SOUS LES VISAGES

SOUS LES VISAGES Scénario, dramaturgie et mise en scène de Julie Bérès.

  Nous avions  découvert Julie Bérès en 2001, avec Poudre au Théâtre national de Chaillot, spectacle plastiquement très soigné, dont nous gardons le souvenir d’un spectacle sans paroles.
Sous les visages est un voyage onirique autour d’une Agnès licenciée de son entreprise médiatique, qui affronte les sarcasmes, l’indifférence et le mépris de sa supérieure hiérarchique et de ses collègues. Le spectacle s’ouvre sur un rêve de dédoublement, de souffrance physique, on voit un corps qui enfle, qui se vautre et s’étire, un autre au fond qui devient filiforme. On est constamment tenu en haleine par une utilisation très fine de nouvelles technologies, du décor étonnant de Goury, la scène du licenciement d’Agnès avec une « fête » où un personnage s’envole sur lampadaire, où la nappe du buffet s’élève jusqu’aux cintres est  étonnante.
Il a aussi les recommandations horticoles pour garder la forme, de la patronne qui cultive un jardin d’où émergent des bras, des têtes et même un derrière ! Servi par sept bons comédiens  dont le remarquable Gilles Ostrowsky, ce spectacle insolite, drôle et très contemporain sera présenté au Théâtre des Abbesses à Paris à la fin de la saison.

 

Edith Rappoport

 

Spectacle vu au Granit de Belfort

 

 

 


Archive pour 24 avril, 2010

BARRICADE

BARRICADE   création collective de la compagnie Jolie Môme

La compagnie Jolie Môme est installée depuis plusieurs années à la Belle Etoile, lieu chaleureux niché à la Plaine Saint Denis, à quelques encablures de la Porte de la Chapelle. On peut y déguster des soupes en lisant Le Môme, leur journal artistique politique en attendant de rentrer dans la salle toujours pleine d’un public attentif très mélangé, enfants, parents et grands parents qui apprécient cette troupe généreuse qui lutte en musique pour ses idées.
Barricad
e retrace la lutte douloureuse des insurgés de la Commune de Paris en Mars 1871, le spectacle a été créé voilà plusieurs années, et on a pu en voir des extraits toniques au hasard des grandes manifestations populaires de ces dernières années.
Au pied d’une grande pile de caisses qui constitue souvent le décor d’autres spectacles de Jolie Môme, les bourgeois de Paris se gobergent chez Brébant un grand restaurant tandis que le peuple crève de faim. Ils ironisent avec un cynisme effrayant sur les malheurs de la “populace”, leurs propos sont tirés de phrases proférées par d’illustres auteurs, dont le public doit deviner les noms, Théophile Gautier, Edmond de Goncourt,  Ernest Renan…
Ils s’enfuient à Versailles au moment où de courageux ouvriers parisiens qui  ne se laissent pas abattre, prennent les armes, créent la Commune de Paris qui dirigera la ville pendant quelques semaines. Mais l’insurrection sera noyée dans le sang, et la répression sera ans pitié. Les treize comédiens ( sont-ils treize, on a l’impression d’une foule ?) endossent avec agilité les différents rôles, passant du bourgeois méprisant à l’insurgé le plus exalté, brandissant le drapeau rouge, empoignant leurs instruments de musique, entonnant des chants révolutionnaires avec une réjouissante vigueur.
Cette épopée caricaturale, souvent drôle et émouvante est tirée de Jules Vallès, d’Adamov, de Bertolt Brecht, Karl Marx, Jean-Pierre Chabrol, Louise Michel et Armand Lanoux. C’était la dernière représentation de cette série, mais vous pourrez voir Basta Ya et Faut pas payer en mai et juin.

Edith Rappoport

La Belle Etoile, Plaine Saint Denis

www.cie-joliemome.org

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...