Afghanistan

Afghanistan de Véronique-Marie Kayeafganistan.jpg

Cette pièce,  destinée aux élèves  du secondaire  (14 à 17 ans) est une œuvre qui fait tout, sauf prendre les jeunes pour des imbéciles. En effet, les propos sont sérieux, la manière d’exposer les conflits subtile et la conclusion  exigeante , puisqu’elle ne résout rien, et ne cherche ni à rassurer ces jeunes,  ni à confirmer leur regard sur le monde, ni à proposer des solutions irréalistes.
Un jeune homme d’origine afghane  (Jim) travaille dans une salle de Quilles qui appartient à sa famille.  Axelle, une copine arrive pour reprendre contact avec lui,  après une séparation de plusieurs mois. Tout a changé depuis cette dernière nuit qu’ils ont passée ensemble et dont le résultat est un bébé qui doit bientôt naître.
Pendant  les premières trente minutes, nous avons vraiment l’impression que la pièce n’ira nulle part : l’auteur mène un jeu tout à fait racoleur  avec des blagues trop faciles, des réactions presque clownesques, surtout celles  de Jim qui ne semble pas prendre au sérieux le fait qu’Axelle soit   hors d’elle.
Ce bébé  à  naître  l’empêche en effet de réaliser son rêve: partir avec l’armée canadienne  pour faire la guerre en Afghanistan. Mais c’est Jim qui partira à la guerre  contre son gré.  Le jeune homme  voudrait plutôt rester chez lui et  s’occuper de cette salle de Quilles. Voilà les rôles masculins et féminins renversés, apparemment. Mais  tout va basculer: après une demi-heure, la situation se corse et la  stratégie dramaturgique de l’auteur se clarifie. Le dialogue entre au fond des choses;  les deux jeunes commencent à révéler leurs pensées les plus profondes et les raisons de leurs choix  émergent dans un flux de paroles qui avancent et reculent, comme le ressac d’une mer qui coulent dans tous les sens à la fois. Jim est bouleversé lorsqu’il apprend que « son » bébé sera adopté par d’autres… Il nous raconte le passé de sa famille, ses rêves, ses espoirs, les déceptions. Axelle  parle  aussi de son passé familial avec une mère célibataire et alcoolique. Les arguments s’accumulent. Pourquoi partir à la guerre, pourquoi refuser la guerre, pourquoi ne pas rester ensemble, la discussion s’ouvre vers toutes les préoccupations des jeunes actuels : la guerre, la famille, l’immigration, les rapports avec les parents,  la sexualité, la grossesse et le rôle de la femme  et de l’homme dans cette société où la femme  est souvent livrée à elle-même. Le dialogue est un peu coq-à-l’âne.
Toutefois,  l’auteur a bien capté le rythme chaotique de la vie actuelle  qui  oblige les jeunes  à faire des choix, à comprendre pourquoi ils agissent de la sorte, tout en prenant la responsabilité de leur propre avenir. La vie devient presque trop lourde et nous le sentons bien. Nous avons assisté à une matinée scolaire où la salle était bondée de jeunes et où tout le monde écoutait attentivement. Quel beau public! Evidemment  interpellé par ce qu’il voyait : même quand les propos deviennent parfois pénibles, le rire n’est pas absent. Mehdi Hamdad ( Jim) a une aisance en scène et un charme  captivant qui le servent bien servi  quand il  fait  le jeune qui s’en fiche un peu, réaction  d’autant plus choquante quand il est devant l’excellente Julie Grethen qui incarne une Axelle enceinte, nerveuse, très amère et presque révoltée.
Pourtant, les deux personnages vont évoluer.  Jim mûrit (même si Mehdi Hamdad pourrait   calmer un jeu parfois trop agité ),  alors qu’Axelle  est enfin capable de  sourire…  Nous entrevoyons la lueur d’une réconciliation encore possible, mais pas du tout sûre. Patricia Marceau a bien  dirigé les acteurs  dans un  décor efficace d’Ivo Valentik. La guerre devient  une métaphore pour parler de l’avenir des jeunes et Patricia Moreau a réussi  ce pari scénique et textuel.

Alvina Ruprecht

 

Production du théâtre La Catapulte,  théâtre franco-ontarien à Ottawa. à la Nouvelle Scène. Réservations : 613-241-27 27  Poste 1.


Archive pour 2 décembre, 2010

La Cerisaie

La Cerisaie d’Anton Tchekhov, mise en scène de Paul Desveaux.

  Décidément La Cerisaie n’a pas trop de chances cette saison: après la mise en scène très médiocre de Julie Brochen, on a eu droit à quelque chose d’aussi inutile avec celle de Paul Desveaux que l’on a connu plus inspiré. p924724.jpgDès l’entrée dans la salle, nous avons été saisi par un mauvais pressentiment… Soit une scénographie d’amateur conçue par Paul Desveaux lui-même : un plancher à grosses planches non fini ou déjà défait avec dans le fond, un mur lui clairement en ruine ( bonjour les symboles! Plus vulgaire, je meurs!) ) avec une petite galerie; ( à gauche sur la photo ) l’on y  monte par un escalier étroit  où viendra dormir Lioubov et où l’on remise les valises.
Côté cour,  une armoire, la fameuse armoire de la chambre des enfants, un vieux canapé aux bois  dorés, avec, à côté, une bergère. et un arbre avec des branches sans feuilles façon cubiste planté là pour donner du sens aux scènes  qui se passent  à l’extérieur..
Plus loin,  côté cour, la table de la salle à manger,  mais on ne sent ni le froid ni l’aube, et tout est sec comme un coup de trique. Et l’on ne sent évidemment pas  non plus  la présence même lointaine de cette cerisaie en fleurs qui est, que l’on le veuille ou non le symbole et le nœud central de la pièce.. Tous les personnages sont en costumes contemporains. Pourquoi pas, même si les jeunes femme sont habillées de robes d’été… Mais ce n’est pas cela qui peut faire sens, quand les enjeux mêmes de la pièce sont comme gommés et réduits à quelques images qui ne sont fondées sur aucune dramaturgie.
Quant à la direction d’acteurs, là, très franchement, on ne comprend pas  bien ce que Desveaux a voulu faire: ni Christophe Grégoire ni Océane Mozas, que l’on sent pas très à l’aise, ne sont  Lopakhine  et Lioubov, et crédibles à aucun moment. Alors, dans ces conditions, il n’y plus qu’à tirer l’échelle comme disait Molière.
Tout est mou:  la pièce s’étire sans rythme ,  fade et pâlichonne , et  même les scènes culte ( comme l’annonce de la vente de la cerisaie, ou le dernier dialogue entre Lioubov et Lopakhine ) sont ratées. Que sauver de ce désastre? La scène du bal peut-être, bien chorégraphiée par Yano Iatridès, où  tout d’un coup quelque chose se met à vivre dans cette triste chose, et  il y a aussi la belle présence de Jean-Claude Jay dans  le vieux Firs. Dès qu’il apparaît sur le plateau, c’est un peu de ce temps tchekhovien, si cruellement absent pendant ces quatre actes, que l’on retrouve pendant quelques minutes. Pour le reste.. autant  en emporte le vent dans les branches de cette cerisaie invisible…
Alors à voir? Non, surtout pas; ce ne serait pas du tout honnête que de recommander cet erzatz de Tchekhov… Revoyez plutôt chez vous dans le silence et , si possible ,avec un  ( tout petit)  verre de vodka à la main,  La Cerisaie de Brook ou celle de Strelher, impeccables de vérité et de vie, ces deux monuments tchekhoviens du 20ème siècle, dont les images sont encore présentes dans la mémoire de tous ceux qui les ont vu.
A chaque fois que nous les avons montrés à de jeunes étudiants qui n’en avaient évidemment jamais entendu parler, ces deux mises en scène ont provoqué l’admiration. C’est un signe qui ne trompe pas…

 

Philippe du Vignal

 

Théâtre de l’Athénée Louis Jouvet jusqu’au 11 décembre.

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...