À la recherche de l’âge d’or

À la recherche de l’âge d’or d’après Georges Feydeau, adaptation et mise en scène  de Susana Lastreto

Susana Lastreto s’attaque ici à une pièce peu connue, jugée irreprésentable, L‘Age d’or de Feydeau. Une comédie musicale qui raconte « les tribulations héroïco-comiques et musicales de la famille Follentin à travers les âges, qui va aller à la recherche de cet âge d’or qui se trouve forcément ailleurs, dans les siècles passés ou futurs ».
Monsieur Follentin, employé aux Affaires Étrangères, a hérité d’une somme importante qu’il s’est empressé  de dilapider. Assommé par les impôts, il se considère trahi par son collègue Bienencourt auquel on a donné le poste de chef de bureau qu’il convoitait  et qui lui avait été promis.
Raison de plus pour être fâché avec son époque et  pour  s’évader dans un  âge d’or  où tout ne serait « qu’ordre et beauté, luxe calme et volupté », comme  le rêvait Baudelaire dans une autre invitation au voyage. Il s’endort , alors que sa fille  Marthe est en train de lui faire la lecture de La Reine Margot d’Alexandre Dumas. Dans le rêve,  il va voyager, en compagnie de sa femme Caroline et de Marthe, à travers les époques passées et futures , à la recherche de l’âge d’or.

  Mais toutes ces époques s’avèrent encore plus effrayantes que la sienne. Attirée par la forme de la pièce, une comédie musicale, et par son sujet : la quête d’un monde meilleur, Susana Lastreto l’adapte librement,  et en garde l’essentiel en l’enrichissant de deux scènes de son cru qui s’intègrent dans la trame de  la pièce : à savoir le moment où  tourne ta roue du  temps, pour revenir à l’époque de Follentin et à la rencontre entre Feydeau et  Shakespeare.
Les scènes, les personnages, et la thématique des phénomènes sociaux : féminisme, drogue, orgies, culte de la jeunesse, etc. et l’architecture verticale du XXe siècle sont de Feydeau,  véritable visionnaire. Susana Lastreto y ajoute quelques brèves incursions dans les grands moments de l’histoire du XXe siècle comme la guerre entre protestants et catholiques en Irlande, comme un  écho à la Saint-Barthélemy évoquée dans la pièce et aux autres guerres qui ont jalonné le XXe siècle que ni Feydeau ni son Follentin en quête d’un monde meilleur ne pouvaient prévoir.
La partition originale de cette comédie musicale a été perdue mais Annabel de Courson et Georges Migoya ont créé les musiques des chansons et la bande-son assumées sur scène en direct par les acteurs. Un chœur comique, joué par des élèves de l’École Lecoq, constitue le fil conducteur du spectacle et  commente les péripéties des personnages. Avec un remarquable savoir-faire, Susana Lastreto nous transporte , comme dans un rêve, dans le Paris de Charles IX, de Louis XVI, de 1905 ou de l’an 2000, dans un espace dépouillé, sans aucun décor, avec juste une table, des chaises et des portes sans lesquelles Feydeau ne serait pas Feydeau.
Six excellents comédiens, chanteurs, et complices du travail de Susana Lastreto, suggèrent les différents  lieux par la parole et par le jeu,  en sollicitant l’imaginaire des spectateurs. Comme ils maîtrisent parfaitement la mécanique de Feydeau, les acteurs impriment une humanité à leurs personnages, ce qui les rend à la fois crédibles et attachants. François Frappier  est irrésistible en Follentin, drôle et parfois bouleversant dans sa noire intrépidité, Bernadette Le Saché joue  sa femme, stricte et dévouée; Helène Hardouin est  Marthe, à la fois bonne fille, décidée et fofolle. Un spectacle brillant, drôle, et intelligent…

Irène Sadowska Guillon

Théâtre Dejazet à Paris
41 boulevard du Temple  75003 Paris  t: 01 48 87 52 55. Jusqu’au 5 janvier ( Spectacle  créé au Festival « En compagnie d’été » en août dernier  au Théâtre 14 )

 


Pas encore de commentaires to “À la recherche de l’âge d’or”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...