« Chance » de Christian Boltanski

Image de prévisualisation YouTube

« Chance » de Christian Boltanski

 Biennale de Venise

« Nous ne sommes pas remplaçables, mais nous serons remplacés »  a déclaré Christian Boltanski,  qui représente la France à la 54éme exposition internationale d’art de la  Biennale de Venise et offre au public une mise en scène inattendue et cinématographique  « Chance ». Installation gigantesque et spectaculaire  qui aborde   ses thèmes favoris : le hasard et le destin, la chance et la malchance.
Quatre chambres: dans  la première La roue de la chance , défile un ruban de photographies de nouveau-nés, quand la sonnette retentit, un portrait, choisi au hasard ,apparaît sur un écran:  sa destinée sera faite de bien ou de mal….tout est à écrire ou à subir. Les chambres numérotées 2 et 4,Dernières nouvelles des humains, sur  un cadran , un chiffre géant représente  soit en vert le nombre de naissances dans le monde, soit en rouge le nombre de tous ceux qui meurent. Et enfin, dans la  la troisième chambre Être à nouveau,  il y a une projection de photos de soixante nouveau-nés polonais et de cinquante deux Suisses décédés qui  défilent sur un écran à grande vitesse et vont se recomposer pour former une multitude de visages hybrides.
Boltanski nous propose alors un jeu: un bouton est à disposition,  et nous pouvons appuyer dessus, et si, par chance,  un visage se forme et que les trois parties appartiennent à la même personne, une musique est jouée et on gagne l »œuvre… Autour du pavillon français, des chaises magiques sont disposées, si on s’asseoit dessus la chaise nous pose une question: « est-ce la dernière fois? ».
A  chaque moment de notre vie, la question peut se poser…. et le destin décide.  Christian Boltanski nous rappelle que l’important , ce n’est pas « nous » en tant qu’individu mais la continuation de la vie. Il cite avec humour cette phrase de Napoléon regardant des milliers de morts sur le champ de bataille à Austerlitz: « Quelle importance ! Une nuit d’amour à Paris va réparer tout cela! »  Si vous le pouvez, allez à Venise pour ce conte universel sur le déroulement de la vie.

 

Nathalie Markovics.

 

54éme Biennale de Venise jusqu’au au 27 novembre 2011.

 

Pendant toute la durée de la Biennale vous pouvez jouer avec Boltanski sur : www.boltanski-chance.com si vous gagnez,  une surprise vous sera envoyée par le maître lui-même!!!


Archive pour 17 septembre, 2011

« Chance » de Christian Boltanski

Image de prévisualisation YouTube

« Chance » de Christian Boltanski

 Biennale de Venise

« Nous ne sommes pas remplaçables, mais nous serons remplacés »  a déclaré Christian Boltanski,  qui représente la France à la 54éme exposition internationale d’art de la  Biennale de Venise et offre au public une mise en scène inattendue et cinématographique  « Chance ». Installation gigantesque et spectaculaire  qui aborde   ses thèmes favoris : le hasard et le destin, la chance et la malchance.
Quatre chambres: dans  la première La roue de la chance , défile un ruban de photographies de nouveau-nés, quand la sonnette retentit, un portrait, choisi au hasard ,apparaît sur un écran:  sa destinée sera faite de bien ou de mal….tout est à écrire ou à subir. Les chambres numérotées 2 et 4,Dernières nouvelles des humains, sur  un cadran , un chiffre géant représente  soit en vert le nombre de naissances dans le monde, soit en rouge le nombre de tous ceux qui meurent. Et enfin, dans la  la troisième chambre Être à nouveau,  il y a une projection de photos de soixante nouveau-nés polonais et de cinquante deux Suisses décédés qui  défilent sur un écran à grande vitesse et vont se recomposer pour former une multitude de visages hybrides.
Boltanski nous propose alors un jeu: un bouton est à disposition,  et nous pouvons appuyer dessus, et si, par chance,  un visage se forme et que les trois parties appartiennent à la même personne, une musique est jouée et on gagne l »œuvre… Autour du pavillon français, des chaises magiques sont disposées, si on s’asseoit dessus la chaise nous pose une question: « est-ce la dernière fois? ».
A  chaque moment de notre vie, la question peut se poser…. et le destin décide.  Christian Boltanski nous rappelle que l’important , ce n’est pas « nous » en tant qu’individu mais la continuation de la vie. Il cite avec humour cette phrase de Napoléon regardant des milliers de morts sur le champ de bataille à Austerlitz: « Quelle importance ! Une nuit d’amour à Paris va réparer tout cela! »  Si vous le pouvez, allez à Venise pour ce conte universel sur le déroulement de la vie.

 

Nathalie Markovics.

 

54éme Biennale de Venise jusqu’au au 27 novembre 2011.

 

Pendant toute la durée de la Biennale vous pouvez jouer avec Boltanski sur : www.boltanski-chance.com si vous gagnez,  une surprise vous sera envoyée par le maître lui-même!!!

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...