WARUM WARUM

WARUM WARUM  mise en scène de Peter Brook  

Texte de Peter Brook et Marie Hélène Estienne d’après des textes d’Artaud, Craig, Dullin, Meyerhold, Motokiyo et Shakespeare.
Miriam Goldschmidt, énergique et séduisante actrice, coiffure afro en courte robe noire drapée dans une écharpe sanglante, fait irruption sur le plateau, elle appelle Francesco Agnello et son han, étrange tambour issu des steel bands du carnaval de Trinidad. Seule en scène, elle entame un beau dialogue en allemand ( pour une fois, la lecture de la traduction projetée à sa hauteur, de part et d’autre de ce beau plateau ocre est naturelle) autour de grands textes de ces artistes qui ont ouvert de nouvelles pistes, avec la complicité musicale de Francesco Agnello. “Le théâtre est une arme dangereuse avec laquelle il ne faut pas jouer (…), sprechen verboten (…), cher public les acteurs sont remplacés par des poupées de cire, vive Staline (…), théâtral faire comme si foutaises (…), jeune homme ouvre bien tes oreilles, tu es toujours trop lent (…), warum” ! Pourquoi, c’est le mot de la fin.
Miriam Goldschmidt a participé aux premières aventures de Peter Brook en France au sein du Centre international de création théâtrale, elle a été du voyage fondateur en Afrique en 1971, joué dans les Iks, le Mahabarrata  et bien d’autres spectacles bouleversants de Peter Brook. On se prend à rêver que ce Warum warum se joue encore longtemps. Puisse Peter Brook se poser encore de nouvelles questions dans ces merveilleuses Bouffes du Nord !
Francesco Agnello travaille par ailleurs depuis 3 ans avec Eugenio Barba et ses comédiens de l’Odin Teatret. On pourra le voir avec son Hang Solo au Festival d’Avignon Chapelle de l’Oratoire à 22 h 30 du 8 au 31 juillet aircac@free.fr

Edithe Rappoport

Théâtre des Bouffes du Nord


Archive pour 2 juillet, 2010

CHEZ LES NÔTRES d’après La mère de Gorki

CHEZ LES NÔTRES d’après La mère de Gorki, m e s Olivier Coulon-Jablonka

Impatience festival de jeunes compagnies
D’après La Mère de Maxime Gorki, des paroles documentaires, des textes du comité invisible, mise en scène Olivier Coulon-Jablonka

Six comédiens sur un grand plateau nu parlent d’aujourd’hui, de leur désarroi, de notre monde sans vertèbre sociale, sans lutte exaltante. Et de cette absence de perspectives, des scènes de Gorki jaillissent, la mère qui ne comprend pas tout d’abord l’engagement de son fils dans la grève, mais qui finit par l’approuver, puis empoignera le drapeau et s’engagera dans le combat après sa mort. On retourne à aujourd’hui “plutôt que me faire niquer par le système, je préfère y participer un peu (…), j’ai l’impression que notre génération a renoncé à quelque chose…”. Olivier Coulon-Jablonka découvert avec Des batailles, Pylade  de Pasolini autour des scènes extraites de la mythologie confrontées à notre époque, à l’Échangeur de Bagnolet  voilà deux saisons travaille dans la veine dynamique du théâtre documentaire, il est un héritier de Peter Weiss. Il ira loin avec son équipe si les institutions daignent lui prêter attention.

Edith Rappoport

Odéon Berthier

KING KONG THÉORIE

King Kong Theorie de Virginie Despentes, mise en scène de Cécile Backès

 

Un portrait de femme insolite: Salima Boutebal, perruque blonde, très maquillée, robe décolletée courte, un peu épaisse, entre en scène pour  lancer le propos de Virginie Despentes, rendue célèbre par son film Baise moi : “J’écris de chez les moches, pour les moches, les vieilles, les camionneuses, les frigides, les mal baisées, les imbattables, les hystériques, les tarées, toutes les exclues du grand marché à la bonne meuf.
Et je commence par là pour que les choses soient claires : je ne m’excuse de rien, je ne viens pas me plaindre. Je n’échangerai ma place contre aucune autre.”
Elle cadre tout de suite son propos, violée comme tant d’autres dès son plus jeune âge. Mais pourquoi faisait-elle du stop en minijupe, elle n’avait pas à monter dans ce camion ! Elle se prend au jeu de l’évocation de figures de femmes, s’amuse à transformer son corps en monstre,  exhibe ses blessures intimes, joue à King Kong.

Edith Rappoport

Du 7 au 27 juillet à 21 h 05, Théâtre de la Manufacture Avignonwww.lamanufacture.org

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...