TOUS LES CHOISYENS DU MONDE

 

TOUS LES CHOISYENS DU MONDE 

   Depuis dix ans, le Théâtre Paul Éluard organise Tous les Choisyens du monde, opération de plusieurs mois visant à retrouver la vocation essentielle de leur théâtre , en faisant des habitants l’origine des œuvres autant que leurs destinataires. Cette année s’ouvre sur une exposition du photographe Pierre de Vallombreuse qui a séjourné sur la ville, et a photographié notamment la dalle, vaste espace commercial hérissé de tours en pleine déshérence et en cours de réaménagement.Mais bien peu de gens semblent s’intéresser à ces photos…. Le théâtre est plein de jeunes qui s’apprêtent à monter sur le plateau, accompagnés de leurs familles, le bar est accueillant, le maire fait son discours sans langue de bois et nous sommes admis dans la salle, divisés en groupes distingués par une  couleur différente, sous la conduite d’un guide qui nous emmène dans plusieurs espaces pour voir sept artistes.
La chanteuse Françoise le Golvan  ouvre la soirée accompagnée par Sébastien Libolt:  elle a son petit charme quand elle évoque les rencontres à Choisy qu’elle a mises en musique. Valérie Grail avec cinq acteurs professionnels, accompagné de trois jeunes amateurs de Choisy lance ses Paroles d’ici pour images de là, dialogue pertinent entre des photos de Pierre de Vallombreuse et des paroles, des lettres échangées recueillies dans la ville.
Mais  le clou de la soirée est sans aucun doute  le spectacle de danse monté par Pascaline Verrier avec cinq  garçons tout juste entrés au collège, mobilisés après bien des efforts pour faire des confidences
pendant des semaines sur leur vie quotidienne , plutôt que d’aller jouer au foot, et pour en faire ensuite  de la danse. Ils ont une réelle maîtrise de leur corps, de l’humour et de la fraîcheur !
Le reste de la soirée est plus aléatoire; comme  le temps d’attente entre les différents espaces est en effet trop long, et que  la technique est mal maîtrisée, le public s’évapore peu à peu. Bernard Sultan, vieux complice du Théâtre Paul Éluard, joue un étrange personnage, « occidental accidentel (…) issu de ce tourbillon qu’on appelle ville » en faisant irruption  d’un ascenseur extérieur au théâtre, mais  son discours est un peu désordonné et énigmatique.
Le  texte de   Praline Gay Para ,  conteuse,   semble un peu  crispé comme celui   de Jean-Pierre Siméon, mis en scène par Cendre Chassanne, pourtant interprété par deux  bons comédiens professionnels. C’est paradoxal mais  sont les amateurs qui ont fait le sel de la soirée !

Edith Rappoport

Théâtre Paul Eluard de Choisy-le-Roi

 


Autres articles

Pas encore de commentaires to “TOUS LES CHOISYENS DU MONDE”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...