Madame Tabard n’est pas une femme

Madame Tabard n’est pas une femme, roman d’Elsa Flaguel, lecture.

 186.jpg Avec sa compagnie L’Oreille à Plumes, Sonia Jacob multiplie les découvertes de nouveaux textes avec des lectures tenues la plupart du temps à La Terrasse de Gutemberg, une librairie à deux pas du marché d’Aligre. Cette fois, c’est à l’Atelier que nous la retrouvons pour la lecture du deuxième roman d’Elsa Flageul Madame Tabard n’est pas une femme qui est un clin d’œil à Baisers volés, le film de François Truffaut .
Le récit confronte trois points de vue: celui d’Alma, mère célibataire, pris en charge par Sonia Jacob ; Antoine, son amant, repris par Jean-Pierre Darroussin ; et enfin, Hannah, la fille d’Alma, que  l’auteur lit elle-même.   Le souvenir d’Hannah ouvre cette lecture d’extraits du roman d’Elsa Flageul : encore enfant, elle avait un jour ouvert la porte à un homme qui disait  être « Fabienne Tabard », ce qui provoqua des suppositions que,  l’imagination de la jeune fille avait,
plus tard, et de fil en aiguille,  enrichi. Elle se souvint de cet événement, lors de la projection du film Baisers volés de François Truffaut dans le cinéma où elle était devenue projectionniste.
L’ homme,  à qui elle avait ouvert la porte, n’était autre qu’Antoine, l’amant de sa mère, universitaire drôle et séduisant, qui papillonnait de relation en relation, cultivant le fait de ne pas avoir d’attaches.  Mais, Alma, la quarantaine passée, souffre de voir sa relation avec Antoine, qu’elle connaît pourtant depuis des années, n’être fondée  que sur de simples rencontres épisodiques.
Le dernier extrait de cette lecture est emblématique de cette relation : Alma est dans la voiture d’Antoine, avec un de ses collègues à qui Antoine a parlé d’elle, ce qui fait croire à Alma qu’il s’agit d’une preuve d’attachement. Mais elle déchante vite… quand elle entend Antoine lui préciser qu’il n’est pas question d’emménager ensemble: il est bien mieux pour leur relation, lui dit-il, de vivre chacun de son côté. Alma décide alors de ne  plus ressentir à nouveau la douleur de ce moment précis.
Les trois lecteurs  ne restent pas les yeux fixés sur le livre et s’adressent vraiment  au public. Avec des personnalités aussi différentes que complémentaires: entre Jean-Pierre Darroussin toujours sobre, à la voix pleine et variée, Elsa Flageul qui parvient à garder la fraîcheur de la première lecture, et Sonia Jacob, toujours enjouée et vive, le trio  a su faire preuve, pour cette lecture, de précision et de sensibilité.
Madame Tabard n’est pas une femme,
roman intimiste porté par une belle écriture, entre à l’intérieur des personnages. Pour le plaisir des connaisseurs, il est aussi truffé de références cinéphiles, domaine cher à l’auteur, qui, grâce à des chapitres courts et une écriture efficace, scrute les méandres de la nature humaine.

 

Davi Juca

Lecture au Théâtre de l’Atelier le dimanche 27 février.

 

Madame Tabard n’est pas une femme est paru chez Julliard.

 

 

 


Pas encore de commentaires to “Madame Tabard n’est pas une femme”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...