Châlon dans la rue (suite et fin)

TRANSITion Pan Optikum (Allemagne) Chalon 

Mise en scène Sigrun Fritsch, d’après Wajdi Mouawad
Le soleil ni la mort ne peuvent se regarder en face, décor de Llorenc Corbella, Musique Tobias Schwab, pyrotechnie Klaus Ulrich

C’est le dernier spectacle de Chalon dans la rue et c’est la tradition, il faut du gigantesque, d’ailleurs le public a changé, les festivaliers ont plié bagage et des gens de Chalon nous ont demandé où était la fête ! Place Mathias, la jauge est de 6000 personnes, un gigantesque dispositif est installé, des plateformes à deux mètres de haut qui se déplacent dans la foule. Techniquement c’est impeccable, la sono est bien réglée, les éclairages et les artifices sont étonnants, le bon peuple en a plein la vue. Mais la fable est bien faible, Tirésias surjoue et les meilleurs moments sont ceux dépourvus de texte. Et puis une heure debout au quatrième jour de Chalon dans la rue …!

PRINCESSE COURAGE  les batteurs de pavé (CH)

Manu Moser et Laurent Lecoultre venus de la Chaux de Fonds en Suisse, s’amusent comme des petits fous à interpeller le public rassemblé sur la place avant le début du spectacle. Ils choisissent les personnages du spectacle parmi les enfants volontaires, d’abord une princesse, ils lui font enfiler une robe et remplacent sa casquette par un diadème, un chevalier petit black très à l’aise qu’ils coiffent d’un casque, un mille pattes et ce sont six enfants rangés par ordre de taille, un mur ! Et ils débitent une histoire à dormir debout en faisant jouer tout ce petit monde. Le public comme les acteurs est associé au jeu devant lever les bras et hurler à chaque fois que le nom du peuple et celui des personnages est prononcé. Comme John Guez qui construisait ses spectacles avec ses spectateurs devant Beaubourg, leur jeu est d’une efficacité redoutable malgré leurs voix fatiguées au bout de dix représentations sans sonorisation (et heureusement) dans le tumulte de Chalon dans la rue.
enfants@batteursdepave.com

Edith Rappoport


Archive pour 28 juillet, 2010

Casanova requiem for love

Casanova «  requiem for love », mise en scène Diana Dobreva

avignon056.jpgDiana Dobreva actrice reconnue du théâtre Sfumato de Sofia est une star en Bulgarie, ce « Casanova » est sa 3ème mise en scène, crée à Sofia et présentée en France pour la première fois.

La scène de début très réussie, nous rappelle la scène finale d’agonie de Salieri du film « Amadeus » de Milos Forman. Dans cette scène, Casanova vit ses dernières minutes un verre de vin à la main. Il se souvient de ses conquêtes amoureuses du passé. Toujours à la recherche d’un idéal féminin inaccessible représenté par une femme en or. Casanova tour à tour, écrivain, musicien espion, diplomate, parcourt le monde, entouré de ses mauvais génies, symbolisés par son intendant et par le prêtre… .

La mise en scène procède par la succession de différents tableaux esthétiques, dans une scénographie simple marquée par trois couleurs dominantes, le rouge, le noir et l’or. La metteur en scène a choisi d’alterner le texte en français, en bulgare sur-titré et des scènes sans traduction, ou le jeu et l’image expriment la situation scénique. L’acteur jouant Casanova Vladimir Karamazov, star en Bulgarie, joue juste sans emphase. Son personnage est crédible, il va croiser successivement plusieurs femmes, (la nonne, la veuve russe, etc. …) toutes plus hystériques dans leurs jeux, les unes que les autres. Ce partis pris peut être reproché mais c’est clairement le choix de la metteur en scène. Les tableaux chorégraphiés sont accompagnés d’une musique originale de Petia Dimanova. Cette chorégraphie est limitée et moins bien dessinée sur la scène du théâtre du chêne noir qu’en Bulgarie par manque évident d‘espace.

Certaines scènes méritent sans doute d’être un peu raccourcies. Mais il faut souligner la belle performance de direction d’acteur de Diana Dobreva et l’engagement de toute sa troupe, qui nous présente un vrai et sincère travail théâtral, loin de tous les one man shows racoleurs du off d’Avignon.

Espérons que ce spectacle sera repris quelque part dans l’hexagone.

Jean couturier

Avignon Off théâtre du chêne noir 22H30 jusqu’au 30 juillet.

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...