Biennale de la marionnette à Paris

 

IL COMBATTIMENTO DI TANCREDI E CLORINDA E IL BALLO DELLE INGRATE  Biennale Internationale de la Marionnette à Paris

Opéra de Monteverdi, mise en scène Gintaras Varnas et Darius Stabinskas (Lituanie)
C’est un vrai bonheur que la découverte de ces deux madrigaux baroques, chantés par une distribution musicale hors pair, juchée au sommet d’un gigantesque castelet, pendant que de grandes marionnettes, mises en vie par de nombreux manipulateurs brossent les fables. Le combat à mort de Tancrède, jeune chrétien contre Clorinde, jeune musulmane dont il est secrètement épris, se passe sous d’énormes armures qui se disloquent dans la violence du combat. Au moment suprême, lorsque Tancrède va démasquer son adversaire, il sombre dans le désespoir en reconnaissant Clorinde qui agonise. Il lui donne le baptême qu’elle a demandé avant de mourir. Il y a une belle virtuosité dans l’éclatement ironique des armures pendant le combat.
Moins connu, Le bal des ingrates met en scène d’horribles vieilles dévotes, réduites à d’énormes têtes juchées sur les corps des acteurs, dialoguant avec Vénus et Cupidon qui se moquent de leur frigidité. C’est une belle réussite plastique et musicale pleine d’un humour décapant.

Théâtre des Bergeries, Noisy le sec

PROLOG  de Michaël Krauss,  jeu et concept : Iris Meinhardt, extraits de textes de Shakespeare et Anaïs Nin.

  Ce solo en allemand sur-titré interprété dans la pénombre par une actrice sentencieuse parait dépourvu de sens logique ou même poétique. Il fallait lever la tête pour tenter de capter quelque chose, ce qui provoquait un fatal engourdissement et bloquait toute émotion. Il a pourtant suscité suscité de surprenants applaudissements !

DERNIER THÉ À BADEN-BADEN   de Plonk et Replonk, mise en scène Andrea Novicov, , jeu Didier Chifelle, mise en images et vidéo Loïc Pipoz.

Dans un capharnaüm incroyable, sur le grand plateau du Théâtre de la cité internationale, Didier Chiffelle, grand acteur chauve et ironique, incarne Otto, agent double de père en fils, qui se dédouble sur des images vidéo retransmises sur le grand écran à ses côtés.
Il est chargé de neutraliser le monde à coups de moule à fromage. Il joue aussi avec son double en carton, dialoguant avec celui d’une jeune fille qu’il cherche à séduire. Impossible de rendre compte de l’absurdité de ses entreprises, doublées avec une précision mathématique sur l’écran et bruitées à la cour par une accessoiriste à vue agitant toutes sortes d’objets insolites.
Mon voisin explosait de rire. L’humour suisse, en l’occurence celui du Théâtre Romand toujours pacifique, est ravageur. Andrea Novicov définit son spectacle comme “le symbole d’un mariage interracial fortement improbable : celui des cartes postales bidimensionnelles dont on fait la lecture en quatre secondes avec celui du développement narratif dans la tridimensionnalité d’un plateau de théâtre”.

Edith Rappoport  

Biennale de lamarionnettehttp://www.theatredelamarionnette.com/

Image de prévisualisation YouTube


Archive pour 8 mai, 2011

PIERRE ET JEAN

Pierre et Jean  de Maupassant,mise en scène de Vica Zagreba,


La famille de Pierre et Jean, enfants d’un fonctionnaire retraité qui a quitté Paris pour les joies de la pêche au Havre reçoivent la visite d’un notaire qui leur annonce un legs fabuleux au cadet par l’ami de toujours qui vient de disparaître.
Après la joie et la surprise, la jalousie puis le doute s’emparent de l’aîné, pourquoi un seul légataire, l’ami de la famille qui partageait tous les dîners n’est-il pas le père de son frère ?
Le père toujours joyeux et réjoui continuera d’ignorer la vérité que la mère finit par avouer à son fils. Interprété avec vivacité par une compagnie dynamique, constituée au terme d’un stage, six bons comédiens se relaient pour tenir tous les rôles.
Sébastien Rajon est  particulièrement savoureux dans le rôle du notaire, et  ce spectacle fait passer une heure agréable. Pierre et Jean devrait être repris à la rentrée au Théâtre de la Folie.
La compagnie présentera une nouvelle création au Festival Enfants de troupe Premiers pas qui vient de commencer au Théâtre du Soleil.

Edith Rappoport

Théâtre de la Folie jusqu’au 8 mai à 15 h, 01 43 55 14 80

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...