L’Usine de films amateur

  L’Usine de films amateur, concept et réalisation de Michel Gondry

  C’est à une expérience hors du commun que nous invite Michel Gondry. Après le public de New York et  de  Sao-Paulo, les Parisiens peuvent participer, au centre Pompidou, à son usine de film amateur. Son métier, Michel Gondry le considère comme un « hobby rémunéré » et il regrette que le milieu du cinéma fermé « s’auto-emploie ».  Il a eu, avec cette initiative, la volonté de décloisonner cet univers et de  permettre à un public amateur de créer un film dans un temps limité de  trois heures, avec de bonnes conditions techniques et de « prendre plaisir à voir ensuite le film qu’il a tourné lui même ». Le même esprit règne  Soyez sympas, rembobinez, où les personnages s’improvisaient cinéastes  pour recréer des scènes de leurs films préférés. Dans cette production ( 2008),  le réalisateur avait réuni des artistes professionnels et  des amateurs du New Jersey.
«  Cette utopie de système autonome, j’ai eu l’opportunité de la concrétiser dans le cadre fictionnel avec ce film. J’ai ensuite voulu passer à la réalité. Le protocole que les gens suivent est conçu pour favoriser la créativité et le système garantit que chacun des participants puisse prendre la parole ». Grâce à une organisation  temporelle rigoureuse, l’utopie prend forme. Le décorateur, Stephane Rosenbaum, a conçu dans l’aile Sud du centre Pompidou une quinzaine de décors génériques :un cabinet de médecin, une chapelle, l’intérieur d’un wagon de RER, un terrain vague etc…«  Les décors et accessoires sont adaptés au contexte avec Paris en arrière-plan, car la structure de verre du Centre Pompidou nous permet d’ouvrir les décors sur la ville ».
Mais le principe de l’usine de films amateur fonctionne aussi en décors naturels,  Michel Gondry en a fait l’expérience en banlieue Nord  de Paris,dans la Cité des Dauphinés. Nous avons eu le privilège de suivre cette expérience comme acteur, et de participer à la création d’un film de 8 minutes. Un film certes amateur, mais cohérent avec un thème : un western musical, un titre: Pan ! Pan !Pan !Pan! enfin un scénario :la classique opposition entre des hors-la-loi et un groupe de shérifs mais ici déstructurée car  ils ont tous un goût commun pour la musique. Il a aussi un découpage précis des scènes et la participation effective de 20 personnes dont deux enfants.
Dans le premier atelier de 45 minutes , le groupe choisit le cadreur qui a une grande responsabilité  puisqu’il  n’y a pas de possibilités de montage, et que le film doit  donc être tourné dans l’ordre des scènes. Le choix du thème ,du titre et des séquences se fait à main levée, à la majorité. Dans le deuxième atelier, le scénario est mis au point et le groupe choisit les costumes, les accessoires et les décors.
Puis on tourne  le film  en une heure environ. C’est un travail d’équipe  et sans leader. A la fin de la séance, le cadreur reçoit un DVD du film qu’il montre au groupe. Le centre Pompidou garde l’autre DVD qui est diffusé au public qui visite l’exposition. Comme le souligne le réalisateur, cette expérience humaine permet à chacun de « prolonger cet état créatif que nous avons enfant et qui se perd à l’âge adulte ». Elle permet aussi de tester dans un temps limité une micro-démocratie utopique au service du ludique..
Sur Internet, est née une grande clameur numérique: les heureux participants et les  candidats
se sont unis  pour que l’on ne ferme pas l’usine.
Bientôt, on va voir  des manifestations devant Pomidou ! Mais  cette « usine » est  une invention artistique de Michel Gondry et, pour qu’elle soit belle, il faut évidemment qu’elle reste  éphémère...

  Jean Couturier

Prolongée jusqu’au 18 avril. Galerie Sud  du Centre Georges Pompidou; la visite du site de l’usine est libre, et  la participation à la fabrique de films se fait sur réservation internet: réservation close, mais à chaque séance ,quelques places,  sont disponibles.
Une « carte blanche » permet aussi de voir  jusqu’au 13 mars les films et clips de Michel Gondry,  et un choix de ses films cultes préférés.

Image de prévisualisation YouTube


Archive pour 24 février, 2011

L’Usine de films amateur

  L’Usine de films amateur, concept et réalisation de Michel Gondry

  C’est à une expérience hors du commun que nous invite Michel Gondry. Après le public de New York et  de  Sao-Paulo, les Parisiens peuvent participer, au centre Pompidou, à son usine de film amateur. Son métier, Michel Gondry le considère comme un « hobby rémunéré » et il regrette que le milieu du cinéma fermé « s’auto-emploie ».  Il a eu, avec cette initiative, la volonté de décloisonner cet univers et de  permettre à un public amateur de créer un film dans un temps limité de  trois heures, avec de bonnes conditions techniques et de « prendre plaisir à voir ensuite le film qu’il a tourné lui même ». Le même esprit règne  Soyez sympas, rembobinez, où les personnages s’improvisaient cinéastes  pour recréer des scènes de leurs films préférés. Dans cette production ( 2008),  le réalisateur avait réuni des artistes professionnels et  des amateurs du New Jersey.
«  Cette utopie de système autonome, j’ai eu l’opportunité de la concrétiser dans le cadre fictionnel avec ce film. J’ai ensuite voulu passer à la réalité. Le protocole que les gens suivent est conçu pour favoriser la créativité et le système garantit que chacun des participants puisse prendre la parole ». Grâce à une organisation  temporelle rigoureuse, l’utopie prend forme. Le décorateur, Stephane Rosenbaum, a conçu dans l’aile Sud du centre Pompidou une quinzaine de décors génériques :un cabinet de médecin, une chapelle, l’intérieur d’un wagon de RER, un terrain vague etc…«  Les décors et accessoires sont adaptés au contexte avec Paris en arrière-plan, car la structure de verre du Centre Pompidou nous permet d’ouvrir les décors sur la ville ».
Mais le principe de l’usine de films amateur fonctionne aussi en décors naturels,  Michel Gondry en a fait l’expérience en banlieue Nord  de Paris,dans la Cité des Dauphinés. Nous avons eu le privilège de suivre cette expérience comme acteur, et de participer à la création d’un film de 8 minutes. Un film certes amateur, mais cohérent avec un thème : un western musical, un titre: Pan ! Pan !Pan !Pan! enfin un scénario :la classique opposition entre des hors-la-loi et un groupe de shérifs mais ici déstructurée car  ils ont tous un goût commun pour la musique. Il a aussi un découpage précis des scènes et la participation effective de 20 personnes dont deux enfants.
Dans le premier atelier de 45 minutes , le groupe choisit le cadreur qui a une grande responsabilité  puisqu’il  n’y a pas de possibilités de montage, et que le film doit  donc être tourné dans l’ordre des scènes. Le choix du thème ,du titre et des séquences se fait à main levée, à la majorité. Dans le deuxième atelier, le scénario est mis au point et le groupe choisit les costumes, les accessoires et les décors.
Puis on tourne  le film  en une heure environ. C’est un travail d’équipe  et sans leader. A la fin de la séance, le cadreur reçoit un DVD du film qu’il montre au groupe. Le centre Pompidou garde l’autre DVD qui est diffusé au public qui visite l’exposition. Comme le souligne le réalisateur, cette expérience humaine permet à chacun de « prolonger cet état créatif que nous avons enfant et qui se perd à l’âge adulte ». Elle permet aussi de tester dans un temps limité une micro-démocratie utopique au service du ludique..
Sur Internet, est née une grande clameur numérique: les heureux participants et les  candidats
se sont unis  pour que l’on ne ferme pas l’usine.
Bientôt, on va voir  des manifestations devant Pomidou ! Mais  cette « usine » est  une invention artistique de Michel Gondry et, pour qu’elle soit belle, il faut évidemment qu’elle reste  éphémère...

  Jean Couturier

Prolongée jusqu’au 18 avril. Galerie Sud  du Centre Georges Pompidou; la visite du site de l’usine est libre, et  la participation à la fabrique de films se fait sur réservation internet: réservation close, mais à chaque séance ,quelques places,  sont disponibles.
Une « carte blanche » permet aussi de voir  jusqu’au 13 mars les films et clips de Michel Gondry,  et un choix de ses films cultes préférés.

Image de prévisualisation YouTube

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...