Hetty

Hetty, d’après les écrits d’Etty Hillesum, création théâtrale et mise en scène d’Antoine de Staël.

 

  Antoine de Staël qui avait monté Les Justes d’Albert Camus l’an passé avec un certain succès ( voir le Théâtre du Blog) a choisi cette fois de prendre comme base d’un spectacle les Ecrits ( Journal et Lettres) d’Etty Hillesum, jeune hollandaise juive qui disparut à 27 ans, victime de la barbarie nazie.Et son épais Journal auquel elle se confie, sans savoir encore le sort qui va être le sien et celui de la plus grande partie de sa famille, frappe par son intelligence, sa générosité  et sa volonté, malgré tout, de ne pas désespérer de l’être humain, tout en restant lucide.  » La saloperie des autres est aussi en nous. Et je ne vois pas d’autre solution que de rentrer en soi-même et et d’extirper de son âme toute cette pourriture. je ne crois pas que nous puissions corriger quoi que ce soit dans le monde extérieur que nous n’ayons d’abord corrigé en nous. L’unique leçon de cette guerre est de nous avoir appris à chercher en nous-même et pas ailleurs ».
  Cette écriture et cette rigueur sont étonnantes : Etty Hillesum qui a dû écrire ces lignes quand elle avait quelque vingt cinq ans, allait orienter sa vie vers toujours plus de spiritualité, alors qu’elle voyait chaque jour le malheur et le désespoir autour d’elle.
  Antoine de Staël a choisi de faire entendre cette voix unique par quatre jeunes comédiennes qui le disent et l’interprètent oralement et gestuellement soit seules soit en choeur sur une scène nue, avec juste quatre châssis noirs d’un côté et peints de couleurs primaires de l’autre côté. ( Pas exemplaires les chassis, mais bon…)
Dans une sorte de dénuement presque total, où les quatre actrices sont en stricte robe noire ou parfois nues, ce  qui n’est pas sans rappeler certains spectacles du regretté Grotowski comme Akropolis qui auraient  été revisités par Pina Bausch. Audrey Boulanger, Anne Jeanvoine, Valérie Maryane et Alexandra Sollogug forment un quatuor qui fonctionne bien , avec beaucoup d’unité même si, au début, le spectacle a un peu de mal à décoller.

  La mise en scène d’Antoine de Staël est précise, et il sait de toute évidence diriger ses actrices qui ont chacune une belle personnalité; reste à peaufiner ce spectacle encore un peu brut de décoffrage, mais où il y a de très fortes images qui traduisent bien le déchirement et en même temps la foi qu’Etty Hillesum avait dans un avenir de l’humanité qu’elle ne verrait pourtant jamais…

Philippe du Vignal

Le spectacle a été présenté pour trois avant-premières à la Maison de la Culture de Créteil.

 

 


3 commentaires

  1. Nous n’avons pas l’habitude de répondre aux commentaires injurieux et anonymes concernant mes collaborateurs ou moi-même. Mais apprenez, puisque vous ne semblez pas le savoir, que l’injure dans la presse est passible de poursuites judiciaires, et les journaux électroniques n’échappent pas à la règle. Bien que vous n’ayez pas le courage de signer votre commentaire, l’on peut vous retrouver facilement.
    Tenez-le vous pour dit et la prochaine fois, soyez plus courageux et mieux inspiré quand vous nous enverrez un commentaire… et écrivez-le en français!

    Philippe du Vignal

  2. Sébastien Davis dit :

    « Si l’on ne croit pas à la liberté d’expression pour les gens qu’on méprise, on y croit pas du tout. » Noam CHOMSKY.
    Je ne souhaite pas particulièrement prendre sa défense. Il a été directeur de l’école de Chaillot.
    Il a « cassé » une de mes mises en scènes. Tout n’était pas faux. Loin de là.
    Tout n’était pas justifié non plus. Ainsi soit-il…

  3. association des spectateurs d'ile de france dit :

    c’est un message qui s’adresse à monsieur philipe du vignal.
    Nous lui demandons d’arreter d’écrire des critiques. nous trouvons son travail déshonorant pour la profession de critique et pour le theatre. son travail et sa pensée sont révolu. ce site est une honte .
    Nous avons l’impression d’un esprit limité et anxiogène.
    Il n’y a pas d’amour dans ce qu’il écrit et l’on peut presque toujours pensée le contraire sans ce tromper. il encourage un temps révolue . cela fait vraiment peur. nous esperons que cet homme n’a jamais eu d’autre poste que celui de critique.
    Ne doutonslu de la médiocrité de ce blog que nous essayons pourtant de suivre depuis maintenant plus d’un an.
    ce blog a l’air d’etre une maison de retraite pour les champignons du theatre en manque de travail et d’actions.
    ca sent la poussière et la mort.
    et le theatre devait tant etre le contraire.
    bref voilà encore un exemple des méfait d’internet.

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...