Cérémonies

Cérémonies de Dominique Paquet mise  en scène de Patrick Simon.

   ceremonies2.jpgCe sont deux jeunes garçons Razou et Radieux, qui, très jeunes, ont été placés comme disait alors à l’Assitance Pupbluqe et on sait que la vie des enfants-là a rarement été rose et que , souvent ballottés d’un endroit à un autre, sans repères, voire maltraités dans leur famille d’accueil, ils ont eu le plus grand mal à construire leur identité. Razou, incapable de de le faire veut que Radieux lui parle de sa vie à lui au cours d’une  cérémonie qui ressemble fort à une sorte d’exorcisme, et qui peut faire penser  par moments à celui des Bonnes de Jean Genet.
Razou, paumé, possède  assez d’énergie pour exiger fortement de son copain de misère ce qu’il ne  peut se dire de lui-même. Comme si la vie qu’ils ont , n’offre pour eux d’autre intérêt que cette cérémonie où, au moins, ils peuvent se retrouver loyalement, quitte à se faire mal, parce qu’il n’y a pas d’autre échappatoire que cette parole qui ,seule,  peut les libérer de leur angoisse et de leur solitude.
Le dialogue de Dominique Paquet , très ciselé,a une qualité d’écriture et des fulgurances poétiques d’une rare intensité, et la direction d’acteurs de Patrick Simon est tout à fait remarquable: Julien Bouanich et Sylvain Levitte, et, pour quelques répliques à la fin de la pièce , Ariane Simon sont tous les trois impeccables. Diction, présence et gestuelle: tout va droit au but.
Pourtant le spectacle ne fonctionne pas vraiment bien… La faute à quoi? Au dispositif scénique qui, au début est assez fascinant. Les deux jeunes acteurs réussissent à se maintenir, grâce une sangle sur un plateau tournant en bois  qui oscille à chaque pas. L’objet en pin blond est de toute beauté et  serait tout à fait à sa place  dans un musée d’art contemporain mais, très vite, ici, sur cette petite scène , arrive à parasiter visuellement l’espace… et surtout le dialogue. Le regard du spectateur est happé par ce disque qui n’en finit pas de tourner avec ses deux comédiens  qui réalisent un travail  gestuel exemplaire pour arriver à se maintenir dessus. Aucun temps de repos, le plateau continue à virevolter et alors,  le temps, bizarrement, alors que le spectacle ne dure que 55 minutes,  commence à devenir un peu long.
Dommage… Et l’on se dit que cet étrange  et magnifique cérémonial gagnerait beaucoup à ne pas être encombré par la mise sur scène d’un  dispositif aussi encombrant qu’ inefficace…

Philippe du Vignal

Manufacture des Abbesses rue Véron mardi, mercredi et jeudi à 21 heures jusqu’au 10 mars.

www.groupe3581.com

Dominique Paquet : Cérémonies.-école des Loisirs. 6€50

 


Pas encore de commentaires to “Cérémonies”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...