Rhinocéros

Festival d’Avignon

rhinoceros.jpgAvec une jeune troupe de comédiens coréens, Alain Timar donne un coup de fouet bienfaisant au symbolisme de Rhinocéros, la pièce politique de Ionesco.« Le monstre peut surgir de nous. Nous pouvons avoir le visage du monstre », écrit Ionesco dans Entre la vie et la mort.
C’est bien ce sur quoi réfléchit le metteur en scène avignonnais, Alain Timar, en montant l’une des œuvres-clé de ce cher Ionesco d’origine roumaine, avec des acteurs vifs et impliqués de nationalité coréenne. Comment percevoir la faille en chacun qui, d’homme moyen et citoyen passif, fait passer son propre modèle inoffensif à la préfiguration de la bête ? Comment en arrive-t-on à l’idée de totalitarisme monstrueux, qu’il s’agisse du nazisme, du communisme de l’ex-URSS ou des conflits plus récents encore comme ceux de l’Algérie, du Cambodge, du Rwanda ou de la Bosnie, sans parler des soulèvements actuels en cours dans les pays du Maghreb ?
Comment ne pas voir en soi comme chez l’autre collègue tout proche la corne du monstre qui pointe ? Un éternel problème de tout temps et de tout pays à résoudre aujourd’hui, d’autant plus difficilement que le visage de l’ennemi est devenu confus ou invisible.
Comme le remarque Alain Timar : « Les foules ont construit un nouveau Temple, celui de la consommation dans lequel elles ont déifié le pouvoir de l’argent et les biens matériels ». Voilà pourquoi sur une scène blanche et glacée, cernée de paravents mobiles, une bande anonyme de bureaucrates aux tenues bien mises de gestionnaires des temps modernes,: costume et cravate sombres, chemise blanche pour les hommes; petite jupe et veste soft pour les femmes, envahit l’imaginaire du spectateur. Tous pareils, à l’image des figures des clips publicitaires déversés sur les écrans du du monde entiers: des jeunes gens « bien sous tous rapports », avec le mobile et le portable en guise de panoplie ,et une certitude hargneuse en soi comme supplément  d’âme qui se voudrait efficace.
Un seul des employés diffère des conventions, Béranger, mal réveillé, un peu ivre, qui médite malgré lui. C’est une fonction naturelle à laquelle il prend plaisir à s’adonner ; il continue, envers et contre tout – et les autres le regardent avec compassion et pitié -, à mettre en avant les valeurs de l’amitié, du lien social et de l’amour, au service d’un humanisme à réhabiliter. La mise en scène directe est sous contrôle, à travers les entrées et les sorties des personnages entourés de miroirs qui laissent du même coup au public la possibilité de se voir et de prendre plus crûment conscience de ses responsabilités.
Bref, un moment de théâtre revivifiant dû à l’intensité des acteurs généreusement engagés dans ce jeu collectif, rythmé et  swingué. Une belle conviction rageuse pour la sauvegarde d’un monde à venir perfectible. Bravo.

Véronique Hotte

Théâtre des Halles rue du Roi René Avignon à 11 heures jusqu’au 28 juillet.

 


Pas encore de commentaires to “Rhinocéros”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...