Cœur ténébreux

coeur ténébreux

Guy Cassiers avait marqué la mémoire du public du théâtre de la ville avec son triptyque du pouvoir en 2008. Il sait très bien mixer la vidéo et le jeu d’acteur, quand il adapte un  roman pour la scène.
Nous sommes transportés par  l’unique comédien Josse De Pauw, qui en a aussi écrit l’adaptation, dans l’univers trouble du Congo colonial du XIX ème siècle. Francis Ford Coppola avec Apocalypse Now l’avait situé , lui,  dans le contexte de la guerre du Vietnam avec le succès que l’on connaît.Ici, le comédien est seul devant un mur mobile où est projetée en permanence une image vidéo qui laisse apparaître par moments les silhouettes de personnages. En fait, ici, le comédien dialogue avec lui-même, incarnant sur cette vidéo-projection tous les autres personnages. Ce qui l’oblige à se caler  avec le dialogue des autres personnages du roman.
Mais le texte de son adaptation en français, semble le perturber quand il l’interprète. En revanche,  la vidéo, très réussie, est d’une haute qualité technique et esthétique; comme le souligne par ailleurs Guy Cassiers : « Il était donc très important, avant même que Josse ne commence à écrire le texte, de connaître la situation dans laquelle celui-ci allait se dérouler. Et à chaque étape, je devais l’aider à trouver la matière nécessaire, le script, la chorégraphie correspondant à chaque scène ».
Peut-être,  mais il aurait sans doute été nettement préférable qu’on laisse la liberté de l’imaginaire au spectateur. Une lecture théâtralisée avec une table, une chaise, et surtout un comédien, et la magie pourrait alors très vite opérer…

Jean Couturier

Théâtre de la Ville jusqu’au 11 décembre


Archive pour 12 décembre, 2011

Cœur ténébreux

coeur ténébreux

Guy Cassiers avait marqué la mémoire du public du théâtre de la ville avec son triptyque du pouvoir en 2008. Il sait très bien mixer la vidéo et le jeu d’acteur, quand il adapte un  roman pour la scène.
Nous sommes transportés par  l’unique comédien Josse De Pauw, qui en a aussi écrit l’adaptation, dans l’univers trouble du Congo colonial du XIX ème siècle. Francis Ford Coppola avec Apocalypse Now l’avait situé , lui,  dans le contexte de la guerre du Vietnam avec le succès que l’on connaît.Ici, le comédien est seul devant un mur mobile où est projetée en permanence une image vidéo qui laisse apparaître par moments les silhouettes de personnages. En fait, ici, le comédien dialogue avec lui-même, incarnant sur cette vidéo-projection tous les autres personnages. Ce qui l’oblige à se caler  avec le dialogue des autres personnages du roman.
Mais le texte de son adaptation en français, semble le perturber quand il l’interprète. En revanche,  la vidéo, très réussie, est d’une haute qualité technique et esthétique; comme le souligne par ailleurs Guy Cassiers : « Il était donc très important, avant même que Josse ne commence à écrire le texte, de connaître la situation dans laquelle celui-ci allait se dérouler. Et à chaque étape, je devais l’aider à trouver la matière nécessaire, le script, la chorégraphie correspondant à chaque scène ».
Peut-être,  mais il aurait sans doute été nettement préférable qu’on laisse la liberté de l’imaginaire au spectateur. Une lecture théâtralisée avec une table, une chaise, et surtout un comédien, et la magie pourrait alors très vite opérer…

Jean Couturier

Théâtre de la Ville jusqu’au 11 décembre

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...