Jacques et Mylène

Jacques et Mylène un texte de Gabor Rassov mis en scène de Benoît Lambert

 

mylene.jpgLa compagnie des 26000 Couverts réduite à deux comédiens: Ingrid Strelkoff et Philippe Nicole, pour jouer ce texte de Gabor Rassov déjà joué en l’an 2000 à la Gaité Montparnasse par Francois Cluzet.
Ils réalisent une vraie performance, car ils interprètent les 5 personnages ( 3 hommes et 2 femmes) avec vérité. La pièce ne se raconte pas, c’est une parodie de vaudeville sous ectasy, un fourre-tout ou les portes ne cessent de claquer. Le décor est simple, un canapé, une télévision, une porte et un placard, élément clef de l’action.
Le metteur en scène Benoît Lambert dit de cette pièce que c’est « une parodie de la parodie, une parodie de degré 2. C’est le théâtre de boulevard revisité par un punk ». Pour rendre crédible cette folie, il a eu l’idée de faire figurer chacun des personnages par leurs doubles identiques en poupées barbies. Poupées, perruques et costumes ne cessent de changer, pour matérialiser les rebondissements de la pièce. «  Et bien voilà : à peine Jacques était-il parti ce matin pour soigner monsieur Deboeucq, Dieu ait son âme qu’Etienne surgit ici même, oui Etienne vivant ! Cela ne dura guère et il est à nouveau mort à l’heure qu’il est, mais entre-temps il s’est transformé en Etienna ! Etienna celle-là même qui tua l’oncle Robert ! Etienna dont Jacques tomba éperdument amoureux ! »
De telles situations  exigent des deux comédiens une forte énergie , un rythme très soutenu et imposent une précision du jeu. C’est le pari réussi de cette interprétation, dans ce bel espace du Grand Parquet.Le public, contrairement à ce que des petits malins qui ne vont pas souvent au théâtre peuvent penser, est un être sans doute bizarrement constitué et jamais identique  chaque soir ( mais les acteurs non plus !), mais  ,en général , que ce soit à Paris ou dans des théâtres de province,  il fait  preuve d’une belle et intelligente lucidité, et , en tout cas, ce soir là, il n’a pas boudé son plaisir à Jacques et Mylène.

 Jean Couturier

Au Grand Parquet les jeudi vendredi samedi et dimanche jusqu’au 27 février

 


2 commentaires

  1. Merci de votre message; je n’avais pu, faute de transmission,corriger à temps cet article: c’est désormais fait: soyez donc satisfait.
    Quant au plaisir du public, c’est croyez-moi sur parole, un peu compliqué: j’ai vu des spectacles les plus formidables avec un grand plaisir du public et le contraire. Au théâtre, rien n’est jamais simple…

    Cordialement,

    Philippe du Vignal

  2. Ego dit :

    Corrigez la faute d’orthographe c’est le pari « réussit », et évitez je vous en supplie « pour le plus grand plaisir du public »
    ça fait ringard et amateur
    et d’habitude quand le plus grand plaisir du public est là c’est que le spectacle est mauvais, car le public a rarement du goût

    V.E.

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...