Les nuages retournent à la maison

Festival d’Avignon

Les nuages retournent à la maison, de Laura Forti, mise en scène de Justine Heynemann.


« Les nuages retournent à la maison/Comme les poissons qui nagent dans la mer/Le jour ils balaient les anges/La nuit ils se fondent en étoiles » . Dans un hôtel de Florence, Cristina travaille temporairement comme femme de chambre. Elle tombe nez à nez avec une étrangère, une albanaise qui passe la journée recluse dans sa chambre, dans un monstrueux désordre. Cristina ne s’en trouve pas désarmée pour autant et peu à peu, patiemment, finit par apprivoiser la jeune femme.
Cette rencontre entre deux femmes que tout oppose ne se fait pas sans révélations. En s’inspirant de témoignages de femmes albanaises à Florence, l’auteur italienne nous met face au thème politique de l’immigration clandestine et pose la question de l’échange avec l’autre. Un paravent, des photos éparses, la chambre d’hôtel est comme un écrin parfaitement adapté aux deux actrices.
Sur scène, se joue leur monde intime et secret. La voix de Laura Pausini chante la solitude de Nadia, l’étrangère, qui noie son identité perdue en collectionnant les noms et les images des autres : Monica Bellucci, Carla Bruni, autant d’icônes inaccessibles et de lueurs d’espoir. Cristina, vilain petit canard, petite fille encore, ignorante, ne peut qu’être fascinée par cet éblouissant mystère féminin.
A Federica Martucci,  on doit la traduction du texte et l’interprétation de Nadia. Poignante, elle impose sur scène toute la sensualité fragile du personnage. Sur scène et dans la salle, des liens se nouent. Et tout finit par disparaître dans l’Abracadabra.

 

Elise Blanc

 


Théâtre des Béliers jusqu’au 31 juillet.



 


Pas encore de commentaires to “Les nuages retournent à la maison”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...