Antigone


Antigone,
d’après Sophocle, par la compagnie Gwenaël Morin

 

 Gwenaël Morin est venu à Aurillac avec sa sobre mise en scène d‘Antigone. Pour cadre de cette tragédie antique, il n’a pas choisi le cœur historique de la ville, mais les murs d’une « tragédie urbaine » : ceux d’une cité.
C’est en effet sur le presque terrain vague de la « résidence de la Montade », entre les barres d’immeubles, que la troupe a installé son aire de jeu. Et un bar ! Car Morin se projette au-delà de Sophocle, au-delà du spectacle : il voit surtout un bel espace à occuper et à rendre vivant, un public important à séduire et à rassembler. Or la tâche n’est pas simple, car le théâtre n’est ni la préoccupation majeure ni une activité identitaire des habitants du quartier ; il faut donc aller les chercher et essayer de les y intéresser. C’est ce que la troupe a fait : elle a placardé des affiches dans les cages d’escalier, et a ainsi recruté une dizaine de personnes pour constituer le chœur antique.
Mais Gwenaël Morin se méfie des bons sentiments : il n’a pas la prétention de faire du « social ». Il lui importe avant tout de créer du théâtre, coûte que coûte, et surtout là où il a envie de le faire. Et tant mieux si les moyens sont petits (décors de bois, de ficelle et de scotch), tant mieux si les conditions sont difficiles (vent, pollution sonore), tant mieux si des comédiens amateurs côtoient de bons professionnels : cela suscite, dans la communauté des spectateurs, une empathie supplémentaire, déclare Gwenaël Morin.
Il s’agit, en fait, d’un véritable parti pris : celui d’une recherche de sobriété pour laisser place à l’humain, avec des comédiens professionnels ou non, et devant un public averti ou pas. Le résultat est remarquable : le texte acquiert une clarté et la tension dramatique perdure jusqu’à la fin: nos émotions et notre jugement sont en permanence sollicités. Si le jeu frôle parfois la caricature, il n’y tombe pourtant jamais. Le metteur en scène a choisi de faire jouer les hommes par des comédiennes et inversement. Ce qui donne une amplitude inattendue aux propos misogynes de Créon, roi de Thèbes.
Ce qui caractérise la mise en scène de Gwenaël Morin est une grande proximité avec le spectateur : c’est un théâtre à la mesure de l’homme, sans manières ni fioritures superflues, sans prétentions ; le  spectacle est de grande qualité, mené avec intelligence dans un cadre banal.

Nicolas Arribat

16, 17, 18 et 19 août à 19h30, Aurillac, Résidence de la Montade. Spectacle gratuit.

 


DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...