PAPA, MAMAN, LE CHAT ET MOI. Festival d’Aurillac

PAPA, MAMAN, LE CHAT ET MOI  Jean-Louis Costes Aurillac 21 août 2010 a

Action et chansons en direct sur musique préenregistrée
Pour ce 25e festival d’Aurillac, Jean-Marie Songy retourne à des sources anciennes du théâtre de rue en convoquant une quinzaine de performances données comme il se doit pour une unique représentation.
Jean-Louis Costes, connu depuis une vingtaine d’années pour ses outrances musicales, verbales et scatologiques s’exhibe dans une nudité répugnante, se livrant aux pires excès en doublant son membre d’un long pénis, brandissant des effigies de Papa, se réjouissant du meurtre de Maman, s’enduisant de déchets merdeux, se réjouissant de la violence du chat, hurlant sa déchéance rêvée…Je n’ai pu rester dans la salle qu’en fermant les yeux aux pires moments de ce spectacle qui me semble très daté et sans rapport avec l’art…
Mais je retarde sans doute, car l’organisation de ces performances donne du sel à ce festival, en particulier la mise à nu de milliers de volontaires photographiés par Spencer Tunick. Voir la video sur face book,  et consulter l’excellent article de Jean-Pierre Thibaudat sur Balagan, rue 89.

Edith Rappoport

rue 89

 

 

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...