soit confiée… à un metteur en scène qui traduise un plus efficacement cette. Juliet O’Brien ne s’en sort pas mieux qu’à Villejuif: la  scénographie , toute en éléments à roulettes, ne sert ni la pièce ni les comédiens  et il y a beaucoup de maladresses ,de naïvetés ( les apparitions de Leila, la jeune femme de Lansko à l’avant-scène,des ombres chinoises et de la lumière rouge quand cela devient tragique) et de longueurs qui auraient pu être évitées, ce qui aurait donné au texte beaucoup plus de force et de précision.
La direction d’acteurs est aussi quelque peu flottante, et Dominique Langlais/ Rouvesquen qui compose très finement ce personnage d’écrivain public, se met parfois à réciter son texte,  mais Bob Kelly / Lansko est tout à fait remarquable d’intelligence et de sensibilité. Malgré  tout cela, la pièce s’en tire et L’Ecrivain public est un théâtre  qui n’est pas sans rappeler celui de Pagnol: si l’on  veut bien accepter ou  les règles du jeu, pour ne pas dire les ficelles   de cette histoire d’amour et d’exil, un peu taillée à la tronçonneuse mais qui ne manque pas de charme.
Alors à voir? Oui, pourquoi pas; en tout cas, le public était enthousiaste…

Philippe du Vignal

Théâtre 13  100 rue de la Glacière. Métro Glacière, jusqu’au 18 octobre.


Archive pour 19 septembre, 2009

L’écrivain public

    L’écrivain public , texte et mise en scène de Juliet O’ Brien.

ecrivainpubliccopie.jpgIl s’agit d’une sorte de rencontre entre  Rouvesquen ,un écrivain public , qui n’a jamais réussi à être vraiment un écrivain à part entière et que l’on vient voir pour toutes sortes de textes: discours , requêtes,  lettres d’amour, etc… et  Lansko, un jeune émigré qui a laissé sa femme dans son pays d’origine , Morland, pays plombé par un régime totalitaire. Rouvesquen, d’abord très méfiant, finit par se laisser apitoyer par ce jeune homme malheureux, illettré  qui, la rage au ventre,  essaye de maîtriser les fondements du Français parlé dans un pays pas très accueillant. Rouvesquen finira par lui apprendre le Français, lui écrira ses lettres pour sa femme et lui lira les siennes quitte à tricher un peu beaucoup et  l’aidera dans ses nombreuses et obscures démarches administratives, en échange de quelques travaux de peinture. Il lui enseignera aussi à comparer la qualité des vins. On ne vous dévoilera pas pas  la fin tragique de l’histoire, même si elle est quelque peu téléphonée… Mais Rouvesquen, en écrivant à la femme de Lansko, recouvrera une sorte de virginité littéraire qui le sortira de son cynisme et des lettres banales  et des discours stéréotypés qu’il est obligé d’écrire à la place des autres, alors qu’il n’en a bien entendu aucune envie.Il  va y avoir entre eux des relations presque filiales, même si, au début,  Rouvesquen est constamment sur la réserve devant ce jeune homme dynamique qui veut mordre la vie à pleines dents , malgré l’absence de sa femme et tout ce qu’il a subi dans son pays.Et cela lui donne sans doute une force, une intelligence des choses et une volonté de s’en sortir particulièrement convaincantes
Rouvesquen a en effet d’autre clients comme ce brave homme très simple,  qui doit prononcer un petit texte en l’honneur de sa  fille qui se marie avec un jeune homme issu d’un milieu très bourgeois, ou de cette dame quelque peu hystérique en tailleur rouge, un peu  déjantée qui veut écrire une sorte de  testament pour ses enfants qui ne lui parlent plus.
Nous avions vu la première version de la pièce montée au Théâtre Romain Rolland de Villejuif quand Juliet O’Biren y était en résidence , invitée par Alain Mollot. La pièce depuis s’est bonifiée, même si les ressorts dramaturgiques  sont parfois un peu gros et s’il aurait mieux valu que la mise en scène soit confiée… à un metteur en scène qui traduise un plus efficacement cette. Juliet O’Brien ne s’en sort pas mieux qu’à Villejuif: la  scénographie , toute en éléments à roulettes, ne sert ni la pièce ni les comédiens  et il y a beaucoup de maladresses ,de naïvetés ( les apparitions de Leila, la jeune femme de Lansko à l’avant-scène,des ombres chinoises et de la lumière rouge quand cela devient tragique) et de longueurs qui auraient pu être évitées, ce qui aurait donné au texte beaucoup plus de force et de précision.
La direction d’acteurs est aussi quelque peu flottante, et Dominique Langlais/ Rouvesquen qui compose très finement ce personnage d’écrivain public, se met parfois à réciter son texte,  mais Bob Kelly / Lansko est tout à fait remarquable d’intelligence et de sensibilité. Malgré  tout cela, la pièce s’en tire et L’Ecrivain public est un théâtre  qui n’est pas sans rappeler celui de Pagnol: si l’on  veut bien accepter ou  les règles du jeu, pour ne pas dire les ficelles   de cette histoire d’amour et d’exil, un peu taillée à la tronçonneuse mais qui ne manque pas de charme.
Alors à voir? Oui, pourquoi pas; en tout cas, le public était enthousiaste…

Philippe du Vignal

Théâtre 13  100 rue de la Glacière. Métro Glacière, jusqu’au 18 octobre.

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...