Nous somme si jeunes encore dans le crime

Nous somme si jeunes encore dans le crime, mise en scène de Thomas Jolly. ( École du Théâtre national de Bretagne)

  Nous somme si jeunes encore dans le crime d48a9c7613a4ec041ef9ec342054f0e1Sur scène, pas grand chose qu’un long praticable et une sorte de mur composé de plusieurs châssis  où est inscrit,  le titre  de l’extrait de pièce adapté et une bonne épaisseur de fumigène, (cela devient une manie un peu pénible en ce moment chez les jeunes metteurs en scène)….
Le spectacle est fondé sur  des  textes  corrigés/adaptés qui se succèdent avec, comme dénominateur commun, la parodie, et bien entendu, son vieux copain: l’anachronisme qui fait toujours recette… Il y a ainsi  Macbeth, porté comme un étendard puisque le titre du spectacle est une phrase du texte,  Titus Andronicus, puis un  long extrait des  Quatre Jumelles de Copi où quatre jeunes filles en porte-jarretelles noirs et tutus blancs  s’amusent  comme des folles, puis c’est  de nouveau Titus Andronicus, Macbeth et  encore Titus Andronicus, après une parodie-encore-de théâtre dans le théâtre, trop longue et peu  convaincante…

  La mise en scène intelligente est du genre  inventif , bourrée d’idées et très précise; ce qui donne souvent  de belles images,  comme ces têtes coupées qui surgissent dans un halo de lumière depuis les  profondeurs du praticable, ou ces moignons de bras dégoulinants de sang figuré par un simple  amas de  ruban rouge. Ou encore ces pancartes explicatives vraiment drôles qui remplacent la parole, puisque Titus a coupé la langue de sa chère fille Lavinia.
 Thomas Jolly a sans doute pris beaucoup de plaisir à se lancer dans la parodie de ces  crimes shakespeariens avec la connivence de ces quinze jeunes  acteurs qu’il dirige plutôt bien, même s’il les  fait souvent crier sans aucune raison, ce qui ne sert à rien et, qui  à la longue, pénalise sa mise en scène: ambiance music-hall,, avec projecteurs et lumière ad hoc, costumes  délirants comme ces  maillots rayés pour les enfants ou ces  grands manteaux rouges de tragédie, belles lumières rasantes aux couleurs chaudes  qui percent les brumes, musique d’opéra et du  célébrissime  A Whiter Shade of Pale (1957) aux accents baroques du groupe rock anglais Procul Harum, inspiré  de Bach avec Matthew Fisher à l’orgue Hammond,  qui donne une  dimension onirique aux superbes images concoctées par le metteur en scène… C’est parfois facile, pas vraiment original, mais, en tout cas, singulièrement efficace, même si c’est trop long…
  Et, une fois  n’est pas coutume, on voit bien et, en détail, le travail et la personnalité de  chacun de ces jeunes comédiens  qui ont tous une belle gestuelle; mais côté diction, c’est beaucoup plus inégal…  Quant à la dramaturgie, mieux vaut oublier, c’est  du genre bâclé et c’est le point faible de ce  spectacle qui  tient un peu du fourre-tout:  le lien entre les scènes est des plus lâches,  si bien que  le rythme général  en prend un coup… Si bien aussi qu’au bout d’une heure, cela  commence à patiner, surtout après les scènes délirantes et très réussies des Quatre Jumelles, et il y a  deux fausses fins que l’on aurait pu facilement éviter. Dommage!
Thomas Jolly aurait dû prendre conscience qu’avec la parodie, il faut ,pour être efficace,   faire vite et ne pas s’étendre sans raison! Et  l’ensemble,(deux bonnes et longues  heures quand même!) fait inévitablement penser  à un travail en cours, et non au véritable spectacle qu’il  mériterait vraiment  de voir le jour, s’il a la possibilité d’être retravaillé…Allez, camarade Jolly, encore un effort, cela vaudrait le coup!

Philippe du Vignal

Théâtre de l’Epée de bois.

www.theatredelaquarium.net/

 

DAROU L ISLAM |
ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blogue a Voliere
| Cévennes : Chantiers 2013
| Centenaire de l'Ecole Privé...