Le démon de Debamalalo

Le Démon de Faraabalo,mise en scène Dominique Dolmieu,  de Goran Stefanovski, 


  Dominique Dolmieu continue d’animer contre vents et marées avec une petite équipe résolue de quatre personnes, sa minuscule et immense Maison d’Europe et d’Orient nichée au flanc des arcades de la Bastille. Librairie où l’on trouve des livres rares, maison d’édition de nombreuses pièces importantes d’auteurs des Balkans gérée par un comité de lecture dynamique, la MEO qui a dû affronter comme tant d’autres des réductions de crédits, tient bon.
Dominique Dolmieu, découvreur de textes, est aussi metteur en scène d’auteurs des Balkans. Après Dejan Dukovsi dont il avait monté Quel est l’enfoiré qui a commencé le premier et Balkan is not dead , et plus récemment Hristo Boytchev avec Cette chose-là (voir Le Théâtre du blog), il vient de monter Goran Stefanovski, auteur macédonien de plus d’une vingtaine de pièces,  installé en Angleterre et  lauréat de nombreux prix internationaux.
Le démon de Derbamaalo est un barbier qui retrouve sa maison délabrée après de longues années de détention injuste. Sa voisine Mara, abandonnée par son mari qui a émigré, l’accueille avec joie. Ils sont tous deux menacés d’expulsion de leurs maisons situées au pied d’une immense entreprise de rénovation menée par un avocat véreux qui poursuit de ses assiduités la jeune Bisera, sa femme de ménage, fille de Koce, le barbier.
Mara survit en vendant des kebab. Koce bien décidé à se venger, reprend son ancien métier, et  alimente le négoce de Mara en tranchant la gorge de ses clients, pour fournir de la viande fraîche ! Leur commerces prospèrent, jusqu’au moment où l’avocat vient à son tour se faire faire la barbe.
Mais Koce renonce à lui porter le coup fatal…Pendant ce temps, Bisera qui avait échappé de justesse à un viol de son patron, retrouve son amoureux, l’ancien assistant de Mara, préposé à la viande hachée. Le président de Macédoine finira par décorer Koce pour ses mérites exceptionnels sous les regards attendris de toute la famille !

Interprété par une équipe de onze comédiens remarquables, en particulier Fabrice Clément Koce et Franck Lacroix (le Président,  le patron, et Schengen) dans le simple décor de tubes métalliques utilisés pour les autres spectacles, ce Grand Guignol macédonien est un petit régal à ne pas manquer.

 

 

Edith Rappoport
Co-production Théâtre national de Syldavie.Théâtre de l’Opprimé, jusqu’au 25 mars ,78 rue du Charolais, 75012 Paris  du mercredi au samedi à 20 h 30, dimanche à 17 h
T: 01 43 40 44 44

Reprise  prévue à Gare au Théâtre de Vitry.

 

http://www.dailymotion.com/video/xp4m0j
 


Pas encore de commentaires to “Le démon de Debamalalo”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...