Sur le bout de la langue

Festival d’Avignon


Sur le bout de la langue, Cinq soli présentés par les élèves de 3 ème année de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette.

Les élèves de cette école présentent cinq  contes d’origine différente. Chacun en a choisi le thème, la scénographie et  l’a réalisé. Carine Gualdaroni avec Le jour ou je suis morte  nous fait découvrir un conte inuit beau et mélancolique avec une grâce touchante. Simon Delattre nous invite à voir, dans une écriture très personnelle avec Solo Ferrari  les ravages induits par le silicone dans la tête d’une jeune femme devenue une star éphémère.
Quant à l’artiste Sud-Africaine Naomi Van Niekerk, elle  tente de nous faire entrer dans son univers peuplé de moules en plâtre. Le spectateur voyage dans la Chine Impériale grâce aux grains de semoule de Simon Moers avec  Sous la neige qui tombe. Enfin la roumaine Cristina Losif nous captive avec ses fils rouges issus de son corps.
Ces travaux témoignent de la créativité de ces élèves qui bénéficient d’une excellente formation dans le cadre de leur cursus. Allez  découvrir les Philippe Genty ou William Kentridge de demain.

Jean Couturier

Caserne des pompiers jusqu’au 26 juillet

 


Autres articles

Pas encore de commentaires to “Sur le bout de la langue”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...