Sur la Route

Sur la Route,  conception et mise en scène d’Antoine Rigot.

   surlaroute01.jpg Antoine Rigot avec Agathe Oliver avait créé un duo sur le fil qui lui avait valu le Grand Prix national du Cirque en 93. Mais en 2000, il fut victime d’une chute;  après l’ épreuve douloureuse qu’il a subi, et , malgré son handicap,  il a quand même décidé de continuer à remonter des spectacles-dont le dernier vient d’être joué à la Ferme du Buisson-et à en être l’interprète.
Avec ce que l’on peut imaginer , d’énergie surhumaine et de volonté physique pour s’en sortir après une difficile rééducation. Sur la Route s’inspire d’Œdipe sur la Route, roman d’Henry Bauchau. Chassé de Thèbes, Œdipe reprend la route,  comme Antoine Rigot.  » Je ne veux pas , dit-il, travailler sur la tragédie d’Œdipe ni sur son mythe moderne, je veux travailler sur ma terrible histoire et sur le chemin à parcourir pour me reconstruire. Comment continuer à vivre, artiste physique au corps blessé. Où est ma place? »

  Et il se met en scène , lui avec son corps blessé et une jeune  funambule finlandaise Sanja Kosonen: c’est comme une sorte d’étrange duo: il ne la quitte pas des yeux, très attentif , et elle le regarde comme s’ il était son père ou son frère,  présence indispensable  aux prouesses techniques qu’elle réalise sur le fil.Sur un dispositif triangulaire fait de barres d’acier inox et et de câbles tendus, imaginé par Antoine Rigot et Patrick Vindimian , et qui constitue en lui-même une belle sculpture d’art minimal.
La parenté avec le texte de Bauchau  et  le mythe d’Œdipe n’est pas évidente, et l’on ne sait pas trop bien ce que l’on vient voir pendant 50 minutes. Si l’on posait la question de façon cynique, le spectacle, avec la seule performance de Sanja Kosonen, se suffirait-il à lui-même? Chacun y répondra en fonction de sa propre sensibilité, mais restent dans la mémoire quelques belles images, surtout celles du début du spectacle où il est couché et où elle le tire en l’injuriant en finlandais et arrive à le relever, et celles  de la fin où la jeune funambule aide Antoine Rigot à se hisser sur le fil et à lui faire faire quelques pas jusqu’à une petite plate-forme, comme pour dire que rien n’est définitivement perdu…

 Les spectateurs dans leur majorité, surtout les plus jeunes, étaient  conquis,  quelques professionnels  qui étaient près de nous semblaient plus partagés devant cet ovni, dont l’auteur semble revendiquer à la fois la forme théâtrale et circassienne, ce qui est loin d’être évident à réaliser. Mais l’on sent une telle énergie et une telle volonté d’en découdre chez Antoine Rigot que l’on peut être sûr qu’il finira par trouver sa nouvelle route à lui.

Philippe du Vignal

Spectacle vu à La Ferme du Buisson à Noisiel, et actuellement en tournée ( voir le site de la Compagnie des Colporteurs):

 


Pas encore de commentaires to “Sur la Route”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...