Festival Passages de Nancy à Metz

 

 Festival Passages

 

passages.jpg

   Cette année, le festival Passages a quitté Nancy pour installer, place de la République à Metz, des balagany, chapiteaux en forme de baraques de foire – comme cette  « Tour vagabonde », qui tient à la fois de l’entresort et du Théâtre du Globe en miniature… L’exposition de plusieurs dizaines de photos grand format (3m sur 1m) d’Igor Gaïdaï balise les allées qui mènent aux chapiteaux. Gaïdaï a photographié son Ukraine, cherchant à la saisir en regroupant chaque fois devant son objectif des centaines de personnes bien rangées, alignées – dans une usine, un ministère, ou le long de tables de banquet… Ces photos, traces des performances immobiles qu’il a réalisées et photographiées après des convocations collectives, donnent à voir, non des masses mais, à travers « l’ensemble », des milliers de sujets-regards bien distincts (Razom.ia, titre de l’exposition), et ceux-ci peuplent d’emblée de leur présence d’acteurs-spectateurs l’espace théâtral éphémère dressé sur la place Messine.

Passage 2011. Festival à l’Est de l’Europe et ailleurs. Le week-end des 14-15 mai était ukrainien. Le Théâtre Dakh de Kiev avait investi le Chapiteau et la Tour vagabonde pour des spectacles étranges, dont aucun ne ressemble à un autre, avec pour seul lien la manière sans contrainte dont témoigne son metteur en scène, Vlad Troïtskyi , dans sa façon de traiter ses sources, qu’il s’agisse de Pirandello, Shakespeare ou Sophocle, et l’intervention de la musique. Après une formation scientifique à Kiev, Troïtskyi a complété – il y a longtemps – ses études au GITIS de Moscou, l’Institut des Arts de la scène, et dirige aujourd’hui à Kiev un minuscule théâtre privé – quarante à soixante places si on se tasse bien- qui a débuté sur un toit ( d’où son nom, Dakh), donc en plein air , ou mieux, comme il le dit lui-même, à l’air libre. Ce théâtre-là est synonyme de liberté et de résistance, comme, dans un autre registre, la Stalla (l’Ecurie) de I. Progrebnitchko à Moscou (cf. l’article sur le site completer ). De prise de risque  aussi : Vlad Troïskyi organise depuis 2008 dans les vastes espaces de l’Arsenal de Kiev un Festival d’art contemporain le GogolFest, du nom du grand auteur russe d’origine ukrainienne qui inspira tant les avant-gardes. Il n’aura pas lieu cette année, faute d’argent.
Son Oedipe, Troïtsky l’a d’abord monté avec sa jeune troupe, en plein air, pour 2000 spectateurs, puis il l’a fait entrer dans son minuscule espace, il l’a alors doté d’un dispositif grillagé métallique, puis il a commandé une pièce à l’auteur-metteur en scène Klim, et elle est devenue la première partie du spectacle confiné dans cet espace.

Il est comme cela, Vlad, il sait faire bouger un spectacle, l’adapter aux lieux qu’on lui donne : il est capable de construire sur place le dispositif des représentations messines de D’après Pirandello avec les draps des chambres d’hôtel de sa troupe. Il a aussi créé un groupe musical, le Dakhabrakha, présent à Passages, dont la musique peut s’apparenter aux bandes-son des films d’Emir Kusturica, sauf qu’ici, l’un des pôles d’inspiration des œuvres métissées est la tradition ukrainienne.

Presque une pièce, presque Pirandello. Une danse de mort-Réanimation : long titre pour un spectacle court. Vlad y réussit le tour de force de mettre ensemble- pour évoquer, de loin, Pirandello- mais aussi Kantor et Grotowski : les chants choraux aux sonorités anciennes de l’un, les visions en noir et blanc de l’autre La troupe s’active en scène à des actions du quotidien, faire une soupe, manger, boire, laver et étendre le linge ; en même temps elle veille une morte qui se met à fumer, célèbre un mariage , enterre toute vivante une femme enceinte, se déplace sur d’étranges machines. Bref rappel, à travers visions et chants, du fait que la mort est le seul avenir de la vie.
Plus cruelle encore, Oedipe-La Maison des chiens, où, grâce au dispositif de la Tour vagabonde, le public regarde à ses pieds, sous la grille venue d‘Ukraine, des prisonniers à l’échine courbée1 ; d’en bas des phrases fusent – proverbe ukrainien : « Plus on est nombreux, moins il y a d’oxygène », ou réplique de zeks, prisonniers des camps soviétiques, sur l’impossible liberté. Il y a même un dissident qui, lui, se trouve dans une cage ronde mais sans grille supérieure, et qui pourrait bien s’enfuir, mais qui est nourri à la cuiller de la soupe au pain préparée sous nos yeux, au sens propre… Image terrible de la condition soviétique d’hier, ukrainienne d’aujourd’hui et humaine de toujours, que renforce à la fin le fracas de planches plaquées avec violence sur la grille par trois acteurs, étouffant sans pitié les tristes créatures survivantes.On songe à Acropolis, d’après Wyspianki, que Grotowski avait réalisé  en 1962.
Après l’entracte, les spectateurs sont cette fois installés sous la grille. Le spectacle est d’un tout autre genre : un rituel autour d’Œdipe, ponctué de chants étranges et de musique produites par des instruments à cordes, éclairé par les lampes de poche que portent les acteurs, se déroule au-dessus du public qui est, comme Œdipe aveuglé, presque dans le noir. La même fin se répète, mais ce sont maintenant les spectateurs qu’on enferme sous les planches qui claquent. Quand les acteurs installaient ces planches au-dessus d’eux , quelqu’un ce soir-là s’est mis à crier « On ne va pas se laisser enfermer » , et à repousser les planches à travers le grillage (ce qui, apparemment ne s’était jamais produit ni en Ukraine, ni en Russie).
Du deuxième balcon de la Tour où avaient été placés les spectateurs sur la liste d’attente (la jauge est très petite), d’autres criaient « Libérez nos camarades ! ». Sans doute la spontanéité de ces réactions est-elle relative, suscitée par quelqu’un de la troupe ou proche d’elle. Le chant qui a suivi faisait suite à une interpellation : « Qui êtes-vous ? Chantez une chanson que vous connaissez  ». Le public messin a rejeté La Marseillaise lancée par quelques uns pour entonner L’Internationale. En Ukraine, généralement, on chante,  à cet endroit du spectacle, l’hymne national. A Moscou les spectateurs russes au Festival du Masque d’or 2011 n’ont pu retrouver quel était leur hymne et chacun y allait de sa chanson… A Metz, les spectateurs enfermés avaient donc choisi L’Internationale…
Bien différent est, dans le programme de Passages, Tagfish2, composé par le groupe Berlin venu d’Anvers. Un cheikh saoudien convoite une immense friche industrielle minière de la Ruhr, classée par l ‘Unesco, pour sa taille et son importance historique, au patrimoine mondial de l’humanité, pour en faire un « village créatif » avec hôtel de luxe, école d’art, distractions. Ce projet du Zollverein a connu de 2002 à 2008 de nombreuses vicissitudes et n’a pas abouti . A partir d’entretiens vidéo réalisés avec les différents interlocuteurs du projet (architecte journaliste, médiateur, urbaniste , négociateur…), le groupe Berlin organise une sorte de vidéo-conférence qui n’a jamais eu lieu dans la réalité en rassemblant sur un plateau rouge vif tous ses participants , faisant ressortir dans cette confrontation télé-théâtrale de 7 personnages en quête d’actions – dont un absent (le cheikh)- l’absurdité tragi-comique du projet culturo-immobilier. Le montage particulièrement soigné sert une dramaturgie au cordeau et le réalisme des dialogues adressés. Les bustes des interviewés sont projetés non sur des écrans ou sur des moniteurs, mais à même les dossiers de grandes chaises disposées autour d’une table ovale. Sur ces sièges truqués par les technologies, véritables machines à jouer avec les images, celles-ci deviennent vivantes, se parlent entre elles , interagissent avec deux hôtes d’accueil qui sont aussi serviteurs de la scène et techniciens du spectacle.
Tagfish
fait partie d’une série qui s’intitule Horror vacui. Profitant de l’espace laissé vide tant par l’arrêt de l’exploitation du charbon que par la rupture des négociations, une fantomatique chorale de mineurs filmée en costumes de fête envahit périodiquement le terrain vague de la friche projetée par fragments sur les 7 dossiers qui en donnent une vue globale, et finit par grimper et s’installer sur les chaises laissées vides, dans une ultime image fantastique d’un passé qui ne se laisse pas enterrer – réaffecter- aussi vite que prévu… Le spectacle se donne dans l’auditorium du Centre Pompidou de Metz . Il serait aussi à sa place dans un balagan de la place de la République, ludique et dénonciateur, jouant avec les images comme on jouait le cinéma dans les baraques foraines à l’orée du XXème siècle.
Nous n’avons  pas eu le temps de voir ce que tramaient les frères Forman dans leur baraque venue de Prague, mais elle s’arrêtera bientôt à Paris …

Béatrice  Picon-Vallin

1 A Kiev , les spectateurs sont installés sur la grille .

 2 Terme de poker: il s’agit d’un joueur qui ne prend pas de risques .

 

 


Pas encore de commentaires to “Festival Passages de Nancy à Metz”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...