Disgrace

Disgrace  de John Maxwell Coetzee, mise en scène de Luc Perceval, par le Toneelgroep d’Amsterdam,

  Une  cinquantaine de mannequins, adultes et enfants noirs, surprenants de vérité- belle scénographie de Katrin Brack-occupent déjà le grand  plateau de la Maison des arts  de Créteil...
  David Lurie, professeur d’université renommé, privé d’amours tarifés, succombe à la tentation et séduit l’une de ses étudiantes qu’il poursuit de ses assiduités. Exclu de l’Université, il va se réfugier chez sa fille Lucy, qui gère une ferme à la campagne sous la protection de son voisin noir. Mais David et Lucy sont victimes d’une agression, leur  voiture est volée,  David est  enfermé dans les toilettes, pendant que Lucy se fait violer, .
 Furieux, il veut emmener sa fille enceinte de son agresseur, mais Lucy refuse;  elle veut garder l’enfant et épouser son voisin qui protégera sa ferme. Celui-ci a déjà deux femmes et plusieurs enfants, mais qu’importe, Lucy gardera sa terre dans cette nouvelle Afrique du Sud,  dont les Blancs ne sont plus les maîtres.
   On sent les parfums âcres de la violence qui traverse ce continent, la naissance d’une nouvelle génération en rupture avec l’apartheid. Les dix excellents acteurs- noirs et blancs- qui émergent de  cette foule, imposent le poids d’une violence née d’une colonisation en déroute…

Edith Rappoport

Festival Exit de Créteil

 


Pas encore de commentaires to “Disgrace”

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...