Oncle Vania

Oncle Vania d’Anton Tchekov, texte français de Françoise Morvan  et André Marcowicz, mise en scène d’Alain Françon.

 Oncle Vania  MichelCorbouTchekov n’a probablement jamais été aussi joué en, France que ces dernière années, et voici deux Oncle Vania coup sur coup, celui de Françon et en même temps celui de Benedetti, le premier de plus de deux heures  et le second beaucoup plus resserré, dont vous  parlera Christine Friedel.
Alain Françon a déjà monté  six fois Tchekov: La Mouette, Le Chant du cygne, Platonov, Les trois Sœurs et deux Cerisaie dont  la deuxième ,il y a trois ans et qui  avait valu  plus de 8.000  visites au Théâtre du Blog.
Ce fut la dernière fois où le public avait pu voir Jean-Paul Roussillon, presque cassé en deux marchant à pas lents, très émouvant…
Décédé quelques semaines plus tard!
 Des Vania, on en a vu pas mal dont le surprenant et tout à fait  remarquable du  Théâtre de l’Unité joué en plein air quelque 80 fois depuis cinq ans un peu partout en Europe (voir Le Théâtre du Blog), sans lumière autre que naturelle, et qui a fait partout un tabac. Celui d’Alain Françon est plus traditionnel et respecte la répartition en quatre actes, avec un décor différent à chaque fois. L’action se déroule dans la grande propriété familiale de Sonia, la fille du professeur Sérébriakov  et nièce d’Ivan Voïnitski (oncle Vania).
Vania déteste cordialement   Sérébriakov qui est venu passer l’été avec Elena, sa deuxième épouse. Vania a toute sa vie, travaillé dur avec  Sonia  pour diriger l’exploitation et en a envoyé scrupuleusement  les revenus à  son beau-frère qu’il prenait pour un grand intellectuel et sur  lequel il a perdu toutes ses illusions.
La belle  Elena, deuxième  épouse de Sérébriakov s’ennuie dans cette campagne où son mari dort le jour et travaille la nuit, se croit atteint de tas de maladies, bref le genre de bonhomme avec qui on a très envie de passer des vacances… Elena tombe vite  amoureuse d’Astrov, le médecin de campagne, et c’est réciproque. Quant à Sonia, elle se sent bien seule et elle aime aussi Astrov depuis  longtemps mais pas lui qui en assez d’exercer la médecine, surtout depuis qu’un des patients est décédé sur la table d’opération, sans doute, croit-il à cause d’un opiacée qu’ il lui a administrée.  Et Astrov a comme une sorte d’incapacité à aimer et semble se réfugier dans la vodka!

 Il y a aussi Téléguine, un petit propriétaire terrien , ruiné ou presque et qui vit grâce à l’aide de Sonia et de Vania…Et Maria , la grand-mère de Sonia et la mère de Vania, et enfin, Marina, la vieille nourrice  de Sonia, voix de la sagesse. Mais Sérébriakov  s’est mis  en tête de vendre le domaine sans demander leur avis à Sonia et à Vania qui le prend très mal et qui va faire semblant de tuer son beau-frère d’un coup de revolver. Bref, il ya de la révolte dans l’air! Et  Vania et Eléna  seront être obligés de quitter rapidement la maison.
Avec ses réalités bien terriennes et enfin acceptées comme telles:l’argent, véritable obsession dans La Cerisaie ou La Demande en mariage, avec des achats, des ventes, les soins aux chevaux, les récoltes et leurs revenus, la vie va  reprendre comme avant,  après le départ du professeur et de sa femme, la vie  pas très drôle, mais plus rassurante  pour la vieille nounou, avec ses journées ponctuées de repas à heures fixes,  et… le goût amer d’un échec pour Vania et Sonia. Mais au moins, la propriété ne sera pas vendue.

 Alain Françon dit avec raison que  Vania  n’a pas de centre ;il fait aussi remarquer que la pièce a quelque chose de musical, avec cette alternance entre un texte fluide et un certain silence dans les pauses indiquée par Tchekov dont les didascalies sont  précises, silence qui est aussi important chez lui que les paroles dont  les personnages ne semblent pas toujours  avoir la maîtrise, quitte à s’en repentir ensuite, ce qui favorise l’aspect comique de certaines scènes.
 Mais, comme  le  dit  justement Françon, il y a aussi  l’opinion des  gens dans trois siècles sur leurs ancêtres, interrogation véritablement métaphysique qui traverse  le théâtre de Tchekov. Le metteur en scène a bien su mettre en valeur cette dramaturgie si neuve en 1898  et  toutes les nuances du texte;  il a su aussi réunir des acteurs de premier ordre comme André Marcon (Sérébriakov), Gilles Privat (Oncle Vania)  et Marie Vialle  (Eléna). Le premier acte dont le décor, avec ses trois châssis peints de Jacques Gabel évoquant la forêt, et inspiré par celui de Stanislavski, et les chants d’oiseaux donnent une belle vérité à cet univers d’été dans la campagne russe.
Le second acte, trop long et donc difficile à traiter, peine à trouver son rythme-sans doute à cause de la quasi-obscurité (c’est la nuit!) où Françon a placé les personnages, et le public  alors ne semble pas très attentif. Il y a aussi une sorte d’hypertrophie réaliste dans les deux autres  décors: le salon puis le cabinet de travail, ce qui ne semble pas vraiment justifié. Et comme Françon n’a pas voulu couper comme l’avait fait Livchine, et comme le fait encore plus Benedetti, et l’entracte, s’il est le bienvenu, casse quand même un peu les choses.
Mais le dernier acte avec la colère de Vania, le départ du couple et la pseudo-réconciliation entre gens qui ne se reverront jamais, est  mieux traité, avec plus de rythme.

 Cela reste un beau travail, mais quand même un peu agaçant par son côté  trop soigné,  et l’on regrette de ne  pas sentir davantage un parti pris de mise en scène, ce qui fait que l’on s’ennuie quand même  parfois dans cette grande salle peu adaptée à l’univers de Tchekov  Donc, à vous de choisir.

Philippe du Vignal

Théâtre de Nanterre-Amandiers jusqu’au 14 avril et ensuite à Amiens les 18 et 19 avril, Chambéry les 24 et 25 avril et Genève du 29 avril au 19 mai.

 

http://www.dailymotion.com/video/xp9eha
 


Pas encore de commentaires to “Oncle Vania”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...