Come Fly Away

Come Fly Away,  comédie musicale écrite et conçue par la chorégraphe Twyla Tharp, voix: Frank Sinatra.

   brodway.jpgLa  chorégraphe a créé le ballet , « Deuce Coupe » en associant des techniques de danse moderne à celles de la danse classique, et en utilisant aussi bien la musique classique, le jazz ou la pop comme support musical.

  Twyla Tharp, danseuse et écrivaine, elle est la chorégraphe du succès de « movin’out » (de Billy Joel) à Broadway, et aujourd’hui  met en scène les chansons de Frank Sinatra . « Come Fly Away », nouvelle comédie musicale est une succession de petites scènes, le lieu est une boîte de nuit et l’ambiance survoltée. Quinze danseurs passent la soirée à s’accoupler et à se séparer, à flirter et à se confronter. Les enregistrements joués sont les originaux, et pour les musiques additionnelles, Tharp fait appel à deux pointures de Broadway: Don Sebesky et Dave Pierce. Les arrangements ont été faits par Nelson Riddle, Billy May et Quincy Jones. Un orchestre de dix-neuf musiciens accompagnent ce show grandiose qui se révèle être une véritable prouesse technique sous la direction de Russ Kassoff, le dernier pianiste accompagnateur et chef d’orchestre de Frank Sinatra.
Le langage chorégraphique de Twyla Tharp mélange le geste contemporain, l’acrobatie, la pantomime et les sauts en l’air. Une véritable énergie se dégage de ses corps à la fois sensuels et virtuoses. Un jeu se crée entre quatre couples de danseurs: le jeu de l’amour entre les hommes et les femmes et les échanges qui se font et se défont. La troupe explose et se recompose en solo, duo ou trio selon les thèmes que Sinatra aimait chanter: les bonheurs et les  tristesses que la vie nous apporte.
Le glamour est au rendez-vous dans « My Way » et la danse devient un combat dans « That’s Life« ; la chorégraphie de Tharp est d’une sensualité extrême et donne un résultat léger et joyeux. Cette comédie musicale cherche un miroir à travers la danse et a peu de dialogues (dont quelques mots en français sur la lâcheté des hommes face à l’amour). Elle se termine bien évidemment sur le thème de « New-York, New-York ». La musique et la danse remplissent leur rôle: celui de nous faire rêver…

Nathalie Markovics.

Théâtre Maquis, 1535 Broadway, New-York
Depuis le 25 mars 2010


Archive pour 23 mai, 2010

Come Fly Away

Come Fly Away,  comédie musicale écrite et conçue par la chorégraphe Twyla Tharp, voix: Frank Sinatra.

   brodway.jpgLa  chorégraphe a créé le ballet , « Deuce Coupe » en associant des techniques de danse moderne à celles de la danse classique, et en utilisant aussi bien la musique classique, le jazz ou la pop comme support musical.

  Twyla Tharp, danseuse et écrivaine, elle est la chorégraphe du succès de « movin’out » (de Billy Joel) à Broadway, et aujourd’hui  met en scène les chansons de Frank Sinatra . « Come Fly Away », nouvelle comédie musicale est une succession de petites scènes, le lieu est une boîte de nuit et l’ambiance survoltée. Quinze danseurs passent la soirée à s’accoupler et à se séparer, à flirter et à se confronter. Les enregistrements joués sont les originaux, et pour les musiques additionnelles, Tharp fait appel à deux pointures de Broadway: Don Sebesky et Dave Pierce. Les arrangements ont été faits par Nelson Riddle, Billy May et Quincy Jones. Un orchestre de dix-neuf musiciens accompagnent ce show grandiose qui se révèle être une véritable prouesse technique sous la direction de Russ Kassoff, le dernier pianiste accompagnateur et chef d’orchestre de Frank Sinatra.
Le langage chorégraphique de Twyla Tharp mélange le geste contemporain, l’acrobatie, la pantomime et les sauts en l’air. Une véritable énergie se dégage de ses corps à la fois sensuels et virtuoses. Un jeu se crée entre quatre couples de danseurs: le jeu de l’amour entre les hommes et les femmes et les échanges qui se font et se défont. La troupe explose et se recompose en solo, duo ou trio selon les thèmes que Sinatra aimait chanter: les bonheurs et les  tristesses que la vie nous apporte.
Le glamour est au rendez-vous dans « My Way » et la danse devient un combat dans « That’s Life« ; la chorégraphie de Tharp est d’une sensualité extrême et donne un résultat léger et joyeux. Cette comédie musicale cherche un miroir à travers la danse et a peu de dialogues (dont quelques mots en français sur la lâcheté des hommes face à l’amour). Elle se termine bien évidemment sur le thème de « New-York, New-York ». La musique et la danse remplissent leur rôle: celui de nous faire rêver…

Nathalie Markovics.

Théâtre Maquis, 1535 Broadway, New-York
Depuis le 25 mars 2010

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...