El nino, festival d’Aurillac

El nino, par Teatr A part

scénario et mise en scène Marcin Herich

 

Avez-vous le cœur bien accroché ? Il vaudrait mieux si vous tenez à assister à El nino, deuxième volet d’une trilogie sur l’existence humaine, tragédie moderne réglée au cordeau par la petite troupe polonaise Teatr A part.

Sur le parking du château Saint-Etienne, dans un décor dépouillé évoquant une friche industrielle post-apocalyptique, des personnages vont nous faire ressentir les affres et les désastres du monde technologique. De petites scènes s’enchaînent, faisant défiler une galerie de personnages tous plus lugubres les uns que les autres : des mâles autoritaires en pantalons militaires et rangers, torse nu, portant un masque de protection, semblent les gardiens d’un territoire interdit. Des hommes et des femmes revêtus de pardessus évoquant la Gestapo vont se livrer à des jeux érotiques, obscènes et violents. D’étranges individus sur échasses vont jouir à mettre le feu au sol… Les tableaux sinistres confinent même à une ignoble atrocité, comme lorsque des cadavres sont traînés dans des sacs plastiques, ou qu’un gentil couple se déshabille avant d’aller prendre une douche et de partir en fumée. Ou encore qu’un malheureux au corps supplicié, écartelé, est soumis à la torture avant d’être achevé par des bourreaux revêtus de blouses blanches et de masques.

La mise en scène est impeccable : les comédiens sont en tension, l’espace est bien exploité par les dispositifs techniques et mobiles. Musique et jeux de lumière soutiennent parfaitement la gestuelle de ce spectacle sans paroles, mais pas sans émotions.

Toutefois, on peut regretter l’absence d’une définition plus claire du contexte : de quels désastres nous parle-t-on précisément ? Épidémie, pollution, guerre ? Situer l’enjeu laisserait moins le spectateur sur sa faim. Nous avons le thème mais il nous manque encore le propos. À suivre.


Barbara Petit

jusqu’au 21 août au château Saint-Etienne


Archive pour 22 août, 2010

El nino, festival d’Aurillac

El nino, par Teatr A part

scénario et mise en scène Marcin Herich

 

Avez-vous le cœur bien accroché ? Il vaudrait mieux si vous tenez à assister à El nino, deuxième volet d’une trilogie sur l’existence humaine, tragédie moderne réglée au cordeau par la petite troupe polonaise Teatr A part.

Sur le parking du château Saint-Etienne, dans un décor dépouillé évoquant une friche industrielle post-apocalyptique, des personnages vont nous faire ressentir les affres et les désastres du monde technologique. De petites scènes s’enchaînent, faisant défiler une galerie de personnages tous plus lugubres les uns que les autres : des mâles autoritaires en pantalons militaires et rangers, torse nu, portant un masque de protection, semblent les gardiens d’un territoire interdit. Des hommes et des femmes revêtus de pardessus évoquant la Gestapo vont se livrer à des jeux érotiques, obscènes et violents. D’étranges individus sur échasses vont jouir à mettre le feu au sol… Les tableaux sinistres confinent même à une ignoble atrocité, comme lorsque des cadavres sont traînés dans des sacs plastiques, ou qu’un gentil couple se déshabille avant d’aller prendre une douche et de partir en fumée. Ou encore qu’un malheureux au corps supplicié, écartelé, est soumis à la torture avant d’être achevé par des bourreaux revêtus de blouses blanches et de masques.

La mise en scène est impeccable : les comédiens sont en tension, l’espace est bien exploité par les dispositifs techniques et mobiles. Musique et jeux de lumière soutiennent parfaitement la gestuelle de ce spectacle sans paroles, mais pas sans émotions.

Toutefois, on peut regretter l’absence d’une définition plus claire du contexte : de quels désastres nous parle-t-on précisément ? Épidémie, pollution, guerre ? Situer l’enjeu laisserait moins le spectateur sur sa faim. Nous avons le thème mais il nous manque encore le propos. À suivre.


Barbara Petit

jusqu’au 21 août au château Saint-Etienne

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...