TRAGÉDIE ! UN POÈME.Festival d’Aurillac

Tragédie ! Un poème, par Deuxième groupe d’intervention

Scénario et mise en scène Ema Drouin

 

Place de la Paix, un immense parking est investi par des tas d’objets hétéroclites : ici, des cadavres de poupées, là un tapis de vêtements, plus loin une voiture, un canapé, des chemises rouges suspendues par des piquets, etc. On est attentif et curieux. Début du spectacle: des gyrophares s’allument, une sirène retentit, les barrières du périmètre se sécurité tombent. Le public est invité à investir ce plateau et à déambuler parmi les installations. Tandis qu’il se promène parmi ces merveilles en quête de découverte, des « comédiens » donnent progressivement vie à ces éléments : une femme à moitié nue hurle parmi les membres disséqués des poupées avant de se rouler au sol, trois comédiens se glissent sous un tapis de vieilles vestes de costumes, un couple dévêtu s’excite sur une voiture, une dame tricote sur un canapé pendant qu’un monsieur lit entouré de piles de bouquins, un homme juché sur un échafaudage crie, un motard arrive avec sa pin-up à l’arrière, un homme s’enterre sous du verre pilé… Ailleurs, des films et des images passent en boucle sur des écrans de télévision surmontés d’un parapluie, un épouvantail est affublé d’un smoking… Côté son, ce n’est pas triste non plus, entre les pétards qui éclatent, les sirènes et autres bruits d’avion qui décollent et atterrissent… On attend qu’il se passe vraiment quelque chose… en vain.
Quelle est la signification de tout cela ? Qu’ont à nous dire ces personnages qui passent leur temps à se déshabiller, ramper au sol ou courir, ou ces bruits assourdissants qui agressent nos oreilles ? Est-ce au public de créer l’événement? Au final, en quoi ceci est-il un « spectacle » ou même une « performance » ? C’est en tout cas ennuyeux au possible, et dure une heure trente.

.

Barbara Petit

 

jusqu’au 21 août, place de la Paix

 

 

 

*****************************************************************************************************************
TRAGÉDIE ! UN POÈME  Deuxième groupe d’intervention Festival d’Aurillac 19 août 2010

« Fiction plastique et sonore pour 14 Héros et une place publique » Écriture, scénographie et mise en scène Emma Drouin.

tragedie.jpgC’est ainsi qu’Emma Drouin définit ce spectacle longuement mûri, mené à bout de bras avec l’aide d’une douzaine de coproducteurs, mobilisant une distribution importante et une sonorisation impressionnante, sur la grande place de la paix d’Aurillac. C’est le premier spectacle saisi avec retard de ce 25e festival, on aperçoit un grand feu, une quinzaine de costumes rouges brandis tels des étendards sur de longs piquets au-dessus de la foule. Le public se regroupe pour assister à des courses folles d’actrices dépoitraillées, croisant des acteurs invertis en combinaisons noires. On se démène, on se dénude avec une prodigieuse énergie (on verra que le nu se porte bien à Aurillac en 2010). Il y a des télés sous un cercle de parapluies que l’on déplace devant le premier cercle de spectateurs, un amas de vêtements et de poupées, jetés, piétinés, bouleversés, le tout dans un univers sonore très prégnant dont on ne saisit pas bien le sens, sinon que « manquent les mots pour dire que les mots m’ont manqué ! » C’est sans doute le problème d’Emma Drouin qui depuis 1995 avec Panoplies, Paroles de murs, État(s) des lieux entre autres, s’affirme comme issue d’un univers plastique, en recherche dans l’espace public.

 

On peut chercher sans trouver l’indispensable dimension poétique porteuse d’émotion…

Edith Rappoport

 


Pas encore de commentaires to “TRAGÉDIE ! UN POÈME.Festival d’Aurillac”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...