CAFI

« Je m’accroche aux racines qui sont sous la terre car au dessus le vent emporte tout »

cafiyvanphilmer.jpgCAFI. Non , ce n’est pas le nom d’une déesse indienne, ni d’une ville exotique, c’est un sigle qui signifie Centre d’accueil pour les Français d’ Indochine  et qui nous renvoie à un pan inconnu de notre histoire . Ce centre qui s’est d’ailleurs d’abord appelé CARI (pour les rapatriés d’Indochine – et la nuance est de taille) existe toujours; il se trouve à Sainte-Livrade-sur-Lot, et est aujourd’hui réhabilité ;  on y a construit des maisons où installer (mais trop tard!) ceux qui y vivent depuis 50 ans, qui ne peuvent plus s’habituer au changement ou qui en meurent.
L’histoire de ce centre (en fait d’ anciens baraquements militaires) et la vie de cette population, en majorité des femmes et enfants qui ont quitté en 1956 leur pays, le Vietnam, c’est là le sujet du spectacle écrit par Vladia Merlet, une comédienne qui interprète Louise, fille d’une Vietnamienne et d’un Français qui prendra la fuite avant le grand départ de la famille pour Marseille, puis le Lot. Le personnage de Louise a 9 ans quand le voyage commence sur un bateau où l’on peut si bien jouer quand on est enfant…
La comédienne est la fillette qui va grandir mais elle est aussi la mère digne qui va vieillir, le frère, les amies, les voisines, elle dévoile les espoirs et les désillusions . Elle est fine, précise, et les mots claquent sur ses lèvres.  Le spectacle est « mis en scène collectivement » sous la houlette de Georges Bigot avec simplicité, invention, sensibilité et poésie.
Des draps tendus , des ombres chinoises, de la musique live en non stop, quelques voix enregistrées, des chapeaux, un masque vietnamien , un dragon agité , un coffret où la mère a enfermé des graines pour refaire au loin un jardin…. Du jeu, beaucoup; parfois de la lecture, ou des confessions  les yeux dans les yeux .  Et l’émotion serre la gorge . Ce spectacle-hommage à ces oubliés de l’histoire est bouleversant: il informe mais évoque aussi tous les exils.  Il faut – vite – aller le voir.

Béatrice Picon-Vallin

Théâtre de l’Opprimé jusqu ‘au 2 octobre

Cafi.over-blog.com

 


Pas encore de commentaires to “CAFI”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...