SPARTACUS

SPARTACUS Théâtre de la Licorne

Peplum lyrique et théâtre d’objets, écriture, mise en scène et scénographie Claire Dancoisne, musique de Pierre Vasseur, création des objets et machines Bertrand Boulanger, Grégoire Chombart, Jean-Baptiste Gaudin et Fred Parison et Olivier Sion, conception du gradin-arènes Ettore Marchica.

 

Pour parvenir jusqu’à cette poétique arène, il faut gravir à pied la colline des Mourgues, guidés à pas rapides depuis l’accueillant campement de Villeneuve en scène, au bord du Rhône. Frédéric Poty le maître des lieux y a construit depuis plusieurs années un espace de découverte et de bien-être, au sortir de la touffeur avignonaise.
Claire Dancoisne s’est emparée de  cette épopée mythique de la révolte des esclaves en 73 avant Jésus-Christ avec une pleine maîtrise de son art. Nous sommes assis dans une petite arène ovale avec des ouvertures aux deux extrémités. Les dictateurs romains sont interprétés par deux massifs chanteurs lyriques qui surplombent l’assemblée aux deux extrémités, les gladiateurs sont de petites machines minuscules poussées par des manipulateurs en haillons sanglants qui affrontent d’effrayantes machines, un éléphant entre autres qui menace de les écraser.
Ce combat à mort est d’abord menée par l’armée victorieuse des esclaves, représentée par une foule d’immenses pieds traversant l’arène, puis décimée, on voit les mêmes pieds amoncelés en un tas immense sous le ricanement des tyrans romains.

Edith Rappoport

Festival de Villeneuve en scène à Villeneuve-lès-Avignon


 A la rentrée chez les nombreux coproducteurs dans le Nord -Pas de Calais et à  l’Avant-Seine  Théâtre de Colombes ( Consulter le site:www.theatre-lalicorne.fr)


Archive pour 21 juillet, 2010

Galop arrière

«  Galop arrière » film de Bartabas

 

zingaro.jpgCe soir du 15 juillet dans le cadre du festival In, Bartabas devant un nombreux public, a présenté en avant première son film «  Galop arrière » qui retrace 25 ans de Zingaro .

 

Ce film est constitué d’un montage des enregistrements des spectacles précédents de l’artiste. C’est le propre regard de Bartabas qui revisite ses anciennes créations .Le public découvre un voyage dans le temps et un autoportrait. Ce film révèle la beauté esthétique de tous ses spectacles ainsi que cet incroyable voyage dans les différentes cultures nomades qui ont jalonné ceux-ci .En contrepoint de ces images, Bartabas cite des textes d’André Velter issus des livres « Zingaro suite équestre ».

 

Bartabas a toujours eu une relation privilégiée avec le festival d’Avignon qui a accueillis tous ses spectacles, sauf le dernier « Darshan » créé spécialement pour son lieu permanent à Aubervilliers.

 

Jean Couturier
Dans le cadre de Paris quartier d’été le film est présenté à Aubervilliers au théâtre équestre Zingaro du 29 au 31 juillet et du 5 au 7 aout 2010

 

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...