L’etoile d’Alger

L’Étoile d’Alger d’Aziz Chouaki, mise en scène et chorégraphie de Farid Ouichouene.

Un jeune chanteur Kabyle se rêve en Michael Jackson à Alger dans les années 90. Il a transformé son prénom de Meziane en Moussa Massy ! Il vit avec sa famille de 14 personnes, dans trois pièces, il s’en échappe en dansant devant un rideau lamé et un mur images avec sa partenaire Fatya dont il est amoureux sans pour autant oser la toucher.
Le couple exécute un ballet étincelant, mais,  las, la gloire n’est pas au bout du chemin. Il suit les conseils d’un ami qui prêche le retour à l’Islam et finit par se laisser pousser la barbe et poursuivre de ses imprécations ceux qui s”écartent du droit chemin de la religion.
Malgré une belle maîtrise chorégraphique, le final de ce spectacle fait froid dans le dos, surtout quand on vient d’achever la lecture du journal de Mouloud Ferraoun, grand écrivain indépendant assassiné en 1962, à la veille de l’indépendance de l’Algérie !

Edith Rappoport

Maison des Métallos, jusqu’au 26 février T:  01 48 05 88 27

 


Pas encore de commentaires to “L’etoile d’Alger”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...