CAILLOUX

CAILLOUX , concerto pour marionnettes et contrebasse du Théâtre sans toit, conception et mise en scène de Pierre Blaise, musique et interprétation Jean-Luc Ponthieu, marionnettes de Veronika Door.

  C’est un spectacle sans paroles, sans histoire,  présenté à des enfants de trois ans. Un  contrebassiste, trois comédiens et de gros cailloux qu’on colore et qui se promènent dans l’espace, qui font peur et qui font rire. C’est du grand art contemporain en musique comme dans le domaine plastique, avec un musicien qui joue dans tous les sens de sa contrebasse et trois acteurs très complices. On entend par moments d’adorables petits rires. Et pourtant Cailloux n’a connu qu’une trentaine de représentations depuis sa création l’an dernier…

Edith Rappoport

***********************************************************************************************

Nous confirmons; dans le marécage de la bêtise universelle des  spectacles dit pour enfants, et que l’on qualifie maintenant de « tout public »,  ce Cailloux fait figure d’exception. Comme une sorte de théâtre non figuratif,  exigeant  où l’essentiel  ne se dit pas,mais se voit comme dans une oeuvre plastique, inspiré par les créations du groupe Cobra, nom fabriqué à partir des premières lettres des capitales: Copenhague, Bruxelles, Amsterdam, dont été originaires les artistes qui l’ont fondé au début des années cinquante.
Les trois marionnettes à tige que manipulent les trois acteurs, le faux/ vrai castelet en planches de bois qui tient plus d’une sculpture et qui se monte grâce à de petits câbles tirés à vue, la lumière en symbiose avec la musique en direct de Jean-Luc Ponthieu, remarquable contrebassiste de jazz : il n’y a pas la moindre trace de médiocrité dans ce spectacle de quarante minutes.
Le plus émouvant: la salle, pourtant remplie de deux classes de maternelle, parait vide, vu la taille des spectateurs, et reste très silencieuse  grâce  aussi à leur extrême attention. Le plus révélateur: les enfants, futurs adultes,  ne font pas de cadeau et  rient aux éclats… quand un des personnages se tape le pied par mégarde avec son grand bâton de marche!
Mais Cailloux n’attire pas beaucoup  les programmateurs sans doute assez frileux dès lors qu’il s’agit de spectacles qui n’entrent pas dans un  cadre formaté et rassurant. Que Pierre Blaise se rassure:  Catherine Dasté et Antoine Vitez, comme il le sait sans doute, ont  connu les mêmes difficultés quand il  créèrent leurs  formidables spectacles dans les années 70… L’histoire  bégaie souvent!

Philippe du Vignal
On peut voir les autres spectacles du Théâtre sans toit: Les Castelets de fortune et Le dernier Cri de Constantin à l’Étoile du Nord jusqu’au 30 janvier. Tél 01 42 26 47 47

 


Pas encore de commentaires to “CAILLOUX”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...